14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 10:18

GUILLAUME GRAND
Vendredi 18 Mars à 20H30
Chez Paulette / Pagney derriere Barine

GUILLAUME GRAND + Freyssac
Samedi 19 Mars à 20H30
La Chapelle / Metz

 

" Biographie

Un premier album comme un appel au voyage, suivez Guillaume Grand sans préavis.

Il a vécu son enfance au rythme des mutations de son père. Des déménagements comme des voyages sans fin.

Dans les cartons de ce jeune auteur-compositeur, on trouve une guitare dont on entend presque le bois craquer à force d’avoir été malmenée; une voix rocailleuse et minérale qui accroche l’oreille; et une sacrée énergie vitale comme un sentiment d’urgence à exister.

Une névrose par-ci (« je suis hypocondriaque »), une obsession par-là (« je suis un hyperactif du bonheur »), Guillaume vit chaque jour comme si c’était le dernier et n’arrive pas à fermer les yeux s’il n’a pas vécu quelque chose de fort dans la journée.

"L’amour est laid", certes, mais le disque, lui, est beau."

(source : guillaumegrand.com)

 

Guillaume-Grand-par-Youri-Lenquette2.jpg

 

 

Rentré directement à la 29ème place au top album, « L’amour est laid », le premier opus de Guillaume Grand est l’album coup de cœur du mois d’octobre 2010. Son premier single « Toi et moi » s’impose à la 16ème position de l’airplay général alors que son clip a déjà été visionné près de 600 000 fois sur Youtube.  Reste plus à Guillaume Grand que de conquérir la scène.

Après les premières parties de Justin Nozuka et de Raphael, Guillaume Grand a présenté son album à l’Européen à Paris le 1er Février 2011. Il part en tournée dans toute la France courant 2011. 
Plus d'informations sur Guillaume Grand :
 

Un concert Notice France :
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:10

c'est le printemps,
la BONSAÏ SCENE refleurit
du 17 au 27 mars !





un nouveau programme

de spectacles courts à savourer
à l'heure du déjeuner !!!


La mini-scène conviviale spécialement aménagée dans les Galeries Poirel vous donne

rendez-vous pour la dernière fois cette saison... avant de céder la place à plusieurs expositions
Les spectacles de la BONSAÏ SCENE reviennent  du 17 au 27 mars, (de 12h30
précises à 13h00) et sont toujours accessibles à des tarifs ultra allégés :
de 1 à 4 € !!!

Musique ancienne, musique de chambre, musiques orientales et sud-américaines,

contes, théâtre et danse contemporaine sont au menu !


rendez-vous sur notre site internet
pour découvrir les différents "plats du jour" :


www.poire.nancy.fr













les spectacles en mars







lundi 14 . 20h30 . récital violon baroque
stéphanie-marie degand
"Révélation Soliste Instrumental 2005" aux Victoires de la Musique Classique,
Stéphanie-Marie Degand mène une carrière brillante et atypique de soliste,
récitaliste, chambriste et violon solo engagé.




INFO BILLETTERIE : CE SPECTACLE AFFICHE COMPLET !

                                               
mardi 15 . 20h30 . théâtre : grand classique
le roi se meurt
Eugène Ionesco texte
Dans le rôle de Bérenger Ier, le vieux monarque solitaire d’un royaume réduit à
sa simple expression, Michel Bouquet, monstre sacré du théâtre français, offre
un saisissant numéro d’acteur salué en 2005 par le "Molière du comédien".





jeudi 17 et vendredi 18 . 20h30 . musique symphonique
orchestre symphonique et lyrique de nancy
Leo Hussain dirige ce concert à l'influence lyrique. "Peter Grimes" de Benjamin Britten
et "Lulu" d'Alban Berg sont toutes deux des variations d'opéras éponymes. Variation
encore avec la "Symphonie n°4" de Brahms qui en déclina 30 autour du même thème
de sa dernière symphonie.




INFO BILLETTERIE : CE SPECTACLE AFFICHE COMPLET !

                                               
dimanche 20 . 16h00 . théâtre d’ombres et d’images dès 7 ans
boucle d'or et les 33 variations
Pas besoin de lunettes 3D pour apprécier les effets spéciaux de ce spectacle !
Avec leurs lanternes magiques et autres boîtes optiques, les Rémouleurs jouent
et rejouent cette histoire de "Boucle d'Or" qu'on ne connaît pas si bien que ça, en fait…





mardi 22 et mercredi 23 . 20h30 . jeudi 24 . 19h00 . théâtre
vivre dans le feu
Tzvetan Todorov a réussi à extraire les"confessions" des manuscrits de Marina
Tsvetaeva, l’un des plus grands écrivains du XXème siècle et dont le destin aura
été particulièrement tragique. La comédienne Natacha Régnier nous propose
de recevoir cette parole vive en plein cœur.





vendredi 25 . 20h30 . théâtre
le paquet
Entre rire et désespoir, seul en scène, Gérard Jugnot jongle avec les mots de
Philippe Claudel. Il incarne un personnage solitaire et intrigant qui passe sa vie
en revue, la déballe entre jeu ironique et lucidité désarmante.





samedi 26 . 20h30 . musique sud-américaine
orchestre 100 guitares . el quinteto nuevo
Les cinq musiciens passionnés du Quinteto Nuevo rendent un hommage à l'univers
bouleversant d'Astor Piazzolla, le grand maître du tango argentin. Le compositeur
colombien Jaime Cordoba dirige la création "Ancestros", une œuvre colorée
et énergique, écrite pour un orchestre de 100 instruments.





dimanche 27 . 16h00 . musique symphonique
conservatoire régional du grand nancy
Dans le cadre d'échanges pédagogiques entre les conservatoires de Nancy et de
Minsk en Biélorussie, l'institution nancéienne invite le chef Mickaël Kozinets qui a
dirigé pendant de nombreuses années le Conservatoire supérieur de Minsk.





lundi 28 . 20h30 . musique de chambre
quatuor stanislas
Gérard-Marie Fallour piano Alexis Galpérine violon
L'Ensemble Stanislas met à l'honneur Roger Boutry en créant "Le songe d'Urashima".
Ce chef d’orchestre réputé qui a longtemps dirigé l’Orchestre de la Garde Républicaine,
est aussi un remarquable compositeur (grand prix de Rome 1954) et un pianiste virtuose.
Concert précédé d'une rencontre avec Roger Boutry à 19h00.





mardi 29 . 20h30 . récital
anna caterina antonacci
Donald Sulzer piano
Considérée comme la plus parisienne des divas italiennes, la soprano Anna Caterina
Antonacci délaisse les grandes scènes d'opéra pour un intermède, toujours lyrique
mais moins dramatique, consacré à des mélodies françaises et italiennes de la
Belle Epoque.





mercredi 30 . 20h30 . humour
jacques mailhot . pierre douglas . jean roucas
Avec leur style si typique, les trois chansonniers du Théâtre des 2 Anes prennent
toujours le même plaisir à se réunir autour de la même cause : celle d'un rire franc
qui passe à la moulinette l'actualité sociale et politique de notre pays.






















www.printemps.nancy.fr












ENSEMBLE POIREL :

accueil du public / billetterie :
03 83 32 31 25 ensemblepoirel@mairie-nancy.fr

Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 13:26

 

 

Récit de concert : Gaetan Roussel - 112 (Terville) - 5 mars 2011

 

Il a récemment remporté deux Victoires de la Musique dans les catégories Meilleur Interprète Masculin et Meilleur Album pour «Ginger» ; il est le chanteur des groupes Louise Attaque et Tarmac ; il a - grandement - participé à l’écriture et à la production du dernier album de Alain Bashung, a également écrit pour Vanessa Paradis ou encore Rachid Taha, c’est bien entendu de Gaëtan Roussel dont il s'agit. Gaëtan Roussel, la tornade, le trublion, celui qui a prouvé au public de la salle 112 de Terville que non : à force de vouloir encore et encore l'enterrer, le rock français n’est toujours pas mort, et affiche même une forme insolente.

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-14.jpg

 

       Rock, ce concert l’était sans aucun doute, et c’est sûrement ce qui m’a le plus frappé étant donné le côté parfois atmosphérique ou bucolique, voire nostalgique de son dernier album. Les morceaux semblaient revisités, et même amplifiés par des riffs nerveux, et l’incursion de différents styles (électro, riffs rappellant complètement Amadou et Mariam par moment, rock sudiste des années 70...) avec lesquels Gaëtan Roussel flirte sans jamais les embrasser, définissant ainsi, à l’aide de ces touches musicales s’imbriquant dans ses compositions, une identité musicale si particulière et si communicatrice.

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-19.jpg


       Grand et filiforme, sa stature lui donne l'air, parfois, de flotter dans ses vêtements pourtant près du corps. Gaëtan Roussel électrise la foule l’espace de trois premières chansons, sautant, se déplaçant, discutant avec ses musiciens lors de bridges, avant de retomber dans une ambiance plus formatée. Ce n’est que le calme avant la tempête. Voici que le rythme remonte, plus personne ne sait où donner de la tête, tout s’éteint, et l’on voit tous les membres présents sur scène affublés de lunettes lumineuses, évoquant un côté «TRON»-isant allant de paire avec le côté presque spatial évoqué par les instruments.

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-16.jpg

 

       Gaëtan Roussel a gâté son public, blaguant, partant, revenant, surprenant en interprétant un inédit, ou en reprenant «Psycho Killer» des Talking Heads à sa sauce pour une version inoubliable et tout à fait réussie.


       Un concert illustre, un artiste au physique passe-partout, mais aux paroles poétiques et à la musique inventive, j’espérais passer un bon moment, je suis reparti époustouflé, le coeur dans les étoiles.

 

 

Récit et photos : Jean-Noël Pierre

 

 

 

Plus d'informations sur Gaetan Roussel :

www.gaetanroussel.com/

 

 

Un concert Notice France :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

 

Plus de photos de Gaetan Roussel :

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-8.jpg

 

 

 

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-12.jpg

 

 

 

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-3.jpg

 

 

 

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-13.jpg

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 20:21

 

 

 

MAJ 03-03-11 : High Tone valide sa participation pour le Jardin du Michel !



Le Jardin Du Michel, plus qu'un festival, une institution en Lorraine, et même dans tout l'Est de la France. 3 jours de concerts,2 scènes en alternance, permettant de diffuser de la musique en non stop, un nombre conséquent de groupes régionaux, nationaux, internationaux, une armée de bénévoles au service de près de 20 000 spectateurs.

En bref, un véritable succès.

Pour cette 7ème édition, le JDM (dans sa version raccourci et son nom plébiscité par tous) peut se targuer d'avoir remporté lors de la 3ème Cérémonie des "Alérions de la Culture" le 6 décembre dernier à Verdun, l'Alérion dans la catégorie "Rayonnement Musical". Cette cérémonie vise à récompenser les acteurs culturels lorrains 2010.

Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le Jardin du Michel a entériné son entrée au sein de la Fédération internationale "De Concert!", regroupant 25 festivals européens (www.deconcert.org)

 

 

http://www.jardin-du-michel.fr/pub/photo/280x280/1034.png

 

 

 

Niveau programmation, les premiers noms sont à présents bien installés, et déjà alléchants :

- Patrice, qui défendra son nouvel album "On"

- Les Ogres de Barback, qui sortiront également courant mars un nouvel opus

- Raggasonic, groovie et ragga à souhait qui succédera à Dub Inc et Danakil présents l'an passé

- Chinese Man, revenant sur le paysage des concerts, à base de Hip Hop et d'énergie !

- Tiken Jah Fakoly, apportera ses rythmes métissés et son sourire

- AaRON, envahira le Michel de son électro pop mâtiné de trip hop et de rock

- Sinsemilia, poids lourd musical malgré un avant-dernier album un peu plus "sucré"

- La Phaze, toujours aussi énervé et au son énorme, présentant le succédeur de "Miracle", sur lequel intervenait le leader de Gogol Bordello de passage au JDM l'an passé

- Groundation, compagnons de route et d'idées de Raggasonic

- The Bloody Beetroots, atypiques, étranges, les "betteraves saignantes" venus d'Italie marqueront les esprits du Michel



Le Michel étant également adepte des nouveaux talents locaux et nationaux, nous retrouverons :

- GaBLé, bidouilleur musical

- Lexicon, tout en son et mixage de cultures

- Beat Torrent, nantais déjà présents en 2009 et effectuant une importante tournée en 2011

- The Gaslamp Killer, DJ's de Los Angeles, mixant, scratchant, et n'hésitant pas à aller mélanger du metal et des beats

 

 

high-tone.jpg

 

 

 

 

Niveau prix, le JDM met en place 800 pass 3Jà prix d'amis, à 55€, disponible sur le site de la Fnac.

Pour les pass 1J, comptez 29€.



Points de location :

Magasins Fnac | Carrefour | Géant | Hyper U
0 892 68 36 22 (0.34€/min) | www.fnac.com

Magasins Cora | Leclerc | Virgin | Auchan
0 892 390 100 (0,45€/min) | www.ticketnet.fr

Bureaux La Poste | Hall du Livre | Office du Tourisme de Nancy | www.digitick.com

---------------------
Billetterie électronique disponible en   E-TICKET  
 



Et niveau infos pratiques :

 Le festival ouvrira ses portes à  :
- 16h30 le jeudi 13 mai et le samedi 15 mai
- 17h30 le vendredi 14 mai
Les concerts débutent environ 50 minutes après l'ouverture des portes.





Hébergement :

 Camping gratuit pour tous les festivaliers munis d'un billet.
Le camping prendra ses quartiers dans un champ à proximité du site du festival. Nous invitons tous les festivaliers à respecter le cadre naturel de Bulligny et ses habitants et à ne pas camper en dehors de l’espace consacré. Douches et commodités seront installées sur le festival.

NOUVEAU :
Un espace dédié aux festivaliers en camping-car sera installé à côté du camping. L'accès à cet espace pourra se faire durant tout le festival. L'association Pas Assez de Metz animera le camping pour ceux qui souhaitent veiller après les concerts.





Bien évidemment, différents stands vous proposeront de vous restaurer et d'épancher votre soif !





Plus qu'une chose à faire donc, prenez vos places !!



Plus d'informations sur le Jardin Du Michel :

http://www.jardin-du-michel.fr





Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 13:14

 

EMPYR + Greenwich Cavern
Vendredi 25 Mars à 20H30
La Chapelle des Trinitaires  / Metz

A l'occasion de ce concert, Melting-Actu, en partenariat avec Notice France vous offre 10 invitations pour le concert de Empyr le 25 mars prochain aux Trinitaires (Metz). Pour cela, écrivez-nous un mail à ugo.meltingactu 
( at ) gmail.com en nous précisant le concert et vos coordonnées.
Les habitudes sont, quand même, de sales petites choses. Elles ont parfois la vie dure. Elles peuvent faciliter les processus. Elles peuvent aboutir sur un excellent album comme "The Peaceful Riot", premier essai d’Empyr paru en 2008. Mais les atavismes de songwriting, les inerties sonores peuvent, également et dans le même temps, aliéner la créativité de garçons bourrés d’idées, freiner une inventivité qui n’a besoin que de quelques secousses pour donner sa pleine ampleur. Empyr, c’est dans le désordre Benoît Poher, Frédéric Duquesne, Benoit Julliard, Florian Dubos et Jocelyn Moze. Des garçons qui ont fait partie ou font partie, dans le désordre, de rutilantes machines comme Watcha, Kyo, Pleymo ou Vegastar. Un passé aussi riche laisse forcément quelques traces : les réflexes et automatismes ont d’abord eu le cuir un peu épais. Empyr, à l’aube de "The Peaceful Riot", était certes un groupe neuf, mais son identité n’était pas une page tout à fait blanche.

«On s’est rendu compte que "The Peaceful Riot" avait été un moyen pour nous d’évacuer toutes
les frustrations, toutes les envies qu’on avait en nous depuis des années dans nos groupes respectifs. C’est un disque qu’on adore, on s’est bien éclatés, mais on s’est rendu compte a posteriori qu’il est un peu connoté, marqué par les codes des groupes qu’on écoutait tous dans les années 90. De la musique contemplative, progressive, très rock, métal -une petite partie seulement de tout ce que l’on écoute.
Et ces limites, on a les ressenties assez vite, notamment en concert : on a compris qu’on préférait quand les choses étaient plus pêchues, plus dynamiques.» Ceci expliquant sans doute un peu cela, Empyr n’a donc pas, avec le pourtant déjà large "The Peaceful Riot", encore eu la chance de montrer son vrai visage. La facilité et des écoutes trop superficielles ont voulu cantonner le groupe à l’horizon réduit d’un rock sombre et aux atmosphères métal ? C’est mal connaître les garçons, dont les horizons sont aussi larges que la musique moderne. On pourrait ainsi lister à la Prévert les groupes et artistes qui nourrissent, consciemment ou par lointaines réminiscences, les esprits remuants des cinq garçons – en interview, on entend aussi bien parler de Beirut que d’Editors, de Deftones que de Damon Albarnde M.I.A. que de Feist, de Beck que de Apparat.

Mais l’influence principale du groupe ne porte finalement pas de nom en particulier. Elle réside dans son ouverture absolue, dans sa sensibilité à tout ce qui titille ses synapses ; l’influence principale d’Empyr est, finalement, Empyr lui-même. Encore fallait-il le prouver. Par envie de changement, pour inventer, justement, le moyen de mieux articuler ses univers et goûts multiples et pour aller chercher des noises aux groupes platinés avec lesquels il se sait capables de rivaliser, le groupe a dû effectuer sa révolution intime. Pas une petite, et plutôt radicale la révolution. Car armés de l’admirable courage de ceux qui n’ont peur que du surplace, ils ont littéralement tout cassé –pour, évidemment, mieux reconstruire.
Contre la démocratie totale des groupes trop cimentés et parce qu’ils ont souvent abandonné la guitare comme base de composition, les garçons ont trouvé une formule qui démultiplie les idées de tous sans les niveler par le bas, un modus operandi permettant d’échapper aux compromis castrateurs.

http://www.empyrmusic.com/index_02.jpg

Nouvel Album : Unicorn. Sortie 15 Avril 2011
1er single : It's Gonna Be
 
Le résultat ? Un disque bien plus fidèle à l’esprit de ces cinq garçons joyeux qui n’arrêtent pas, un instant, de se marrer. Un album chaud, énergétique, hédoniste, optimiste. A l’image de son excitante pochette, un disque charnel, aphrodisiaque, presque érotique –la Licorne fantasmatique choisie par le groupe a, dans les vieilles mythologies, la réputation d’accélérer la fusion des corps et d’affûter les désirs.
Un disque puissant, souvent, un disque bricoleur, régulièrement, un disque agile, toujours.
C’est, d’une certaine manière, un disque anticrise : fait grâce au plaisir et pour le plaisir, il se danse sur des dancefloors rugueux, s’écoute en pleins ébats, fait se secouer les chairs dans des salles de concerts incandescentes.

L’attaque se fait en force, avec It’s Gonna Be, premier de ces hits potentiels. Un lancinant appel à la joie instantanée, un son énorme comme le Texas, un équilibre impeccable entre électro et rock, des mélodies vives et enragées comme un félin furax. Plus loin, dans un mix similaire de rythmiques survitaminées, de guitares tranchantes, de basses enveloppantes et de voix acrobates, la tonitruantes Do It ou la très nerveuse Happy and Lost provoquent le même effet d’antidépresseur immédiat, donnent envie de danser au plafond, de partir à la conquête du Monde, de galoper vers les étoiles, de jouir sans entrave. La pop très power d’Helena ou de Souvenir, leurs cathédrales sonores, leurs guitares rugissantes et leurs mélodies vocales indécollables pourraient, quant à elles, recoller un fier sourire aux babines de tous ceux
qui pensaient avoir fait le tour du rock qui fait jouir. La grande Quiet pourrait faire rougir les Pixiesla romantique Still Here va chercher ses airs merveilleux et la brillance de sa production dans les étoiles.
Le deuxième album d’Empyr est une collection de tubes dont l’évidence frappe fort. Dès la première écoute. On parierait nos deux mains que les ondes FM et les scènes internationales chavireront en quelques coups. C’est le rêve d’un groupe qui s’est donné les moyens pour, et ce sera justice.

Plus d'informations sur Empyr :

 

 

Un concert Notice France :
 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 22:17

BB BRUNES

16 mars 2011 - Le Créante à Créhange

 

C’est quoi, une chanson rock ? Depuis Chuck Berry ou Buddy Holly, on connaît la définition : un instantané de trois minutes qui raconte une histoire de tous les jours sur un rythme exaltant. Voilà un énoncé qui colle à merveille à la musique des BB Brunes. Ajoutez au tableau des qualités indispensables comme la fougue, le laconisme et le charisme et vous aurez un portrait assez fidèle de ces quatre garçons dans le vent de l’histoire. Un groupe de rock, un vrai, qui allie enthousiasme et élégance, tradition et modernité, énergie et musicalité. « Rock’n’roll will never die » chantait jadis Neil Young, qui s’y entend en la matière. La preuve…

 

Il y a quatre ans, quand ils ont surgi, guitares au poing sur la scène du Gibus, on s’est empressé de les proclamer chefs de file d’une nouvelle génération de bébés rock. Un disque de platine, une Victoire de la Musique(Artiste - Groupe Révélation Scène 2009) et des centaines de concertsplus tard, ils ont surtout prouvé qu’ils étaient là pour durer. Plus flammes que feux de paille. Car Adrien, Félix, Karim et Bérald n’ont pas vocation à être les porte-drapeaux de quelque revival que ce soit. Leur unique motivation, leur seul moteur, c’est le plaisir qu’ils prennent à faire de la musique. A jouer soudés, comme d’autres dansent collés. Un gang, à l’image de leur tout premier single, déjà un classique.

 

BB-Brunes_2009_Mathieu-Zazzo_23_OK.jpg

 

Après le succès de leur premier album, le trépidant « Blonde comme moi », c’est un euphémisme d’affirmer qu’on les attendait au tournant. Sauf qu’aux virages aléatoires, les BB Brunes préfèrent les lignes droites. La « pression », comme on dit dans le showbiz, ils n’en ont cure. Avant d’enregistrer ce deuxième album très attendu, ils avaient déjà dans leurs bagages une bonne quarantaine de chansons. La vraie difficulté fut d’en faire le tri. Retirés dans le studio du Hameau, au cœur de la campagne normande, sous la houlette d’AntoineGaillet(les Wampas, Julien Doré, Mademoiselle K…), ils jetèrent les bases de dix-huit titres en une semaine. Des morceaux joués quasiment live, yeux dans les yeux, têtes à têtes, quatre à quatre. Des chansons proposées par Adrien, sur lesquelles les trois autres ajoutent leur patte, peaufinent les arrangements, concoctent les breaks et édifient les ponts : un ouvrage en forme d’architecture de groupe.

 

D’emblée, on reconnaîtra le son déjà familier des BB Brunes : ces guitares effervescentes, ces tempos débridés, ces mélodies agiles, ce mélange de candeur et de mélancolie. A une différence près, de taille : celle de la maturité. Car nos fans des Beatleset des Strokes, de Clashet des Arctic Monkeys, de Gainsbourgou de Dutronc, ont su dépasser leurs influences jusqu’à se forger leur propre identité. Ce qui n’empêchera pas les oreilles averties de dénicher ça et là quelques clins d’œil sonores : le sitar de « Quart d’heure », hommage au Harrison des Fab Four, le rythme de « Ma mods », évocation du « Lust for life » d’IggyPop, ou les violons de « Brity Boy », qui rappellent les riches heures du rock psyché. Jusqu’au morceau intitulé « Black and blue », référence stonienne sur un riff que les White Stripesn’auraient pas désavoué, mais pris ici au sens originel de l’expression : être couvert de coups et de bleus…

 


Coups de tête et bleus à l’âme. Jamais l’écriture d’Adrien, à la singulière texture sonore et rythmique qui joue avec les allitérations et les abréviations, n’aura autant reflété les émois et les désarrois d’une génération (tiens, pourquoi ne dit-on pas les « vingtenaires » ?) : angoisses amoureuses (« Seul ou accompagné », « BoucheB », « Cola Maya »), tentations et addictions en tous genres (« Dynamite », « M. la maudite », « Illumination »), besoin d’aventure et d’évasion (« Nico teen love », version moderne de « Bonnie and Clyde » et titre de l’album), goût du paraître (« Ma mods », dédié à toutes les « fashion victims »), romantisme juvénile (« Brity boy », « La la love you »), humour absurde (« Gare au loup », interlude acoustique aux entrechats quasi folkloriques) et même …fantasme érotique (« Peut-être pas cette fois »).

 


Le deuxième opus des BB Brunes s’intitule « Nico teen love ». Un album en forme de mue à défaut de mutation, jusqu’à la voix d’Adrien, désormais aussi à l’aise dans les basses sensuelles que dans les aigus féroces. Un album énergique et mélancolique, fougueux et laconique. Un album de chansons rock. Neil Young avait raison.

 

 

 


Plus d'informations sur BB Brunes :
www.bbbrunes.fr/

 

 

 

Un concert Notice France :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 21:13

Les premiers achats de pass pour les festivals de l'été commencent doucement, et il est également temps pour nous de vous éclairer sur quelques festivals à venir.

Nos voisins alsaciens verront cette année éclore la 10ème édition du Festival Léz'arts Scéniques sur le site de Tanzmatten.

Deux scènes dédiées trois jours durant à la musique, les 14, 15, 16 juillet prochain. Un excellent moyen de célebrer la fête nationale.

Petit changement de dates cela dit puisque le festival avait pour habitude de faire la passation entre le mois de juillet et aout (30-31 juillet 1er aout l'an passé).

Avec 17 000 spectateurs, le festival Léz'arts Scéniques fait parti des festivals de l'Est qui comptent, en compagnie du lorrain le Jardin du Michel.

Porté par l'Association Zone51, le festival fait office de véritable machine de guerre, vecteur économique et de dynamisme, en employant près de 70 intermittents du spectacle et 250 bénévoles.

 

Question programmation, le festival regroupe déjà du beau monde.

Et les annonces commencent à peine.

 

Jeudi 14 juillet 2011
HELLOWEEN – Allemagne / Speed Metal
ARCH ENEMY – Suède / Death Metal Mélodique
SPIRITUAL BEGGARS (date unique en France) – Suède / Stoner Hard Rock
GRAND MAGUS – Suède / Heavy Doom Metal
ANDRÉAS & NICOLAS – France / Super chansons


Vendredi 15 juillet 2011
THE DUBLINERS – Irlande / Irish Folk Legends
SHAKA PONK – France / Electro Rock
LA PHAZE – France / Punk Rock Electro
EZ3KIEL vs HINT – France / Electro Noise
THE HILLBILLY MOON EXPLOSION – Suisse / Rockabilly


Samedi 16 juillet 2011
GRAND CORPS MALADE – France / Slam
MASSILIA SOUND SYSTEM – France / Ragga Marseillais
ASSASSIN – France / Rap Alternatif
DIDIER SUPER ET SA DISCOMOBILE – France / Chanson Punk

"Le compte à rebours est lancé : une vingtaine de groupes seront dévoilés prochainement.
A suivre …" précise le site du festival.

 

pré-affiche à diffuser :

 

181928 1668543466000 1009722233 31405104 2830132 n

 

 

Niveau tarifs, le festival Léz'arts Scéniques reste abordable compte tenu de la qualité des groupes sélectionnés :

 

TARIFS

chez notre partenaire



33€ *PAR JOUR EN PRÉVENTe
23,10€*PAR JOUR AVEC LA CARTE VITACULTURE
places limitÉes - Uniquement en prévente / Présentation obligatoire de la carte à l'entrée du festival

38€ PAR JOUR EN CAISSE DU SOIR
75€ * LE FORFAIT 3 JOURS
Uniquement en prévente - Nombre de forfaits limité

 

*Hors frais de location

 

 

http://crmacolmar.fr/online/wp-content/uploads/2011/02/lezarts-sceniques-2011.jpg

 

 

Question écologie, l'association Zone51 met également les points sur les i, et agit réellement en faveur de l'environnement :

"

Depuis son lancement en 2001, le festival Léz’Arts Scéniques défend un engagement éco-responsable. Cette politique se traduit tout au long de l’année par l’utilisation de papier recyclé avec des encres végétales (conformes aux labels Imprim’Vert et à la norme F.S.C ), la mise en place de 20 000 gobelets consignés et réutilisables sur toutes les manifestations ZONE 51, la limitation et gestion des déchets en partenariat avec le SMICTOM d’Alsace Centrale, ainsi que la mise en place de la collecte sélective.

Ces actions ont été reconnues par l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) qui a édité une fiche pratique consacrée à la « réduction des impacts environnementaux liés aux manifestations culturelles » référencée au niveau national.

Elles ont aussi permis à l’association de signer la charte « Planète gagnante » aux côtés de l’ADEME, de la Direction Régionale de l'Environnement (Diren) et du Syndicat Mixte pour la Collecte et le Traitement des ordures ménagères (SMICTOM d’Alsace Centrale).

Durant le festival cet engagement se traduira de manière très concrète par la rédution de production le tri des déchets sur l’ensemble du site, un cahier des charges strict pour les restaurateurs partenaires (producteurs locaux, utilisation de produits frais, réduction des emballages…), l’encouragement au covoiturage et à l’ « éco mobilité ».

La charte écolo du festivalier
• Pensez vélo, transports en commun et covoiturage avec 123 en Voiture
• Léz’Arts Scéniques s’est associé au nouveau dispositif régional Vialsace permettant d’utiliser l’ensemble des transports alsaciens (tram, bus, train, car) grâce un ticket unique et une politique tarifaire très avantageuse

L’ensemble de ces actions en faveur de l’environnement et du développement durable correspondent à l’engagement et l’éthique historique de l’association ZONE 51 et du festival Léz’Arts Scéniques."

(source : site internet Léz'arts Scéniques)

 


Autant de raisons donc d'aller profiter du soleil de l'été en compagnie de nos voisins alsaciens, autour
d'une bonne tranche de musique !


Plus d'infos concernant la programmation et le festival très bientôt !


Pour plus d'informations :

http://www.lezartssceniques.com/





Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 09:05

 

Venez découvrir  le 5 mars 2011 Gaétan Roussel (Louise Attaque) en concert
au 112 à Terville,
 pour la promotion de son nouvel album Ginger sorti il y a
tout juste un an !
 

 

« Est-ce que vous en avez, des doutes, des idées, des rêves,

douceurs éveillées ? Le goût du danger, des routes à prendre ou à

laisser ? » Aujourd’hui que Bashung n’est plus là, ces mots écrits pour le

grand Alain, Gaétan Roussel pourrait se les attribuer à lui-même. Percer

à son tour, à l’entame d’un disque en nom propre, ce « Secret des

banquises » qui contient à la fois toutes les origines et tous les destins,

un magma d’instincts, d’intentions et d’intuitions propres aux

échauffements créatifs. Depuis 1997, date de parution d’un fameux

premier album de Louise Attaque au bilan comptable historique (2,5

millions d’exemplaires écoulés), Gaétan Roussel n’a jamais cessé de se

réinventer et de se multiplier. Avec son groupe phare (trois albums, un

DVD) ou en dissidence élective avec le violoniste Arnaud Samuel au

sein de Tarmac (deux albums, un live), deux embarcations qu’il juge

pour l’heure « pas en mouvement » mais aucunement en arrêt définitif, il

a déjà taillé pas mal de routes qui figurent en axes majeurs dans la

cartographie du rock français contemporain. Et puis, un peu par hasard,

il croise un jour celle de Alain Bashung et à sa demande ajoute à son

CV d’auteur/compositeur cette qualité d’arrangeur et de réalisateur qui

ne demandait qu’à éclore. Depuis l’essentiel Bleu Pétrole, majestueux

chant du cygne du plus bel oiseau rare de la chanson céleste, les offres

de services se sont logiquement bousculées. Ainsi Gaétan s’est retrouvé

à épingler un délicat papillon inédit à la collection de Vanessa Paradis ("Il

y a") et à batailler aux côtés de Rachid Taha (sur le récent "Bonjour") avant

même de songer à s’occuper de lui-même. En réalité, ce disque solo, il

le portait en friche depuis des années, non par excès d’égocentrisme

mais au contraire par désir de se stimuler au contact des autres,

d’organiser d’impétueuses rencontres et de laisser l’alchimie opérer au

gré des tubes à essai. Sortir de la quadrature du groupe pour mieux

appréhender les frontières élastiques de l’ensemble, des ensembles. Un

disque solo à l’opposé d’un disque solitaire, une façon de satisfaire cette

envie de « laisser la place à d’autres gens sans pour autant me perdre.

D’ouvrir des portes pour voir ce qu’il y a derrière. C’est l’une des choses

importances que je garde de ma collaboration avec Alain, qui s’avait

mieux que personne se régénérer au contact des autres. » Gaétan

Roussel a même songé un moment publier le résultat sous

pseudonyme, avant de réaliser que l’album en l’état lui ressemblait

mieux qu’aucun autre. Ce que l’on croyait savoir de lui, il va bien falloir

songer à l’oublier un instant. Fourmillant toujours de plus d’idées que

ses groupes pouvaient en contenir, il fait ici comme bon lui semble et

laisse apparaître des influences jusque-là invisibles, notamment un sens

achevé du groove et une musicalité plus onctueusement pop que lors de

ses aventures précédentes. « Ce disque est le résultat d’un changement

d’habitudes, qui s’est amorcé par un travail sur des rythmiques, sans

véritablement se préoccuper des textes. J’avais aussi ce désir d’alléger

le propos, de ne plus essayer des faire entrer les mots au chausse-

pied. »



gaeta_roussel_melting_actu.jpg 

Au départ de cette petite révolution interne vient se greffer un partenaire

idéal en la personne de Joseph Dahan, l’ex-bassiste de la Mano

Negra et guitariste des Wampas déjà enrôlé pour ses talents de multi-

instrumentiste à l’époque de Tarmac. Leur binôme aura ainsi couché

la trame essentielle d’un disque appelé par la suite à se voir chahuté,

bousculé, transbahuté de studios en studios, de Paris à New York

histoire de l’oxygéner au maximum. Ce qui importe avant tout à Gaétan,

c’est de provoquer des frottements inattendus, de transgresser les

règles de la chanson pour mieux, à la manière inspirante d’un Beck ou

d’un Damon Albarn, en recomposer le territoire. D’autres croisements,

au gré de l’aventure, viendront ainsi conforter ces envies d’escapades

en terrains a priori adverses, qui se révèleront d’autant plus fertiles

à l’usage. Julien Delfaud, connu entre autres pour son travail avec

Phoenix ou Super Discount, se penchera sur le cas de "Mon nom" et

"Des questions me reviennent", deux chansons aux armatures folk

classiques qu’il s’emploiera à dévergonder en compagnie d’un autre

agitateur électro, Benjamin Lebeau (The Shoes), leur duo finissant par

co-réaliser la moitié de l’album. De l’autre côté de l’Atlantique, dans

le Brooklyn turbulent d’où ont émergé les plus cruciales expériences

sensorielles des dix dernières années, Gaétan s’est posé avec en

tête les carambolages sonores orchestrés par LCD Soundsystem et

plus largement dans les productions du label DFA. Tim Goldsworthy,

cofondateur de Mo’Wax et désormais Midas de DFA, entraînant dans

la boucle son partenaire Eric Broucek (Juan McClean, !!!), apportera lui

aussi les éléments combustibles qui contribuent au bel embrasement de

ce disque feu d’artifice.

 

L’autre idée qui tenait à cœur de Gaétan Roussel, c’était de repenser

entièrement les parties vocales, faire cohabiter le français et l’anglais et

accueillir des voix extérieures, avec toujours à l’esprit cette impression

de plénitude ressentie à l’écoute des disques de Gorillaz. Pas question

pour autant de procéder à un casting artificiel de featurings désireux

d’arrondir leurs fins de mois. Deux noms finiront par émerger de ces

cogitations comme une double évidence. D’un côté Gordon Gano, le

pistolero de Violent Femmes, source d’inspiration de toujours et figure

tutélaire de Louise Attaque depuis les débuts. De l’autre la plus

surprenante Renee Scroggins, l’une des trois sœurs légendaires de

E.S.G, le groupe New Yorkais du South Bronx qui célébra au début des

années 80 la rencontre entre le feu Hip-Hop et la glace Cold Wave. «J’ai

découvert E.S.G lors de leur reformation en 2001 et j’avais l’impression

d’être le dernier à connaître ce groupe qui incarne pourtant tout ce que

j’aime. » Gano et Scroggins, deux des étoiles les plus éloignées de la

galaxie rock américaine des années 80 et qui pourtant trouvent

parfaitement leur place dans celle d’un français aux idées

rassembleuses. En entrelaçant sa voix au flow toujours aussi vénéneux

de Renee sur Si l’on comptait les étoiles, puis en lui laissant quasiment

toute la place sur le turbulent Do you wanna dance – qui sonne

véritablement comme un inédit de E.S.G -, Gaétan Roussel fait preuve

d’un sens de l’hospitalité qui anoblit encore un peu plus sa démarche.

Avec Gordon Gano, l’enjeu était ailleurs, car les deux hommes se

connaissent si bien que seul un rôle à contre-emploi pouvait encore les

faire se surprendre. Cela donne le très impressionnant Trouble, véritable

cadavre exquis musical s’entrechoquent tant le hip-hop bluesy des

premiers Beck que le mellotron des Beatles et les cuivres des Specials.

 

« Que pourrait-t-il nous arriver si on cherchait à toujours tout retenir, que

pourrait-t-il à l’avenir si on restait-là sans bouger ? » chante Gaétan sur

Inside, l’un des nombreux tubes potentiels de l’album – avec le premier

single "Help Myself" ou les non moins irrésistibles "Tokyo" ou "Dis moi" -,

mais ce sont des questions dont il n’aura pas à s’embarrasser. Avec ce

disque en perpétuel mouvement, stimulé de toute part d’une myriade

de trouvailles sonores et poétiques, il prendra à revers tous ceux qui

l’attendaient en chansonnier statique, en déroutera certains et éblouira

assurément tout le monde.

 

1er album : GINGER (Barclay / Universal ) sorti le 15 mars 2010

 

Plus d'informations sur Gaetan Roussel :

www.gaetanroussel.com/

 

 

Un concert Notice France :


Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

Partager cet article
Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 15:54

Comme chaque année, les Restos du Coeur mettent en place une collecte de dons, qui se déroulera les 4 et 5 mars prochain.
Carrefour et Danone sont associés à l'évènement pour la troisième année consécutive, en développant cette fois encore un partenariat diversifié : mobilisation les jours de collecte, mécénat de compétence tout au long de l’année et opération promotionnelle du 16 au 22 Mars durant laquelle 1 repas est offert aux Restos du Coeur pour l’achat de 4 produits.

 

De plus, les blogueurs sont également invités à participer à cette opération en rédigeant un billet sur leur blog.

En effet, chaque article diffusé par un blogueur en faveur des Restos du Coeur permettra à ceux-ci de se voir offrir 10 repas financés par Carrefour et Danone.
Pour ce faire, n'oubliez pas d'envoyer un mail à blogueurs@restosducoeur.org en indiquant le lien de votre article ! 

 

192627.jpg

 

L'an dernier, ce ne sont pas moins de 16 675 repas qui avaient pu être offerts grâce à cette action, soutenue par 1457 blogueurs.

 

Cette année, Melting-Actu est fier de pouvoir participer à cette action et vous encourage à écrire sur les Restos !

Partager cet article
Repost0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 00:30

 

 

2010-12-tarja 5773La Rokhall d’Esch (Luxembourg) accueillait mercredi 15 décembre 2010, sous la neige, la sublime chanteuse lyrique Tarja Turunen. Née en Finlande, compositrice et pianiste, Tarja est devenue mondialement connue en tant que chanteuse du groupe de métal “Nightwish” en 1996. Depuis 2005, elle poursuit sa carrière en solo ... et non sans succès.

 

2010-12-tarja 5661A 21h45,  une silhouette féminine se présente dans la salle comble, derrière ce rideau gigantesque et transparent. Une voix douce se met alors à chanter. Puis, sur un grand coup de flash lumineux, le rideau tombe. Tarja, les bras ouverts vers la foule en délire,  accueille ses fans de la plus belle des manières.

Très énergique, sa forme est transmise à ses musiciens. Un batteur au charisme certain, habile et endurant, avec un solo de plus de 5 minutes très spectaculaire de la fameuse 5ème symphonie de Beethoven en milieu de concert, un violoncelliste, un bassiste, un pianiste et un guitariste survitaminé ont divinement suivi cette voix lyrique.

2010-12-tarja 5566ngEntre ces merveileuses chansons metal symphoniques, s'immisce un chant celte pour lequel le groupe s'est rapproché dans un périmètre restreint afin d'offrir au public un moment unique. Un chant russe ainsi que quelques reprises du groupe Nightwish ont permis à cette soirée d'être émotionnellement intense.

 

Les températures glaciales n'auront pas eu d'influence sur ce concert chaleureux, puisque la belle Tarja et sa voix envoûtante ont réchauffé une salle pleine. Sa voix, sublimée durant toute la soirée, aura donné le sourire à chacun pour le restant de la nuit. Le retour difficile dans le froid n'était à ce moment là plus qu'un détail.

 

2010-12-tarja 5603

 

 

2010-12-tarja 5617

 

 

image

imagz2

Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici