29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 15:47

10 places valables pour une personne sont à gagner pour le concert de SOAN le 5 novembre prochain chez Paulette à Pagney Derrière Barine en écrivant à ugo.meltingactu@gmail.com et en précisant vos coordonnées et le concert.

 

 

 

"Soan, est né   le 4 mai 1981, est un auteur-compositeur-interprète français, révélé par l'émission Nouvelle Star dont il a gagné l'édition 2009.

Auparavant, il était sans emploi et chantait dans le métro parisien et dans divers bars parisiens pour gagner sa vie.

 

Né le 4 mai 1981, Soan quitte sa famille à l'âge de 17 ans et dès lors voyage beaucoup. Il chante pour gagner sa vie.

À l'âge de vingt-sept ans, il participe aux castings de Paris de la septième édition de la Nouvelle Star car sa carrière musicale selon lui « bat de l'aile ». Le jury l'accepte pour l'étape suivante, cependant sa prestation n'est pas filmée.

Sa prestation à la seconde étape n'est pas non plus diffusée, et sa première apparition lors de l'émission est lorsque le jury lui annonce à lui ainsi qu'à d'autres personnes qu'ils passent cette étape. On voit ensuite brièvement sa prestation en trio où il interprète Dis-moi de BB Brunes avec deux autres candidats dont Yoann (qui finira 10e de l'émission). Tous trois manquent totalement leur prestation, de leur avis ainsi que de celui du jury. Soan passe cependant tout de même à l'étape suivante.

Dans l'émission du 31 mars 2009 sur M6, Philippe Manœuvre lui confie en tête-à-tête qu'avec « sa voix guimauve et ses mimiques coquines", il était assez indispensable à l'émission », lui annonçant ainsi sa qualification pour le premier prime parmi les quinze derniers participants.

Au fil des émissions, il remporte une majorité de votes bleus de la part du jury mais recevra cependant un certain nombre de votes rouges vers la fin de l'émission, particulièrement en demi-finale, lors de laquelle aucune de ses trois chansons ne lui apporte quatre votes bleus. Sinclair lui reproche notamment à de multiples reprises sa performance trop axée sur le jeu d'un personnage lorsqu'il chante, et de ne pas assez se concentrer sur sa prestation vocale. Sa version des Mots bleus a été la prestation la plus regardée sur le site officiel de la Nouvelle Star durant la durée de l'émission.

Le 9 juin 2009, il devient la Nouvelle Star 2009 en étant élu par le public face à Leïla. Il porte par ailleurs à l'annonce du verdict les lunettes de Camélia Jordana, la demi-finaliste éliminée la semaine précédente.

Il effectue la première partie de Jean Corti le lundi 22 juin 2009 au théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, et participera à la tournée Nouvelle Star 2009 avec les quatre autres derniers candidats de la saison du 20 juin au 10 octobre 2009.

Son premier album, Tant pis, est sorti le 27 novembre 2009.

Le 9 Juin 2010, il est invité à la demi-finale de la Nouvelle Star 2010 pour présenter son album. Il y interprete le titre Séquelles.

Depuis, Soan a aussi fait une apparition durant l'émission de Laurent Ruquier, On n'est pas couchés, où nous voyons clairement son retour aux sources avec son style grunge/electro qui ne correspond plus du tout à l'image commerciale qu'il a donné de lui durant son casting à la Nouvelle Star, ce qui a été considéré comme une provocation contre son producteur..."

 

 

 

 

Plus d'informations sur Soan :

 http://www.soan-officiel.fr/

 

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 20:51

 

 

BB BRUNES

NICO TEEN LOVE

 

 

 

C’est quoi, une chanson rock ? Depuis Chuck Berry ou Buddy Holly, on connaît la définition : un instantané de trois minutes qui raconte une histoire de tous les jours sur un rythme exaltant. Voilà un énoncé qui colle à merveille à la musique des BB Brunes. Ajoutez au tableau des qualités indispensables comme la fougue, le laconisme et le charisme et vous aurez un portrait assez fidèle de ces quatre garçons dans le vent de l’histoire. Un groupe de rock, un vrai, qui allie enthousiasme et élégance, tradition et modernité, énergie et musicalité. « Rock’n’roll will never die » chantait jadis Neil Young, qui s’y entend en la matière. La preuve…

 

Il y a quatre ans, quand ils ont surgi, guitares au poing sur la scène du Gibus, on s’est empressé de les proclamer chefs de file d’une nouvelle génération de bébés rock. Un disque de platine, une Victoire de la Musique(Artiste - Groupe Révélation Scène 2009) et des centaines de concertsplus tard, ils ont surtout prouvé qu’ils étaient là pour durer. Plus flammes que feux de paille. Car Adrien, Félix, Karim et Bérald n’ont pas vocation à être les porte-drapeaux de quelque revival que ce soit. Leur unique motivation, leur seul moteur, c’est le plaisir qu’ils prennent à faire de la musique. A jouer soudés, comme d’autres dansent collés. Un gang, à l’image de leur tout premier single, déjà un classique.

 

 

BB-BRUNES_Cover-Album-NICO-TEEN-LOVE_Version-CD-CRISTAL.jpg

 

Après le succès de leur premier album, le trépidant « Blonde comme moi », c’est un euphémisme d’affirmer qu’on les attendait au tournant. Sauf qu’aux virages aléatoires, les BB Brunes préfèrent les lignes droites. La « pression », comme on dit dans le showbiz, ils n’en ont cure. Avant d’enregistrer ce deuxième album très attendu, ils avaient déjà dans leurs bagages une bonne quarantaine de chansons. La vraie difficulté fut d’en faire le tri. Retirés dans le studio du Hameau, au cœur de la campagne normande, sous la houlette d’AntoineGaillet(les Wampas, Julien Doré, Mademoiselle K…), ils jetèrent les bases de dix-huit titres en une semaine. Des morceaux joués quasiment live, yeux dans les yeux, têtes à têtes, quatre à quatre. Des chansons proposées par Adrien, sur lesquelles les trois autres ajoutent leur patte, peaufinent les arrangements, concoctent les breaks et édifient les ponts : un ouvrage en forme d’architecture de groupe.

 

D’emblée, on reconnaîtra le son déjà familier des BB Brunes : ces guitares effervescentes, ces tempos débridés, ces mélodies agiles, ce mélange de candeur et de mélancolie. A une différence près, de taille : celle de la maturité. Car nos fans des Beatleset des Strokes, de Clashet des Arctic Monkeys, de Gainsbourgou de Dutronc, ont su dépasser leurs influences jusqu’à se forger leur propre identité. Ce qui n’empêchera pas les oreilles averties de dénicher ça et là quelques clins d’œil sonores : le sitar de « Quart d’heure », hommage au Harrison des Fab Four, le rythme de « Ma mods », évocation du « Lust for life » d’IggyPop, ou les violons de « Brity Boy », qui rappellent les riches heures du rock psyché. Jusqu’au morceau intitulé « Black and blue », référence stonienne sur un riff que les White Stripesn’auraient pas désavoué, mais pris ici au sens originel de l’expression : être couvert de coups et de bleus…

Coups de tête et bleus à l’âme. Jamais l’écriture d’Adrien, à la singulière texture sonore et rythmique qui joue avec les allitérations et les abréviations, n’aura autant reflété les émois et les désarrois d’une génération (tiens, pourquoi ne dit-on pas les « vingtenaires » ?) : angoisses amoureuses (« Seul ou accompagné », « BoucheB », « Cola Maya »), tentations et addictions en tous genres (« Dynamite », « M. la maudite », « Illumination »), besoin d’aventure et d’évasion (« Nico teen love », version moderne de « Bonnie and Clyde » et titre de l’album), goût du paraître (« Ma mods », dédié à toutes les « fashion victims »), romantisme juvénile (« Brity boy », « La la love you »), humour absurde (« Gare au loup », interlude acoustique aux entrechats quasi folkloriques) et même …fantasme érotique (« Peut-être pas cette fois »).

Le deuxième opus des BB Brunes s’intitule « Nico teen love ». Un album en forme de mue à défaut de mutation, jusqu’à la voix d’Adrien, désormais aussi à l’aise dans les basses sensuelles que dans les aigus féroces. Un album énergique et mélancolique, fougueux et laconique. Un album de chansons rock. Neil Young avait raison.

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 20:26

10 places valables pour une personne sont à gagner pour le concert de Cocorosie le 20 octobre prochain à la Passerelle de Florange en écrivant à ugo.meltingactu@gmail.com et en précisant vos coordonnées.

MAJ : toutes les places ont été gagnées !

 

 

 

 

COCOROSIE

 

 

Grey Oceans : Sortie le 3 Mai

 

 

"Après avoir tourné pendant la plus grande partie de l’année 2007, à la sortie de notre dernier album, nous étions prêtes à créer de nouvelles chansons. Nous venions de terminer une tournée en Amérique du Sud, et nous nous sommes spontanément mises à chercher le studio analogique le plus proche, ainsi que quelqu’un pour tourner les boutons. Par un ami commun, nous avons rencontré Nicolas Kalwill, un ingénieur du son basé à Buenos Aires qui avait travaillé sur 15 albums argentins certifiés disques d’or et de platine. Il nous a suggéré un studio vintage de Buenos Aires connu dans le monde entier, qui s’appelle Panda, où nous avons passé la moitié des douze séances qu’il nous a fallu pour faire ce disque. Nico Kalwill est l’ingénieur dont tous les artistes rêvent – très talentueux et toujours partant pour travailler patiemment au milieu du chaos créatif total dans lequel se développe l’écriture de nos chansons. Nous nous sommes trouvés des affinités tellement intenses que nous avons voulu en faire une tradition. Après chaque grande tournée, nous nous retrouvions tous ensemble pour enregistrer dans le studio le plus proche que nous puissions trouver de notre dernier concert.

 

 

Bien que nous ayons flairé un potentiel durant les enregistrements de "The Adventures of Ghost Horse and Stillborn", ce n’est qu’au cours des séances à Panda que le nouveau membre de notre groupe à l’allure de lutin, Gael Rakotondrabe, est véritablement devenu notre âme sœur musicale et le partenaire créatif de tant de chansons de cet album. Pianiste originaire de l’Île de la Réunion, ayant grandi en jouant de la musique Créole, Gael est arrivé à Paris pour faire carrière dans le jazz. Sa formation éclectique l’a amené à des choses aussi diverses qu’écrire et arranger des œuvres classiques pour le Royal Dutch Orchestra, remporter le premier prix du concours de piano solo de Montreux, ou collaborer avec CocoRosie sur scène et en studio. L’ouverture de Gael, toujours prêt à tout essayer dans le domaine du son, a permis une alchimie explosive dans notre collaboration pour l’écriture de chansons.

 

 

La première séance à Panda a été incroyable. Nous débordions de musique, nous avions trop d’idées à coucher sur bande en une seule fois. Nous sommes restés debout cinq nuits d’affilée et nous avons enregistré environ sept chansons. A ce stade, tout était basé sur l’improvisation et l’expérimentation avec du matériel analogique. La première chansons enregistrée a été "God Has A Voice, She Speaks Through Me", un titre dance parlant de suicide, d’extase spirituelle et de la vie sous le voile. Ce morceau a été le début d’un long et passionnant voyage qui nous a finalement conduit à l’achèvement d’un nouvel album gardant peu de traces de l’océan disco d’où nous avions embarqué.

 

 

Lors de notre deuxième séance à Buenos Aires, nous avons rencontré Bolsa – un légendaire batteur de rock argentin doté d’une redoutable chevelure. Bolsa s’est avéré être, pour nous, la porte suivante qui allait s’ouvrir, alors que nous travaillions sur la chanson "Hopscotch". Nous avions enregistré le chant et demandé à Bolsa de le gonfler avec quelques beats de style jungle : "jungle" comme dans la "drum and bass" du début des années 1990. "Hopscotch” est devenue la chanson la plus enjouée et la plus schizophrénique de ce disque. Avec nos deux styles vocaux, nous avons poussé encore plus loin nos différences et joué sur cette dualité pour montrer l’expression d’unmonde intérieur et extérieur dans nos chansons.

 

 

En dehors de Buenos Aires, nous avons également passé du temps à enregistrer à Paris, Berlin, New York, et Melbourne. Mais c’est au cours d’un de nos rares enregistrements à la maison que nous avons écrit une de nos chansons préférées. Nous cherchions dans de vieilles boîtes des objets appartenant au passé de notre mère et nous avons trouvé une bande des années 1970 qu’elle avait enregistrée elle-même. Les paroles étaient en Cherokee, avec un vieux son folk grinçant. Nous avons utilisé sa chanson accompagnée d’un tambour indigène pourri pour notre enregistrement de "Pink Balloon of Time", qui s’est plus tard transformé en "Undertaker" (croque-mort). Avec la voix de notre mère au début et à la fin, “Undertaker” explore un paysage sonore irréel de clarinettes basses et de bourdons qui fait penser au film "The Dark Crystal", avec ses paroles dans une langue populaire médiévale.

 

 

Après un an et demi de labeur, deux ou trois de ces nouvelles chansons ont commencé à se frayer un chemin dans nos concerts. Nous avons alors su qu’elles étaient prêtes à être entendues. Nous nous sommes réunis à nouveau, une dernière fois, avec Nico, pour les mixer pour notre quatrième album, Grey Oceans."

(source: Cocorosie)

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Cocorosie :

http://www.myspace.com/cocorosie

http://www.cocorosieland.com/

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 10:24

 

Petit retour en images sur la 3ème Nuit Blanche organisée par la Ville de Metz, en collaboration avec la Ville de Paris, de Bruxelles et avec de nombreux lieux et acteurs culturels de la région.

 

 

Face au Lycée Fabert :

 

N3B2010-Metz-011

 

 

 

 

 

Vue sur le temple Neuf et les berges de Moselle :

 

N3B2010-Metz-001.jpg

 

 

 

 

 

 

Descente au flambeau en kayak (!) :

 

N3B2010-Metz-002

 

 

 

 

 

 

Derrière le bâtiment de Tocqueville - lycée Fabert - :

 

N3B2010-Metz-004

 

 

 

 

 

Expérience de trompes - île du Saulcy ; maison de l'étudiant :

 

N3B2010-Metz-005

 

 

 

 

 

 

Expérience de trompes - île du Saulcy ; maison de l'étudiant :

 

N3B2010-Metz-006

 

 

 

 

 

 

les petits bateaux de papier : île du Saulcy :

 

N3B2010-Metz-007

 

 

 

 

 

Ambiance, après la descente au flambeau des kayakistes - île du Saulcy:

 

N3B2010-Metz-008

 

 

 

 

 

 

maison privée :

 

N3B2010-Metz-009

 

 

 

 

 

 

Basilique Saint Vincent - Lycée Fabert. Concert exceptionnel de Aufgang :

 

N3B2010-Metz-010

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Basilique Saint Vincent - Lycée Fabert. Concert exceptionnel de Aufgang :

 

N3B2010-Metz-012

 

 

 

 

 

 

 

Basilique Saint Vincent - Lycée Fabert. Concert exceptionnel de Aufgang :

 

N3B2010-Metz-013

 

 

 

 

 

Crédits photos : Juliette Delvienne

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2010 5 22 /10 /octobre /2010 09:23

Puggy était de passage il y a un peu plus d'une semaine à la Chapelle des Trinitaires de Metz.

Une fois encore, ils ont éclairé de leur rock ecclectique une salle comble.

Melting Actu y était et s'est encore régalé !

 

Tout de suite, la galerie photos :

 

Puggy-141010-Trinit-01

 

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-02

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-03

 

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-04

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-05

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-06

 

 

 

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-07

 

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-08

 

 

 

 

 

 

 

Puggy-141010-Trinit-09

 

 

 

 

 

Crédits photos : Juliette Delvienne

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Puggy :

http://www.puggy.fr/

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0
21 octobre 2010 4 21 /10 /octobre /2010 19:28
Ce 20 octobre 2010, Absynthe Minded a honoré de sa présence la chapelle des Trinitaires, à Metz.

absynthe-minded-trinitaires-metz-2010-001

Votre serviteur avoue être venu en profane absolu, n'ayant pas eu vent de ce petit groupe belge originaire de Gand, et qui monte, qui monte...
Onze ans d'existence déjà, cinq albums, une reconnaissance qui va crescendo, Absynthe Minded est un de ces groupes à écouter absolument, à voir sans aucun doute,  un privilège qui fut le mien.

absynthe-minded-trinitaires-metz-2010-002

Chaque morceau fut tout d'abord brièvement expliqué par le chanteur, Bert Ostyn, puis laissa place à la musique, surprenante, aérienne, intemporelle, tantôt manouche, tantôt rock brut, parfois jazzy, d'autres fois se muant en une ballade percutant l'âme.
Néanmoins, chacun des titres, assez représentatifs de leur discographie, enjoint le spectateur à une ballade, un road-trip sans acides, où les kilomètres défilent, et où les paysages se succèdent, aucun ne ressemblant au précédent, une part de mystère semblant régner sur les flancs de ces collines atypiques. 

absynthe-minded-trinitaires-metz-2010-004
Ce qui m'a particulièrement amusé fut de trouver à peu près dans chaque chanson une référence musicale à une autre oeuvre musicale dans sa construction, sans toutefois arriver à mettre un nom dessus, le groupe m'emmenant déjà vers d'autres horizons.
absynthe-minded-trinitaires-metz-2010-005

Hétéroclite, c'est sans aucun doute le mot que je retiendrai d'Absynthe Minded, une formation à l'univers sonore à la fois novateur et accessible. A surveiller, donc, car, si ce n'est déjà fait, il y a fort à parier que vous n'ayez pas fini d'entendre parler d'eux.
Article et crédits photos : Jean Noel Pierre

Plus d'informations sur Absynthe Minded :

http://www.myspace.com/absynthemindedtheband

http://www.absyntheminded.fr/

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

 

 

 

absynthe-minded-trinitaires-metz-2010-03.jpg

 

 

 

 

 

album-Jean-Noel 0150.NEF

 

 

 

 

 

 

album-Jean-Noel 0171.NEF

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 08:23

Magma jouera ce dimanche 16 octobre à la Maison des Cultures et Frontières de Freyming-Merlebach !

 

Magma est un groupe musical fondé en 1969 par le compositeur-batteur-chanteur Christian Vander. Reformé en 1996, après 13 ans de pause, cette formation est à l'origine du genre musical baptisé Zeuhl, mélangeant rock, jazz, avant-garde et chant choral.

Le groupe a exercé une influence inestimable sur le jazz-rock et l'avant-garde musicale à travers le monde et a fait connaître des musiciens français et étrangers de premier ordre, comme Didier Lockwood ou Claude Engel, parmi de nombreux autres.

 

 

http://jazz.blogs.liberation.fr/pfeiffer/images/2009/02/09/magma_lev_presse_3.jpg

 

La musique de Magma, aux accents parfois martiaux, ne correspond pas au rock issu des mouvements hippies de son époque. Le jeu de batterie de Christian Vander, fortement influencé par le style d'Elvin Jones (batteur de John Coltrane), est basé sur la rapidité des frisés et l'art du contre-temps. L'essentiel des paroles de Magma est chanté en kobaïen, aux consonances germaniques et slaves, présenté comme une langue imaginaire par Christian Vander et dont le sens est partiellement trouvé après coup[2]. Ce type de chant est également un élément définissant le style zeuhl.

Par ailleurs, Christian Vander a été très inspiré par les musiques de Stravinski, par Bach, Carl Orff, Wagner et les musiques populaires des pays de l'Est, ainsi que par certains jazzmen notamment John Coltrane et Pharoah Sanders.

Le terme de Zeuhl a été utilisé par la suite pour désigner un courant musical qui regroupe des groupes tels que Eider Stellaire, Xalph, Univers Zéro, Zao, Art Zoyd, Weidorje, etc. L'influence zeuhl a atteint également le Japon, avec des groupes tels que Happy Family, Koenji Hyakkei, Troll et Ruins.

(source : wikipedia)

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 19:52
Stéphane Guillon
humour
3199_2.jpeg

 

 

"Depuis ses débuts d’humoriste en 1995, Stéphane Guillon a choisi le côté sombre de l’humour, ce qui lui vaut le surnom bien choisi de "Dark Vanneur". Il a su se créer une place singulière dans le paysage des humoristes français, avec ses chroniques à la télévision et à la radio ou ses one man shows. Stéphane Guillon repart en tournée et règle ses comptes dans une langue étudiée et ciselée à la rhétorique implacable, avec son regard angélique et le sourire. Matador malin et malicieux, Stéphane Guillon a du style, un style, fait de charme et de griffe."

(source : Salle Poirel)

 

BSM productions

 

 

vendredi 12 . 20h30 et samedi 13 novembre 2010 . 17h00 & 20h30 .

 


Plus d'informations :

http://www.poirel.nancy.fr/

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 22:15

 

 

LE BATEAU DE NINO par Hélène Bohy

 

Une représentation accessible aux enfants dès 5 ans, le dimanche 17 octobre 2010 à 16h00 ! 

 

 

noname.jpg

 

 

Le Bateau de Nino

Retrouvez deux artistes de talent connus et appréciés du jeune public pour la qualité et le succès de leurs précédents spectacles et de leur production discographique ("Tangonino" - "Petit Tango sur l'eau" – "A l’eau" "Les p'tits loups du jazz…") qui, parue sous le label Enfance et Musique, est aujourd'hui une véritable référence… "Le Bateau de Nino" rassemblera quelques chansons de leur répertoire mais aussi des chansons totalement inédites inspirées par ce thème animalier surréaliste qui rivalise avec l'insatiable curiosité et l'inventivité du jeune public… Plus qu'un tour de chant, cette nouvelle création a l'ambition d'être un véritable spectacle de chansons, dansé, coloré et animé de projections vidéo dont la créativité et l’inventivité captiveront la famille toute entière ! . Des lumières, des décors et des costumes, et une mise en scène inventive de Fabrice Guérin, imbriqueront chansons, visuel et jeux pour composer une image, ou plutôt une aventure à vivre avec les sens, 45 mn durant" Hisse et ho… Embarquez dans le "Le bateau de Nino" et (re)découvrez cet univers musical, poétique et ludique si caractéristique d'Hélène et Olivier, leurs chansons tendres, drôles ou nostalgiques aux textes savoureux et finement ciselés… Même les plus "grands" s'y laissent prendre !

 

 

2010-10-17---LE-BATEAU-DE-NINO_scene1-r.jpg

 

 

chanson pour adultes . recommandé dès 5 ans

Hélène Bohy composition, chant, flûte traversière
Olivier Caillard composition, piano, chant
Zacharie Abraham contrebasse, chant

 

 

 

 

programme de la saison :
www.poirel.nancy.fr

 

 



Partager cet article
Repost0
9 octobre 2010 6 09 /10 /octobre /2010 20:47

10 places valables pour une personne sont à gagner pour le concert de Absynthe Minded le 20 octobre prochain à la Chapelle des Trinitaires en écrivant à ugo.meltingactu@gmail.com et en précisant vos coordonnées.

 

Absynthe Minded à Metz :

 

"Depuis dEUS, Zita Swoon et l'incontournable Godfather Arno, tout le monde sait que la Belgique s'est imposée comme la plaque tournante du rock européen sur le vieux continent. Autant que leur cinéma, capable de vous embringuer dans d'improbables road movies - en dépit de la superficie fort modeste du pays -, les rockers belges ont toujours eu le don de s'ouvrir de grands espaces soniques, et de les arpenter en toute liberté, avec l'horizon pour seule limite. Comme si la proximité des côtes anglaises… A moins que ce ne soit, dérivant sans fin sur la mer du Nord depuis les lointaines sixties, quelque cargo fantôme abritant l'une de ces radios pirates dont les éclats électriques résonneraient encore dans l'imaginaire des musiciens d'Anvers, de Bruxelles ou de Gand… la ville où, justement, a débuté l'aventure d'Absynthe Minded. L'idée amuse visiblement Bert Ostyn, tout à la fois songwriter en chef et tête chantante du quintet: "Oh, oui, c'était cool, ce bateau. J'ai d'ailleurs des disques avec les jingles publicitaires de cette période. C'est plutôt nostalgique..."

Bert, c'est le garçon au Rubik's Cube sur la pochette d'Absynthe Minded, ce quatrième album qui synthétise assez miraculeusement le parcours et la fascinante palette sonore du groupe - du folk-rock au swing manouche, en passant par l'indie rock et des ambiances presque noisy. Autour de lui, Jan Duthoy (piano, orgue Hammond), Sergej Van Bouwel (contrebasse), Renaud Ghilbert (violon) et Jakob Nachtergaele (batterie) tissent, sur leurs instruments vintage en diable, des climats à dominante acoustique mais capables aussi de virer à l'orage, ou de s'offrir, le temps d'un chorus de guitare, une somptueuse digression jazzy.

C'est donc à Gand (Gent, en flamand), cité médiévale et néanmoins branchée, que le groupe s'est formé en 2002. Bert: "J'écrivais des chansons depuis mes 14, 15 ans, pas forcément très bonnes. Et puis, à 18 ans, je suis arrivé à Gand pour étudier les techniques d'enregistrement et j'ai rencontré des musiciens de jazz. Le jazz, c'était quelque chose de nouveau pour moi, j'étais plus un mec rock. Découvrir Django Reinhardt, Miles Davis, tous ces grands musiciens m'a ouvert l'esprit. J'avais cet ami, Sergej, qui jouait de la contrebasse, et Jan, avec qui je faisais déjà un groupe. Alors, on a monté ce groupe d'inspiration très manouche."

 

CD4-persfotos-maskers-zee-4.jpg

 

Assez rapidement, Absynthe Minded va se forger une petite réputation, et pas seulement dans les bars (qu'ils écument sans relâche) comme son nom pourrait le laisser supposer. Bert: "C'est vrai, à la base, c'est ce qu'on était. Un groupe de bars. Ce nom, Absynthe Minded, ça évoque pas mal de choses aux gens. On pense aux peintres, aux poètes des années 30, à New York, Paris. On pense à l'inspiration, aux muses." Après les premières demos de rigueur, le groupe passe aux choses sérieuses et publie un EP, History Makes Science Fiction en 2003, suivi de deux albums, Acquired Taste (2004) et surtout New Day (2005), qui va marquer le début du phénomène Absynthe Minded en Belgique. L'arme du crime? "My Heroics, Part One" (Bert insiste sur la dimension ironique du titre), élue meilleure chanson de la décennie par la radio flamande Studio Brussel - et qui figure en bonus-track sur le nouvel album pour ceux qui auraient manqué les épisodes précédents.

Après un nombre impressionnant de concerts - plus de 300 en trois ans, dont une tournée, en première partie de dEUS- et un troisième opus, There Is Nothing, publié en 2007, les cinq musiciens ont pris le temps de peaufiner les douze chansons qui composeront Absynthe Minded. Fidèle à son processus de création, Bert a d'abord écrit les textes - en anglais - avant de composer les musiques dans le registre qui leur correspond le mieux. "Quand tu es sur la route, tu joues beaucoup, tu écris de nouvelles chansons, tu travailles ensemble et cela donne des choses très intéressantes, souligne-t-il. C'est vraiment la dynamique du groupe qui fait que je me sens un songwriter." Son inspiration? "La vie, les gens autour de moi, ma famille. De grandes choses comme l'amour. Pour moi, les textes sont du domaine du subconscient."

Enregistré à Paris, au studio Ferber, avec la complicité de Jean Lamoot (Noir Désir, Alain Bashung, Girls In Hawaïï), Absynthe Minded, transcendé par la remarquable osmose du groupe, joue à merveille des contrastes et des silences: chaque note apporte une touche de couleur, vient rehausser la mélodie, la portant à sa quintessence. D'où l'impression assez vertigineuse qui émane de ce disque, de son ouverture en mode swing - façon retour aux sources - ("If You Don't Go, I Don't Go") à sa coda intimiste ("Oh! The Longing", une simple balade au piano). Ailleurs, "Multiple Choice" mêle shuffle souterrain, rugissements d'orgue Hammond et couplets talking blues, avant de s'envoler, au détour d'un refrain presque pop, vers des dissonances de guitare jazz/rock. L'entraînant "Mercury" et sa rythmique en cavale, introduite par quelques traits d'archet au violoncelle, succède à trois perles soft aux parfums délicieusement boisés: le single "Envoi" (et son riff à la All Along The Watchtower), "Heaven Knows" à la rythmique alanguie, évoquant le Dire Strait des débuts, et au gimmick entêtant ("You are, you are, you are my baby girl") sans oublier "Dead On My Feet", petite merveille indie pop que Bert chante avec son élégance habituelle. Sorti fin 2009 en Belgique, l'album a déjà valu au quintet 4 Music Industry Awards (les Victoire de la Musique belges) en janvier dont celui du meilleur album, du meilleur single ("Envoi") et du meilleur groupe de rock indie.

Rien d'étonnant. Au delà de sa dimension européenne, Absynthe Minded est de ces albums rares qui procurent un plaisir aussi immédiat que durable. Celui d'écouter une musique fluide, organique, qui semble couler naturellement - pour tout dire, presque distraitement - de musiciens magnifiques qui ne trichent jamais. Ou alors, seulement sur un point: dans la vraie vie, Mister Ostyn est résolument nul au Rubik's Cube. "C'est juste une pose de rock star, avoue-t-il en riant. Enfin... très, très subtile."  "

ABSYNTHE MINDED // NOUVEL ALBUM //
SORTIE FRANÇAISE LE 7 JUIN 2010

 

 

 

 

Plus d'informations sur Absynthe Minded :

http://www.myspace.com/absynthemindedtheband

http://www.absyntheminded.fr/

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici