9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:49

20 places valables pour une personne sont à gagner pour le concert de Aldebert le 16 novembre prochain à la Passerelle de Florange en écrivant à ugo.meltingactu@gmail.com et en précisant vos coordonnées.

  MAJ : Toutes les places ont été gagnées !

 

 

ALDEBERT

biographie

 

 

7 juillet 1973, le petit Guillaume Aldebert pousse ses premières vocalises dans une maternité parisienne. Enfance heureuse et épanouie, bercée par les grands auteurs : Brel, Brassens et Gainsbourg. Scolarité relativement buissonnière à Besançon au cours de laquelle il observe, tête en l’air, le quotidien qu’il dépeint aujourd’hui dans ses textes. Plus tard, sa grande carrière de lycéen lui laisse de vastes plages de temps libre, utilisées à brûler les planches des scènes régionales dans diverses formations musicales boutonneuses et militantes.

En 1999, terminant ses études de photographie, Aldebert change d’objectif pour revenir à ses premières amours : la chanson. Fort de sa plume habile et influencé par les auteurs qu’il affectionne, il dresse en 12 titres différents portraits de ses congénères et des aléas qui composent leur vie. L’album “Plateau Télé”sort en octobre 2000. C’est sensiblement à la même période qu’il entraîne avec lui, à la rencontre de son public, une bande de fidèles hommes de mains sur les routes de France et de Navarre, pour environ 300 concerts en un peu plus de quatre ans. Ses prestations seront notamment remarquées en 2000 aux Francofolies de Nendaz (Suisse), à celles de La Rochelle et au Montreux Jazz Festival en 2001, ainsi qu’en première partie d’Hubert Félix Thiéfaine au Bataclan en 2002 et de Tom Novembre à l’Européen en 2003.

Tout au long de l’année 2002, il s’enferme périodiquement avec son petit monde et quelques invités pour se consacrer à son deuxième opus “Sur place ou à emporter”(sorti en mars 2003). Il participe entre-temps à la compilation “Les fils du coupeur de joins”(Epic - Sony Music), avec une interprétation du titre “Guichet 102” de Thiéfaine saluée par la presse musicale. Après Miossec, Lynda Lemay et Jeanne Cherhal (entre autres), Aldebert est le lauréat 2003 du Trophée Radio France de la chanson française. Le titre “Saint’ Nitouche” entre en playlist à l’automne sur le Réseau Francophone Public (Radio-France, Radio Canada, RTBF, RSR). Le bouche à oreille autour d’Aldebert fonctionne : suite à une résidence de trois semaines sur la scène du Zèbre de Belleville en septembre 2003, il s’est produit à guichets fermés à La Cigale en janvier 2004 et a poursuivi son chemin sur scène tout au long de l’année (Festival ‘Alors Chante’, Francofolies, Paris Plage, Festival ‘Quand je pense à Fernande’, etc.). En octobre 2004, Aldebert nous livre “L’année du singe”, l’album de sa trentième année : instantanés, tranches de vie, petits traumatismes et plaisirs simples que sont le quotidien de tout un chacun. Sans empathie mais toujours avec ce ton naïf et frais qui lui est propre, il fait la mise au point sur ses trois décennies passées : accidents de parcours (Des ménagements), fantasmes (La femme de mon pote), hésitations (La norme et la marge), bouleversements (Le bébé) et souvenirs d’enfance (Carpe Diem). Aldebert se fait le reflet d’une génération qui est la sienne : un peu adulte, un peu ado. Le 21 janvier 2005, Aldebert a fait son premier Olympia (complet 3 semaines avant), et après six concerts à L’Européen à guichets fermés fin mai il poursuit sa tournée avec les festivals d’été (Solidays, Francofolies de Spa, etc.). Le CD et le DVD live « Aldebert en scène »sortent en novembre 2005.

 

 

aldebert_jai_10ans-def.jpg

 


En 2006, alors qu'il sillonne toujours les routes de France, Aldebert, observateur contemporain et poétique nous livre « Les paradis disponibles », fruit d'un parcours musical déjà bien avancé. Chagrins entre parenthèses le temps d'un vers léger, métaphores très Brassens ou carrément Trenet, les chansons penchent aussi vers le reggae multicolore, le rock rouge et l'Afrique ocre.

Il y a cinq ans, alors qu'Aldebert était encore animateur dans les écoles primaires, il démarrait l'écriture de chansons destinées au jeune public. En 2008, il se consacre enfin à ce projet et sort l'album « Enfantillages ». L’album met en scène les membres d'une famille, tous plus loufoques et sympathiques les uns que les autres. Au fil des chansons, les personnages comme Super Mamieou Pépette le Chat glouton, vivent des situations aussi diverses que variées et nous entraînent à les suivre dans leurs peurs (du noir…), leurs rebellions (les interdictions dictées par les parents), leurs questions (que font les oiseaux enfermés dans les grands magasins ? comment fait-on les bébés ?), le tout avec un regard amusé et "garnement", Aldebert se mettant le plus souvent à la place des enfants.

Pour fêter les 10 années d’aventures depuis la sortie de son premier album, Aldebert décide de s’entourer de sa section de cuivres et d’artistes de cirque, alors il invite un voisin de Besançon, Bernard Kudlak, directeur artistique & fondateur du Cirque Plume, à créer un spectacle unique alliant musique et cirque. La réponse du metteur en scène est simple : « on y va ! ».

C’est ce spectacle qui sera présenté durant l’automne 2010 et le printemps/été 2011, en passant entre autres par le Zénith de Paris, le Micropolis de Besançon, le Pin Galant de Mérignac,...

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Aldebert :

http://www.aldebert.com/

http://www.myspace.com/aldebertmusique

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0
9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 11:40

5 places valables pour une personne sont à gagner pour le concert de Julian Perretta le 25 novembre prochain à la Chapelle des Trinitaires en écrivant à ugo.meltingactu@gmail.com et en précisant vos coordonnées.

  MAJ : Toutes les places ont été  gagnées !

"

Julian Perretta

 

A 21 ans, le parcours de Julian Perretta est déjà si riche et spectaculaire que l’on est tenu, en vitrine des présentations de son premier album, d’exhiber les trophées les plus voyants. A peine sorti de l’adolescence, ce londonien est ainsi embarqué par le plus grand producteur pop de l’époque, Mark Ronson (Amy Winehouse, Lily Allen…) pour chanter chaque soir sur scène pendant trente dates européennes un titre originellement interprété par Daniel Merriweather. La chanson s’appelle Stop me, mais dès lors plus rien ne va l’arrêter. Dans la foulée, c’est le célèbre bloggeur américain Perez Hilton, dont la prose vipérine arbitre les vanités hollywoodiennes, qui s’entiche des chansons que Julian a posté sur son Myspace, leur offrant ainsi une caisse de résonance planétaire dont les effets ne tardent pas à se faire sentir. Tous les compteurs s’affolent et des millions de curieux se précipitent en ligne et sur les divers réseaux pour écouter ce prodige dont on ne sait pourtant presque rien. Jusqu’à la déesse Beyoncé en personne, qui invite Julian Perretta sur les premières parties de sa tournée aux Etats-Unis et en Angleterre. Ce grand tour de manège sur les plus hautes cimes du stardom international aurait pu tourner la tête de Julian Perretta et abîmer sa jeunesse en l’exposant trop violemment et trop tôt aux morsures du vedettariat. C’est mal connaître ce garçon, assez lucide et déterminé pour ne pas se laisser aveugler par d’aussi trompeuses étoiles : « J’ai joué devant des centaines de milliers de personnes mais aucune n’était là pour me voir moi. Maintenant je veux tourner dans des petites salles et me constituer un public. Je sais que le plus dur est devant moi. »Certes, mais l’accueil réservé depuis deux ans déjà sur internet à Wonder why, son morceau fétiche et celui qui tourne déjà sur toutes les ondes en prélude à l’album, ouvre à coup sûr sous ses pas des lendemains radieux. A l’image de ce titre, qui rappelle au souvenir des grandes heures de la pop et de la soul des seventies, et notamment à celui de Shuggie Otis, Stitch me up témoigne d’une maturité musicale et d’un éventail d’inspiration assez unique chez un aussi jeune songwriter. Il faut préciser que Julian fut à bonne école avec son père, un fou de musique qui écoutait Led Zeppelin au petit-déjeuner, Eric Clapton en conduisant ses enfants à l’école et Hendrix sur le chemin du retour. Imprégné dès sa plus tendre enfance par ces vibrations ô combien inoubliables, Julian tente dès l’âge de sept ans de percer le secret de certaines chansons. Toujours avec son père, il décortique les classiques des Beatles à la guitare, commence par Blackbird, poursuit avec Back in USSR. A 15 ans, il s’émancipe de la discothèque familiale pour découvrir les artistes de sa génération, chante dans un groupe au lycée des reprises des Strokes et des Killers. Un an plus tard il quitte l’école, assez sûr de ses convictions et des chansons qu’il a commencé à écrire pour tenter la grande aventure dont ce premier album constitue aujourd’hui l’aboutissement. Il aura donc fallu quatre années intenses, durant lesquelles le jeune londonien aura un temps émigré à L.A. – « la pire décision de ma vie » dit-il, aujourd’hui qu’il en est revenu – pour que Julian réalise exactement l’album dont il avait rêvé adolescent, lorsqu’il écoutait les disques de Hall & Oates ou de Bowie. Un album pop moderne traversé par des influences en provenance d’une époque où la musique était encore une respiration vitale et un terrain d’aventure sonore.

 

 

Julian-Perretta---Photo-05.jpg

 

 

La chance de Julian, c’est sa rencontre avec Rob Harris et Matt Johnson tous deux musiciens de Jamiroquai, qui entraîneront dans leur sillage certains des plus fines lames de la pop anglaise contemporaine pour donner vie et relief à ses chansons. Même si Stitch me up, Julian y tient, fut essentiellement façonné dans une chambre et un garage, avec quelques sessions dans les fameux studios Konk de Londres – jadis fief des Kinks -, il possède cette luxuriance unique des productions anglaises qui ont fait la réputation du Royaume, de Elton John à Robbie Williams. Il s’agit là avant tout d’un disque incarné, vivant, avec une mémoire, pas l’un de ces produits pop élevés en batterie (mais sans basse ni guitare ni âme). Il faut ainsi avoir pas mal d’érudition, mais aussi d’aplomb, pour s’attaquer à une falaise telle que Say you don’t mind de Colin Blunstone, l’ex-chanteur des Zombies. Julian reprend également If I ever feel better de Phoenix comme pour relier à travers ces deux citations les époques qui l’auront le plus inspiré : les seventies et les premières heures des années 2000 qui furent celles de son enfance. Mais ce qui impressionne surtout à l’écoute de Stitch me up, ce sont les compositions de Julian, leurs mélodies à la fois sophistiquées et évidentes, leurs arrangements à la fois subtils et spectaculaires, leurs textes qui malgré les mélodies enjoués qui les portent témoignent de certaines fissures personnelles et d’un regard affûté sur le monde et sur les mirages de la célébrité (King for a day). Julian, qui admire comme paroliers Brandon Flowers (The Killers) ou Bernie Taupin (Elton John), entretient une passion sécrète pour les grandes voix veloutées de l’ère du Swing (Sinatra, Mel Tormé), aura voulu son disque comme un organisme où tous les sentiments et toutes les musiques qui ont traversé sa vie jusqu’ici se greffent et se coagulent pour donner corps à des chansons qui lui ressemblent à 100%. Avec Wonder why aux avant-postes et les tout aussi irrésistibles Ride my star, Stitch me up ou Let me love you, les radios et nos mémoires risquent d’en recevoir la visite très longtemps, et personne ne songerait à s’en plaindre."

 

 

 

 

Plus d'informations sur Julian Perretta :

http://www.julianperretta.com/

http://www.myspace.com/julianperrettamusic

 

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 19:25

Soan Chez Paulette : Récit de Concert

 

 

Aller voir Soan, toute une aventure.


soan-chez-paulette-1

 

 

Tout d'abord, avant l'artiste, il y a le lieu où il s'est produit, et qui colle pas mal à son univers : Chez Paulette, dans un petit village planqué derrière Toul. On arrive dans la bourgade où les voitures sont légion, les trois quart de leurs propriétaires étant venus pour le concert. Puis, on pousse la porte d'un troquet - bondé - où l'on joue un peu des coudes pour commander sa bière. La tenancière, bien aimable, engage la discussion avec tout le monde, connaît les visages habitués, et encourage les nouveaux à revenir. Chez Paulette, en fait, c'est une des scènes du rock dans lesquelles nombre d'artistes sont venus se produire.

Soan est désormais de ceux-là.

 

soan-chez-paulette-15


Deux larges portes coulissantes s'ouvrent, et l'on passe du troquet à la salle de concert, une salle qu'on ne soupçonne même pas si on ne connaît pas le lieu.

Soan apparaît, tatoué, affublé d'un feutre, de vêtements un peu trop grands pour lui, et une clope à la main, le tout renforçant un peu son personnage de poète maudit qui semble l'habiter à la scène comme dans la vie.

 

soan-chez-paulette-6


Il a emmené la foule dans son univers mélancolique, accompagnant ses musiciens de cette voix qui emprunte tantôt à Jacques Brel, tantôt à Bob Dylan. La performance en est d'autant plus frappante qu'entre deux chansons, c'est un jeune homme, souriant, mais parfois un peu mal à l'aise, que je vois, blaguant d'une fois un peu fluette avec le public.

 

soan-chez-paulette-22


Puis une autre chanson reprend, et son corps se mue en un pantin très expressif, limite théâtral, dont chacune des paroles, chacun des ses vers clamés sans compromis, tirent les ficelles.

Agréablement surpris par cet artiste, je suis curieux de voir quels sentiers Soan compte nous faire découvrir la prochaine fois. Et si c'est Chez Paulette, ce sera avec plaisir.

 

 

Article et Crédit Photos : Jean-Noel Pierre

 

 

 

 

Plus d'informations sur Soan :

 http://www.soan-officiel.fr/

 

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

 

 

 

 

Plus de photos de Soan Chez Paulette :

 

 

soan-chez-paulette-11

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-16

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-20

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-23

 

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-26

 

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-27

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-8

 

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-9

 

 

 

 

 

 

soan-chez-paulette-2

 

 

 

 

soan-chez-paulette-32

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 21:43

 

The-Pursuit.JPG

 

Un jeune Anglais au talent monstrueux! Jamie Cullum évoque dans un même phrasé Cole Porter et Rihanna en passant par Aphex Twin. Jamie est un artiste qui surprend constamment son public et dont le talent protéiforme lui permet d’être aussi à l’aise sur une chanson de dance que sur un standard de jazz à la production léchée.

 

C'est au Grand-Duché du Luxembourg, et plus précisément à la Rockhal qu'il présentera son dernier album "The poursuit" le 15 novembre prochain pour votre plus grand plaisir.

 

Toutes les dates de Jamie Cullum, et de la Rockhal sur:

 

http://www.jamiecullum.com/

http://www.rockhal.lu/


Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 15:47
LA PENICHE
LE VENDREDI 05 NOVEMBRE 2010 A PARTIR DE 19H
CONCERT EXCEPTIONNEL DES GIPSY DREAM AVEC JOSE REINHARDT
-----------------------------------------------------------------------------------------
LA PENICHE
LE SAMEDI 06 JUIN 2010 A PARTIR DE 22H
MIX ON THE BOAT AVEC DEEJAY SAM
Coordonnées :

Adresse électronique    la.peniche55@orange.fr

Téléphone fixe    03.29.85.71.74

Adresse    1 Quai de la République
Verdun, France 55100
plus d'informations sur leur page facebook :
Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 12:48

Retour en texte et image sur le concert de Magma à la Maison des Cultures Frontières de Freyming-Merlebach :

 

Magma peut se targuer de se présenter face à un public de spécialistes. Habitués aux frasques de Mr Vander, batteur et membre fondateur de son état, un spectateur avoue même venir pour sa 20ème fois assister à la grande messe kobaïenne.

 

Magma-161010-MCF-04.jpg

 

Et il est certain que tout le monde en eut pour son argent comme pour ses oreilles. Habités, les membres du groupe jouent bien et jouent fort. Les lumières sont aussi explosives que la musique est créative. Fusion des sens.

Les aficionados en redemandent, le groupe ne se fait pas prier pour en remettre une couche.

 

Magma-161010-MCF-03

 

Chrisitan Vander, discret tout autant qu'exubérant derrière sa batterie multiplie les incartades dans un jeu de batterie d'une complexité monstre. Et quand l'envie le prend, il pousse la chansonnette sous les vivas de la foule.

 

 

Magma-161010-MCF-07

 

 

 

 

Crédits Photos : Juliette Delvienne

Texte : Ugo Schimizzi

 

 

plus d'informations sur Magma :

http://www.myspace.com/magmaofficial

 

 

 

Magma-161010-MCF-01

 

 

 

 

 

 

Magma-161010-MCF-02

 

 

 

 

 

 

Magma-161010-MCF-05

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 12:36

4ème TREMPLIN MUSICAL «GROOVE MA POULE»
du Pays Terres de Lorraine

 

Initié par le Pays Terres de Lorraine et pour sa 4ème édition, le Tremplin «Groove ma Poule» en-
gage une collaboration avec le célèbre «Jardin du Michel».

Quoi de plus logique pour «Le Michel» que de prendre soin des jeunes artistes
de son territoire ?

Organisé en faveur des jeunes talents musicaux du territoire du pays Terres de Lorraine, la SCIC
Turbul’lance devient porteur du projet grâce notamment à son travail de défricheur de talents de la
scène régionale lors de son fameux festival d’été. Parmi les nombreuses candidatures reçues, le
jury de présélection a plus attentivement retenu les artistes suivants :

MA GRAND MERE ME TROUVE BEAU ska funk rock
www.myspace.com/magrandmeremetrouvebeau

SWIF NEBAZA hip-hop
www.myspace.com/swifnebazaofficiel

[mUE] trip-hop post-pop
www.myspace.com/mue_band

MC DIDI H24 ragga hip-hip
www.myspace.com/mcdidih24

Plusieurs lots seront remis aux participants, dont un prix «Coup de Coeur» qui viendra formaliser
la programmation de l’un d’entre eux au prochain festival les 2-3-4 juin 2011.

Cette soirée se colturera avec un concert du groupe LA ROULETTE RUSTRE, charmant
projet chanson de troubadours modernes, issus également de la scène régionale.
www.myspace.com/rouletterustre


 

TURBULLANCE_tremplin_affiche.jpg


Samedi 6 novembre 2010 - 20h00
Sur le site du festival JDM à BULLIGNY
Entrée = 5 euros
(billets en vente uniquement sur place)

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 12:34






Théâtre du Kronope
d’après Jules Romain
Guy Simon adaptation et mise en scène Pascal Fodor création musicale
Martine Baudry création et réalisation de masques et accessoires
Nicole Lamarche et Sylvie Delalez création et réalisation de costumes
avec Martine Baudry, Joëlle Richetta, Guy Simon, Jérôme Simon


Le Dr Knock en prenant la succession du Dr Parpalaid bouleverse la vie des habitants de
Saint-Maurice.Cet énigmatique docteur transforme le village, peu enclin à consulter, en un
gigantesque centre hospitalier. Chaque bien portant est un malade qui s’ignore, vite infantilisé,
auquel le Dr Knock va apprendre à distinguer un malaise qui "chatouille" de celui qui "gratouille".
Knock ou le triomphe de la médecine a été l’un des plus grands succès, au théâtre puis au
cinéma, de l’acteur Louis Jouvet qui en a fait une pièce mythique. C'est un incontournable du
théâtre français,une comédie légère en trois actes qui tourne à la bouffonnerie. L’interprétation
par la troupe du Théâtre du Kronope, qui maîtrise l’art du théâtre masqué manière Commedia
dell’Arte, donne une nouvelle énergie à la pièce.

 

 

Ensemble Poirel
3, rue Victor Poirel 54000 Nancy

téléphone : 03 83 32 31 25

courrier électronique : ensemblepoirel@mairie-nancy.fr


ouverture le lundi de 14h à 18h
du mardi au vendredi de 13h à 19h
et une heure avant chaque représentation

plein tarif : de 15 à 25 €
réductions : demandeur d'emploi, rsa, groupe, enfant jusqu’à 15 ans inclus, cartes cezam,
inter-cea,carte jeunes nancy culture, abonnement jeune (20 € pour 4 "spectacles en famille" !)
et carnet "6 fois scènes" (= 20 € la place aux spectacles "parcours scènes", pour tous !)


autres points de location * :

Réseau Fnac, Carrefour 0 892 683 622 www.fnac.com
Ticketnet, Cora, Auchan, Leclerc, Cultura 0 892 390 100 www.ticketnet.fr
Digitick, Office du Tourisme et Hall du Livre à Nancy 0 892 700 840 www.digitick.com

 

 




Partager cet article
Repost0
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 12:12
Reportage : Cocorosie s'invite à la Passerelle de Florange :

J'arrive à Florange sous une pluie battante, la première chose qui me chagrine et à laquelle je m'attendais, fut de trouver une place de parking. Beaucoup ont trouvé là un prétexte parfait pour échapper à la soirée d'Halloween. A peine rentré dans le bâtiment, les portes de la salle s'ouvrent, et tous s'engouffrent, se pressent pour avoir la meilleure des places. Il n'y a pas à dire, Cocorosie fait rêver.

cocorosie-florange-passerelle-1

Nord-américaines, ce sont deux soeurs, si différentes, et pourtant complémentaires. L'une joue de la harpe, de la flûte, l'autre chante, fait des percussions... Ajoutés à cela viennent parfois se greffer d'étranges sons électroniques, certains aboutis, d'autres semblant être tout droit sortis de feu ma Game Boy.

cocorosie-florange-passerelle-5

Le mélange de ces sons, ces mélodies, donne une impression étrange, l'impression d'être dans le délire de deux fillettes jouant dans leur chambre, et interprétant leurs créations, aussi bien par leur déguisement, que de par ce qui se dégage de leurs chansons, tantôt oniriques, parfois engagées.
cocorosie-florange-passerelle-6

J'ai du mal à me faire un avis sur la question, n'étant pas familier avec l'univers de Cocorosie, dont les sonorités m'ont parfois rappelé Bjork (et dont l'univers m'est à peu près aussi perméable que celui des deux soeurettes). Néanmoins, le public fut conquis, de bout en bout.

cocorosie-florange-passerelle-8
Texte et Crédit Photos : Jean Noel Pierre

 

Plus d'informations sur Cocorosie :

http://www.myspace.com/cocorosie

http://www.cocorosieland.com/

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

 

 

 

 

Plus de photos de Cocorosie :

 

 

cocorosie-florange-passerelle-2

 

 

 

 

 

cocorosie-florange-passerelle-4

 

 

 

 

 

 

cocorosie-florange-passerelle-7

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0
29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 17:46

Une nouvelle mini-scène cosy s'installe du 2 au 13 novembre 2010 à Poirel, à l'heure du déjeuner : la BONSAÏ SCENE.

Dans un espace convivial spécialement aménagé dans les Galeries Poirel, le public a rendez-vous chaque jour avec un menu varié : concerts, lectures, théâtre et danse... interprétés par des artistes régionaux. Les spectacles courts de la BONSAÏ SCENE (de 12h30 précises à 13h00) sont accessibles à des tarifs très allégés : de 1 à 4 € (et gratuit pour les détenteurs de la Carte Jeunes Nancy Culture) !

 

 







faites les pauses arts
en dégustant nos réductions !






ENSEMBLE POIREL - NANCY
DU 2 AU 13 NOVEMBRE 2010
DE 12H30 (PRECISES) A 13H00

des tarifs allégés : de 1 à 4 € !
et gratuit pour les détenteurs de la Carte Jeunes Nancy Culture...






au menu de la nouvelle
mini-scène cosy :



mardi 2 . musique
CARTE BLANCHE
AU CONSERVATOIRE REGIONAL DU GRAND NANCY

L'octuor de violoncelles de la classe de Sébastien Robert en apéritif avec Claude-Henry
Joubert, Gabriel Fauré, Jean Sibelius, Brian Balmages et des airs traditionnels russes.


mercredi 3 . lecture
OURAGAN
DE LAURENT GAUDE

Un cyclone s'abat sur La Nouvelle-Orléans. Certains s'éloignent de la ville menacée. D'autres
restent et affrontent la fureur du ciel… Une réflexion humaniste inspirée, lue par Michel Didym,
comédien, metteur en scène, directeur du Théâtre de la Manufacture, CDN Lorraine-Nancy.
Le Tigre bleu de l'Euphrate du même auteur sera joué à Poirel du 15 au 18 février 2011.


jeudi 4 . lecture
LA SAISON EST VENUE,
D'APRES LE POEME DE CLAUDE ROY

Un homme, d’une soixantaine d’année, en pleine forme, conscient avec beaucoup d’humour
d’être l’héritier de toutes les cultures et le questionneur de l’humaine certitude de la fin qui
viendra… Dit par l’acteur Yves Thouvenel, d’après Sais-tu si nous sommes encore loin
de la mer ?  © Editions Gallimard


vendredi 5 . théâtre
¿ LECTURE DE CARTE BLANCHE ?
Les membres de la compagnie 4 litres 12 tournent en dérision leurs corps, leurs voix
et leurs univers fantasmatiques dans une intervention théâtrale, poétique mais néanmoins
mystérieuse !


samedi 6 . danse
SO
Sosana Marcelino interprète un extrait du solo qu'elle a chorégraphié sur le thème de l'identité,
la relation à héritage spirituel et à l'histoire de la danse.


dimanche 7 . rencontre
RENCONTRE AUTOUR DE KNOCK
En écho aux représentations de Knock (Salle Poirel les 6 et 7 novembre), Joëlle Richetta,
co-fondatrice du Théâtre du Kronope dévoile les secrets de l'univers baroque de la compagnie
où le masque de théâtre met en résonance le mot et le corps de l'acteur.


lundi 8 . musique
DUO GUIBANDO
Marc Jaby à la guitare et Daniel Gruselle au bandonéon mettent à l'honneur le compositeur
argentin Adrien Politi et le maître du tango Astor Piazzolla.


mardi 9 . lecture
EVGUENIE SOKOLOV
On retrouve Michel Didym qui nous lit un de ses textes préférés : le conte parabolique
et provocatoire de Serge Gainsbourg consacré à un peintre génial et solitaire…


mercredi 10 . musique
CARTE BLANCHE
AU CONSERVATOIRE REGIONAL DU GRAND NANCY

L'ensemble de violons des classes de Cécile Depoutot et Estelle Magar propose un
voyage musical coloré avec la participation de la classe de percussions de Julien Béranger.


jeudi 11 . chant
CARTE BLANCHE
AU CONSERVATOIRE REGIONAL DU GRAND NANCY

La Compagnie Yid’n Blues fait revivre un patrimoine culturel vieux de plus de mille ans
qui mêle le yiddish, le ladino (judéo-espagnol), le judéo arabe, le français et l’hébreu :
« Le souffle du yiddish, le rythme du jazz, l’âme et la culture de la Mittel-Europa. »


vendredi 12 . musique
CARTE BLANCHE
AU CONSERVATOIRE REGIONAL DU GRAND NANCY

Au coeur du programme, Syrinx, une pièce de Claude Debussy qui a donné naissance
à un répertoire abondant pour la flûte seule, Oiseaux tendres de Jean Rivier, et d’autres
pièces qui révèlent la volubilité, la virtuosité de la flûte, instrument de prédilection de
Gilles Stoesel et Joséphine Poncelin.


samedi 13 . musique
CARTE BLANCHE
AU CONSERVATOIRE REGIONAL DU GRAND NANCY

Vous n'avez pas pu assister au concert apéritif de la Bonsaï scène ? L'octuor de
violoncelles de la classe de Sébastien Robert revient pour le digestif !





renseignements & réservations : 03 83 32 31 25
Ensemble Poirel 3, rue Victor Poirel 54000 Nancy
www.poirel.nancy.fr





Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici