14 novembre 2009 6 14 /11 /novembre /2009 11:43

 

         « Generazione Mille euro » est autant une comédie qu’un portrait de genre. Il campe le quotidien de Matteo, 30 ans, représentant de toute une génération : celle de la jeunesse précaire. Partant de l’image populaire du jeune bardé de diplômes, naviguant entre CDD et tracas de la vie courante, le film visite et ravage avec humour des clichés savoureux.

 


Matteo est spécialisé en mathématiques, dont il a fait une réelle passion. Mais pour vivre, il a été obligé de prendre un CDD de 6 mois  dans le département marketing d’une société de télécommunication en pleine restructuration. L’oppo même de ses croyances et de sa vérité que sont les statistiques. Il vit en collocation avec deux autres types. Le premier est un ami fort proche, projectionniste dans un cinéma, et adepte des jeux de console. Le deuxième n’aura pas le temps de se présenter, puisqu’il repart d’entrée de jeu chez ses parents, n’ayant plus un sous en poche. A la recherche d’un nouveau colocataire respectant les trois règles des deux amis – pas de con, pas de femme, pas de fan de l’inter – Matteo se fait plaquer dans le même temps par sa copine, interne dans un hôpital, qui a besoin de réfléchir.

 

Malgré les apparences, le film n’oscille ni entre un drame déprimant et grisâtre, ni dans les sphères hautement scientifiques et réfléchies d’une sitcom dégénérée.

Non, là où nous emmène le réalisateur Massimo Venier, c’est bel et bien dans un film au style caractéristique du cinéma à l’italienne. Le film est ainsi enlevé, jouant sur l’humour et le sarcasme. Des scènes hilarantes se mêlent à des dialogues savoureux et des remarques piquantes et justes à la fois. Les seconds rôles, entiers, font de ce film bien plus qu’un simple témoin d’un phénomène de mode, en particulier le colocataire campé par Francesco Mandelli détonant tant par son ironie que par son flegme magistral. Son personnage de confident, tantôt aux côtés de Matteo, tantôt en tant que complice implicite du spectateur, accentue la dimension du film avec brio. Valentina Lodovini, la nouvelle colocataire dont Matteo va s’éprendre, apporte également beaucoup de fraîcheur au film, contrebalançant (avec) la froide beauté de la chef marketing de Matteo. Ce dernier se retrouve donc ballotté entre des choix et des décisions à prendre, là où l’amour, l’amitié et le travail se réunissent et perturbent ses stratégies.

 


Bien malin qui saura deviner les choix du mathématicien, et on a d’ailleurs un peu le tournis par moment, tant la partie semble compliquée. C’est d’ailleurs la petite critique à faire à ce film bien mené de bout en bout. Ce manque de clarté dans les vingt dernières minutes du film nous secoue dans tous les sens de manière plus anecdotique. Les amours de Matteo prennent le pas sur le reste de sa vie, et on se perd un peu dans ses choix parfois hasardeux.

Mais le réalisateur sait maîtriser son sujet, emprunté au roman éponyme né du blog d’Antonio Incorvaia et d’Alessandro Rimassa. Divertissant et réellement amusant, le film campe bien les doutes et les hésitations d’un pan de la population, avec rage et saveur, présentant la jeunesse telle qu’elle est : vivante !

 

Un film à voir, semblable dans le traitement au coup de cœur du public de l’an passé : Amore, Buggi e Calcetto.

 

 

Ugo Schimizzi

 

plus d'informations sur le festival de Villerupt :

www.festival-villerupt.com

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 12:33
 

« L’uomo che verrà » est un film à paraître prochainement dans nos salles. Il a été couronné récemment au festival de Rome 2009, recevant le prix spécial du jury ainsi que le prix du public. Réalisé par Giorgio Diritti, l’histoire raconte ce qui fut appelé plus tard le massacre de Marzabotto.

 

 

Nous sommes en décembre 1943, non loin de Bologne. Le nord et le centre de l’Italie souffrent sous l’occupation allemande, et les partisans ont bien du mal à lutter contre les nazis. Martina est une fillette de 8 ans, muette depuis le décès de son petit frère, mort peu après sa naissance, il y a de cela quelques années. Mais sa mère est à nouveau enceinte. Bien que la nouvelle semble rendre heureuse Martina, toute sa famille -pauvres paysans- craint la famine. Les temps sont durs, la nourriture vient à manquer, et le travail et la prière sont les seuls réconforts de leurs journées lugubres. Régulièrement, des patrouilles allemandes font des haltes, achètent du vin, inspectent les environs à la recherche des partisans. Ces derniers opèrent par guet-apens, comptant sur les villageois pour les cacher et les aider.

Bien souvent, on suit l’histoire selon le point de vue muet de Marina. On découvre des gens simples, habitués à vivre leur vie de misère dans une certaine justice. Ils ne comprennent pas vraiment toute l’agitation qui tourne autour de leur région, ni ces envahisseurs venus prendre leurs terres. C’est d’ailleurs ce qui semble le plus les révolter, saisissant mal les tenants et les aboutissants d’un conflit mondial. Le droit à la terre de leurs ancêtres. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils aident les partisans. Mais tout n’est pas si rose sur les flancs du Monte Sole. Parfois les rôles s’inversent, et les partisans quémandant soins et nourriture semblent bien plus cruels que les soldats allemands offrant du pain aux enfants affamés.

Tout empire finalement lorsqu’une division SS envahit le village l’automne suivant, répondant aux représailles des rebelles un peu trop prompts à décimer les rangs allemands. Sans finesse ni état d’âme, la troupe envoie ad patres l’ensemble du village, avec force cruauté et idées malsaines.

 


Dans l’ensemble, « l’uomo che verrà » est un film qui se tient bien. Ni génial, ni foncièrement mauvais, il ne prend pas vraiment de parti pris, présentant la réalité telle qu’elle semblait être. Le point de vue candide de Marina est intéressant, même si dans le traitement, on retrouve trop souvent les habitudes de tel film de genre. La fin du film semble plus anecdotique dans sa construction, insistant une fois de plus sur la cruauté aveugle des démons nazis, preuve s’il en fallait encore que la guerre est tout ce qu’il y a de plus horrible. Le désespoir pesant tout au long du film s’achève donc sur un paroxysme de détresse et de malheur, la fillette semblant le seul être pourvu d’une volonté inébranlable.

 

Ugo Schimizzi

Plus d'infos sur le festival de Villerupt :

www.festival-villerupt.com


 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 12:26

« Cosmonauta » est le premier long métrage de Susanna Nicchiarelli, docteur en esthétique du cinéma. Il raconte l’adolescence de Luciana, sur fond d’Italie communiste, emportée par les récents exploits de l’URSS dans la conquête de l’espace. Nous sommes alors au début des années 1960. Poussée par son frère aîné Arturo, lui aussi communiste et passionné par l’espace, Luciana tente de s’affirmer comme une femme, à la fois au sein du parti des jeunes communistes et vis-à-vis des hommes en devenir.

 

 

 

Affrontant régulièrement son père, véritable benêt qu’elle n’hésite pas à traiter de fasciste, elle ne rêve que de vie en rouge et d’étoiles. Cherchant sa place au milieu des autres jeunes adeptes du parti, elle a souvent bien du mal à se faire entendre, la poignée de garçons s’auto satisfaisant de leurs déclarations souvent creuses. L’un d’entre eux cependant, amoureux, lui porte plus d’attention que les autres et elle partage ses sentiments. Mais rapidement, Luciana  se retrouve jalouse d’une fille qu’elle a introduite dans le parti : celle-ci s’est éprise du chef des jeunes, et Luciana commence à broyer du noir. Cependant, elle garde le sourire, se raccrochant à Valentina Tereskova, première femme envoyée dans l’espace, à qui elle voue un véritable culte. Suivant l’exemple de Marisa, militante exemplaire, elle s’investit dans toutes les campagnes et promeut les idées communistes dès qu’elle le peut. Mais voilà, la réalité rattrape ses rêves de grandeur, et les premiers amours ne sont pas facilement contrôlables.

 


Assez léger, habile et parfois drôle, le film n’évite pas quelques longueurs, toutefois peu nombreuses. D’un point de vue historique, ce long métrage mixe brillamment de nombreuses images d’archives, rarement diffusées, et l’actualité encensée par la presse italienne. A cette époque, le prolétariat croyait de toutes ses forces à l’émancipation de sa classe à travers cette course pour l’espace, la presse relayant avec ferveur chaque nouvel exploit du bloc de l’Est.   

Luciana vit et survit à ses déboires amoureux, et son jeune âge semble parler pour elle, à travers ses hésitations, ses doutes et ses paroles cruelles. Parfois agaçante, elle est un reflet exact de l’adolescence, et son personnage est bien construit.

Pour un premier long métrage, Susanna Nicchiarelli a réalisé une œuvre subtile, originale de par son sujet, et bien traitée sur une période charnière dans l’évolution des hommes comme des femmes. Parfois, quelques clichés s’installent et le déroulement semble un peu trop évident pour le spectateur, mais l’ensemble reste de bonne facture.

 

Ugo Schimizzi

 

plus d'infos sur le festival de Villerupt :

www.festival-villerupt.com

 

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 12:18

« Fortapàsc » est malheureusement une histoire vraie : l’histoire de Giancarlo Sani, mort à 26ans, jusqu’à aujourd’hui le seul journaliste tué par la Camorra, mafia italienne de la région de Naples.

 


Alternant entre l’évolution rapide et efficace du jeune Giancarlo en tant que pigiste dans un petit canard de Torre Annunziata, proche de Naples, et ses déboires amoureux, le film avance à un train agréable.

La réalisation est précise, prenant bien soin de laisser apprécier toute la dimension des protagonistes, non sans de légères pointes d’humour bienvenues. Sans mise en scène à œillades et grands renforts de complots, Marco Risi s’applique à rendre une copie propre et claire, comme son héros. Rapidement, on peut se rendre compte que l’aspirant journaliste ne cherche pas tant le scoop qu’à laisser éclater ce qui dérange. La vérité comme la question de l’information ressortent ici avec tout le courage et la détermination qui leurs sont liés.

Le film ne tombe jamais dans le cliché rebattu par les nombreux films traitant de la mafia italienne, et la réalisation efficace tient bien en haleine le spectateur tout du long. Les nombreuses ramifications et liaisons entre les différents personnages explicitent bien les complots auquel le spectateur prend part, tantôt en tant que maffioso initié, tantôt aux côtés de Giancarlo, à la recherche de la vérité.

Toujours souriant, accusant, traquant et recoupant ses sources d’informations, Giancarlo apparaît comme un journaliste d’investigation inexpérimenté, mais pourtant détenteur de la solution. Apprenant sur le terrain de ses erreurs, profitant de passe-droits pour recueillir des indications uniques, il nous transporte dans son monde avec envie, et nous laisse entrevoir son état d’esprit. Ainsi, on se prend facilement au jeu, et on comprend bien les motivations qui l’animent, alors qu’éclot en notre for intérieur l’envie de le pousser plus loin, bien que chacun connaisse la fin tragique du film.

 

 

A bord de sa Méhari, sillonnant la nuit, accompagné de la radio distillant ses mélodies, Giancarlo contemple la nuit une dernière fois, effrayante et attirante, avant que la justice qu’il réfute ne s’abatte sur lui.

Le 23 septembre 1985, Giancarlo Sani est abattu par les membres de la Camorra. La justice, celle en laquelle il croyait et qu’il voulait faire respecter, mettra 12 ans avant de trouver et de punir les coupables.

Le film est finalement l’allégorie du personnage qu’il présente, entre le documentaire et la fiction. La réalisation de Marco Risi trouve aisément sa place dans la classe des films archives, utiles et même indispensables. Pour ne pas oublier…

 

 

Ugo Schimizzi

 

 

plus d'infos sur le festival de Villerupt :

www.festival-villerupt.com

Partager cet article
Repost0
12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 12:09

Quequette blues, ça va faire mal !

Quequette blues, faut qu’ça emballe !

Le refrain explicite de cette chanson éponyme, présente bien le premier album de Baru.

Sec et bien envoyé, sans faux semblant, étalage pompeux de style graphique ou quoi que ce soit d’autre. Baru ne se lasse pas de le rappeler, et on l’apprend une fois de plus dans ce documentaire de Jean-Luc Muller, dans la vie, il y a l’ancrage social et le rock’n’roll. Du moins, c’est ainsi que la vie marche pour ce fils d’immigré italien, ayant grandi aux environs de Villerupt, entre une piscine chauffée sous la neige, et l’acier infernal des hauts-fourneaux.

 

 

Le documentaire produit par Oxygène Production insiste bien sur l’environnement qui a fait de Baru ce qu’il est devenu. Une classe sociale en plein essor, filles et fils d’immigrés, pour beaucoup à l’usine, le nez dans les mines ou les yeux bouffis des 3x8 dans les hauts fourneaux.

Dans le même temps, l’heure est à la montée du rock’n’roll, des Jimi Hendrix, The Clash ou The Who, pour ne citer qu’eux. Et cet univers est propre au style de Baru. Fluide, direct, comme un bon crochet du gauche dans la face du lecteur. Mais jamais rien de gratuit. Le trait toujours appuyé, le décor présent, à sa place, par nécessité. Pour expliquer, pour justifier l’état du personnage.

 


Toujours avec humour, alternant scènes de bd, interviews croisées du dessinateur, de ses collègues et anciens amis, le documentaire s’écoule rapidement. On ressort avec l’impression d’en avoir tant appris sur le personnage, aussi pittoresque qu’attachant, que sur le terreau qui l’a vu grandir.

Pari réussi donc pour Jean-Luc Muller, qui traduit plutôt bien les desiderata de l’homme au cuir noir, très marqué par sa jeunesse dorée qui lui inspirera entre autres La Piscine de Micheville, dont le festival de Villerupt réédite l’album.

 

 

Ugo Schimizzi

 

photo : Juliette Delvienne

 

 


A noter que le documentaire sera diffusé au début de l’année 2010 sur France 3. 

 

Plus d'infos sur le festival de Villerupt :

www.festival-villerupt.com

 

Plus d'infos sur Baru :

www.baru.fr

 

Plus d'infos sur Jean-Luc Muller le réalisateur :

http://pagesperso-orange.fr/jean-luc.muller/

 

 

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2009 2 10 /11 /novembre /2009 21:15

Gagnez régulièrement vos invitations et retrouvez les meilleur des spectacles et évènements sur Metz et environs (Thionville, Nancy, Luxembourg).


Retrouvez également notre sélection expositions et manifestations  Ici ...

PLACES A GAGNER LE JARDIN D'HIVER DU MICHEL  SAMEDI 28 NOVEMBRE 2009 ( JDM D'HIVER)  CI DESSOUS
2009-11-JARDINHIVER_visuelH.jpg


Bons Plans, invitations et places gratuites sur Metz – Nancy – Thionville - Luxembourg

Jour Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

Tout les mardis

à

18 H

Découvrez les dimensions de la visualisation, de la méditation, et les dernières tendances du bien être… (Horaires adaptables et séances individuelles possibles) …. Renseignements et contacts  Ici

 

Relaxation

- Hôtel de Gournay : Metz centre - Première séance d'essai offerte ! 

PAF : 100 € à l’année  Hors vacances scolaires. (Soit l’équivalent de moins de 4 € la séance)

 

mardi 10 novembre 2009

 

21h00

breakestra (us) + the buttshakers (fr) + dj doka (lor)

 

repéré sur des labels aussi prestigieux que stonethrow , ubiquity ou strut , breakestra a de maintes fois prouvé son savoir-faire imparable en matière de funk endiablé et de soul luxuriante. défenseur d’un groove fiévreux et énergique , cette troupe de 9 musiciens risque de faire monter la température d’un cran tant on la sait capable de rendre le plus irréductible des danseurs en pile électrique incontrôlable

 

concert funk

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

tarif abonné en prévente : 7€

plein tarif en prévente ou tarif abonné soir du spectacle : 10€

plein tarif soir du spectacle : 13€

Mercredi 11 novembre 2009

 

20h00

TICKLEY FEATHER (Philadelphie, Paw Tracks Records)

Lofi Electronica Pop

 

Petite sœur cachée d’Ariel Pink et coup de cœur des grands frères d’Animal Collective (qui l’ont immédiatement signé sur leur label Paw Tracks), Annie Sachs bricole une pop électronique bancale et vibrante de sincérité.

 

COUP DE CŒUR !

TOHU BOHU (Metz, Le Kit Corporation)

Electro Shoegaze

 

Jouant autant avec les silences que les explosions fracassantes, l’artiste empile guitares cristallines, nappes éthérées et saccades électriques dans une marmite sonore où chaque particule sonique fusionne avec sa voisine dans une harmonie aussi belle qu’instable.

Electronica

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

 

5 euros

jeudi 12 novembre 2009

 

20h00

VIC GODARD & SUBWAY SECT (Londres, Overground Records)

Power Pop

 

Songwriter de la trempe d'un Costello ou d'un Paul Weller, Vic Godard doit pourtant se contenter depuis plus de vingt ans d'un succès d'estime (au mieux), et du statut plus ou moins enviable d'artiste culte.

 

SCHONWALD (Ravenna, Pocket Heaven Records)

New Wave

 

Schonwald est un duo mixte lorgnant tantôt du côté du rock noisy de Sonic Youth ou des débuts de Blonde Redhead, tantôt vers l’électro minimaliste de Ladytron. Les sonorités synthétiques renvoient irrémédiablement vers les débuts des années 80.

 

Power Pop / New Wave

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

 

5 euros

jeudi 12 novembre 2009

 

20h30

ebony bones (gb) + the chap. (gb)

 

véritable phénomène live, ebony bones célèbre un rock tribal et multicolore à l’image de son personnage haut en couleurs.

affublé d’un incroyable costume bariolé, miss bones se joue des conventions et propose un mix explosif de funk, de hip hop, de post-punk et d'afro beat. un cocktail musical varié qui synthétise parfaitement l’attitude punk, la chaleur funk et l’instantanéité pop.

 

concert rock

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

tarif abonné en prévente : 12€

plein tarif en prévente ou tarif abonné soir du spectacle : 15€

plein tarif soir du spectacle : 18€

Vendredi 13 Novembre 2009 20h30

Les Ogres de Barback+la Roulette Rustre

Chanson Française

Chez Paulette 343 rue Régina Kricq  54200 Pagney  (Derrière Barine) Tél. : 03 83 43 44 00

 

Complet

Vendredi 13 novembre 2009

 

20h00

N’RELAX (Lyon, Grolektif Records)

Soul Acid Jazz

a

A première vue, le côté acide domine : saveurs électro, batterie jungle, samples bien cueillis, étayés de quelques bidouillages pédalistiques. Mais à la deuxième lampée, la chair sucrée de la musique se dévoile : mélodies pop, sonorités jazz, slams soul et beats appuyés.

 

Acid Soul Jazz

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici 

 

gratuit

vendredi 13 novembre 2009

 

21h00

pony pony run run (fr) + the sillent days (lor)

 

pony pony run run, ou la chevauchée fantastique dans les contrées de l’electro rock ! échappé du zoo musical de nantes, ce groupe au galop balance des fusées intenables et remuantes, hédonistes et jouissives à souhait. nos poulains cultivent un sens ultra aiguisé de la mélodie et du tube instantané. une formule que détient également the silent days, formation lorraine qui s’accoquine plus volontiers avec la pop lo-fi.

 

concert rock

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

tarif abonné en prévente : 7€

plein tarif en prévente ou tarif abonné soir du spectacle : 10€

plein tarif soir du spectacle : 13€

Vendredi

13 Novembre

Samedi

14 Novembre

2009

20h30

Très Très Haut Débit

 

Olivier de Benoist    

Café théâtre

Salle Braun – Metz

18, rue Mozart

57000 METZ - FRANCE

Tél : 03 87 65 73 11

 

 

 

samedi 14 novembre 2009

 

a partir de 15h00

festival métal ride 2

amon armath (se) + die apokalyptishen reiter (de) + hacride (fr) + evile (gb) + como muertos (fr) …

 

après une première édition inaugurée en grande pompe, le festival metal ride est de retour pour décrasser vos tympans englués ! dans des styles aussi variés que le trash, le death ou le hardcore, une multitude de groupe se partagent la scène, comme autant de preuve vivante que le metal continue de brûler de milles feux. éclectique, défricheur et bouillonnant d’énergie

 concert metal

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

tarif abonné en prévente : 18€

plein tarif en prévente ou tarif abonné soir du spectacle : 21€

plein tarif soir du spectacle : 24€

Samedi 14 novembre 2009

 

20h00

 

 

COUP DE CŒUR !

 

JABOTICABA (La Réunion, Bi-Pôle Records)

Indie Folk Créole

 

Jaboticaba tisse avec passion le fil de son folk aux accents créoles. Des compositions intimistes qui nous plongent dans le coeur de La Réunion où la base du répertoire a été concoctée.

 

Folk Créole

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici 

 

5 euros

Samedi 14 novembre 2009 à partir de 21h

Soirée africaine animée par Nan Bara

Repas africain et animation de danse et percussions

Apéritif offert/poulet Yassa/salade de fruits/café ou thé offert

+ d'infos et inscriptions  Ici

Soirée dansante

Restaurant « Le Petit Chat Rond», place des Charons -Metz centre

20,00 €

Dimanche

15 Novembre

2009

16h

 

 

Les Arts Florissants

Grands Motets pour la Chapelle du Roi

 

Direction musicale : W. Christie

Œuvres de Lully, Rameau, Desmarets, Campra

.

Baroque

Arsenal

3, Avenue Ney

57000 METZ - FRANCE

Téléphone : 03 87 39 92 00

 

Normal:

40€

Réduit:

36 €

Paradis:

17 €

Avantage:

32 €

Dimanche 15 novembre 2009

 

19h30

L’ALBERT (Metz)

Chanson

 

Après des années passées à accompagner des groupes à la basse et à la contrebasse (La Nef Des Fous, Le P’tit Jezu , Le Bruit Qui Court), Albert Boutilier s’empare enfin du micro, empruntant les sentiers de la chanson française, mélangeant créole et français dans le texte.

 

 

Chanson

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici 

 

gratuit

A Venir

 

Samedi 28 novembre 2009

 

Dès 20 H

 

Invit. Pour 2  : Clic ICI

 

LE JARDIN D'HIVER DU MICHEL

 

BABYLON CIRCUS + BEAT ASSAILANT + MAD PROFESSOR FEAT EARL16 + ROBERDAM + HIGHER LEVEL SOUND

Après une première édition le 6 décembre 2008 qui avait marqué les esprits en rassemblant un peu plus de 1 300 personnes, le Michel & L’Autre Canal décident de remettre le couvert !

On se souviendra des concerts enflammés de Tournée Générale ou encore d’R-Wan et sa Radio Cortex, des basses lourdes de Kaly Live Dub, de l’arrivée tardive de Lee Scratch Perry pendant que ses musiciens délivraient les premières notes de son concert… Mais on se souviendra avant tout de l’ambiance chaude et conviviale, comme le Michel sait si bien nous en donner !


A VENIR :
Festival "Au Fond du Jardin du Michel" @ BULLIGNY
6ème édition les 13-14-15 mai 2010

 

 

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

Votre contact JDM  : Jérôme DAAB
Tel :  03...
E-mail  Ici

Tarifs : 22 € en prévente / 25 euros sur place / 19 euros tarif réduit

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2009 6 07 /11 /novembre /2009 20:01

 

 

 

C’est dans un hôtel de ville noir de monde que s’est ouverte cette 32ème édition du désormais incontournable festival du film italien de Villerupt. Le thème de cette année, quand la classe ouvrière allait au paradis, le titre du film de Elio Petri, semble presque trop approprié à cette période de doute et de lutte qu' est la nôtre actuellement. Dans un contexte morose, fait de joie à chaque mince victoire face à la précarité, cette nouvelle édition du festival apparaît comme le rayon de soleil de toute une région.

 

 


 

C’est le message qu’ont voulu transmettre les élus vendredi soir, entre souvenirs du passé et métaphores avisées pour notre avenir. Alain Casoni, maire de Villerupt et conseiller général de Meurthe-et-Moselle, est d’abord revenu, comme les autres élus par la suite, sur cette notion de classe ouvrière, si indispensable à une région où le feu et l’acier n’ont cessé d’alimenter tout un pays trente années durant. Saluant le courage et la volonté de tous ces ouvriers, le maire a rappelé le brassage formidable qui a conduit à faire de la Lorraine ce qu’elle est aujourd’hui, terre d’accueil et de mixité. Alain Casoni compare alors les immigrés italiens, polonais, espagnols autrefois maltraités, à nos frères d’Afrique d’aujourd’hui victimes d’arguments nauséabonds quant à l’idée d’identité nationale.

Le petit miracle que constitue ce festival, salué par Jean-Pierre Minella, vice-président du conseil général de Meurthe-et-Moselle, rappelant lui aussi au passage ses origines italiennes et sa fierté d’être devenu élu français, est également défendu chèrement par Oreste Sacchelli, co-organisateur du festival avec Yves Cardellini et Antoine Compagnone. Ici, loin des jugements du festival de Cannes, dont les écrits de la presse sont capables d’une année à l’autre de faire renaître et mourir le cinéma italien, on s’applique à faire perdurer les honneurs des réalisateurs transalpins.

 

 

 

 

Cette année encore, cette tradition ne fera pas défaut, le festival proposant 60 films dans différents endroits de Villerupt, mais aussi de manière délocalisée. Ainsi, Metz, Nancy, Esche-sur-Alzette ou encore Epinal proposeront une sélection de films dans leurs cinémas, tandis que le Cinemobile, cinéma projeté dans un camion, sillonnera les environs de Villerupt, de Longwy à Aumetz.

Cette sélection, éclectique tout en restant au diapason de la classe ouvrière, sera composée de films inédits, à peine sortis en salle, ou encore d’anciennes réalisations marquantes des années 1970. C’est d’ailleurs dans ce contexte, après un discours vibrant de Jean-Pierre Masseret, le président de la région Lorraine, que fut présenté au millier de personnes réunies pour la soirée le documentaire Di madre in figlia (de mère en fille) retraçant le quotidien de repiqueuses de riz du nord de l’Italie, il y a un demi-siècle de cela. Le film voyage entre documents d’archives et commentaires construits et parfois amusants d’un groupe de repiqueuses de riz lors de leur jeunesse, le Coro delle Mondine di Novi, aujourd’hui pour la plupart octogénaires, devenu chorale itinérante. Une chorale qui, courbée les pieds dans l’eau et souffrant pendant quarante jours de juin à juillet afin de ramener un peu de sous à la maison, chantait déjà leurs malheurs et leur envie de liberté et qui ne cessa depuis de perpétrer ce besoin d’expression. L’expression inaltérable de femmes qui se construisirent autour de joies et de peines, de travail et de volonté, que rien ni personne, pendant l’époque fasciste ou encore aujourd’hui, n’empêchèrent d’aller de l’avant. Ces femmes, ces mères, ces épouses, chantant pour les partisans comme pour les travailleurs, parcourent aujourd’hui l’Italie afin que personne n’oublie. Que personne n’oublie que le travail est un choix, une souffrance, mais aussi une récompense. Que personne n’oublie les difficultés que toute une génération de femmes a connu pour vivre, s’émanciper et obtenir des conditions dignes de leur statut. Que personne n’oublie enfin de lutter pour ses envies, ses désirs, ses rêves.

 

 

 

 

 

Et c’est justement tel un rêve que le chœur apparaît dès les lumières rallumées au bout de la salle de l’hôtel de ville, chantant leur courage et leur bonheur d’être ici, devant une salle debout, les acclamant. La mise en bouche que constituait le documentaire parfaitement réalisé et maîtrisé, bien que vibrant et riche, était peu face à l’émotion que procurait la vision de ces grand-mères, chantant à pleins poumons siamo lavoratori, voliamo la liberta (nous sommes des travailleurs, nous voulons la liberté). Et lorsque cette vingtaine de femmes entonne Bella Ciao, hymne des Mondine dans les rizières, devenu ensuite chant des partisans italiens, la foule ne s’arrête plus de vibrer et de chanter, applaudissant à tout rompre tant leur courage que l’espoir apporté pour cette soirée, comme pour l’avenir.

 

Alors, une nouvelle fois, bon vent à cette 32ème édition, et qu’arrive le plus tard possible le moment de refermer cette quinzaine du bonheur, au rythme de la culture italienne, vivace et belle.

 

 

Ugo Schimizzi

 

 

crédits photos : Juliette Delvienne


 

Plus d’informations sur :

 

Le chœur des mondines de Novi :

http://www.mondinedinovi.it/


Le festival du film italien de Villerupt :

http://www.festival-villerupt.com/

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2009 4 05 /11 /novembre /2009 02:10

Depuis le succès fulgurant de l’entêtant « Toi+Moi », la popularité de Grégoire ne cesse de croître, accumulant ainsi les titres à succès. De passage au casino 2000 de Mondorf-les-Bains, le temps d’un concert, melting-actu ne pouvait pas passer à côté de cet artiste, au 347 producteurs.

 

 

Postées devant la scène, attendant l’arrivée de leur idole, ses dévouées groupies étaient au bord de l’évanouissement. Le but ultime : tenter de se trouver une place de choix parmi la foule. A première vue, donc, rien ne différencie ce tout nouveau venu sur la scène française des autres artistes. Pourtant, depuis la sortie de son premier album « Toi+Moi » en Juin 2008, l’énorme succès de celui qu’on se plait à décrire comme « le premier artiste produit par internet » a permis de faire découvrir au public « My Major Compagny », un label dénicheur de talent révolutionnant l’industrie du disque.

 

Après avoir généré le « buzz » avec « Max Boublil » sur la toile, « Anthony Marciano », « Michaël Goldman » et « Sévan Barsikian », décident de créer le label communautaire « My Major Compagny », avec un projet audacieux : proposer aux internautes de miser sur un artiste en finançant son album. Pari réussi pour Grégoire, dont le financement de ses 347 « internautes producteurs » lui a permis d’atteindre, en moins de cinq mois, la somme cruciale de 70.000 euros, nécessaire à la production de son album. L’effervescence d’un casino était donc, le choix idéal pour symboliser le parcours peu conventionnel de l’artiste. En effet, miser sur Grégoire peut valoir de l’or et revient à un petit jackpot. Face au succès indéniable de l’album, aucun risque pour ces nombreux producteurs de se « ruiner aux jeux»… Ainsi, ces derniers, pour qui une partie du profit des ventes leur revient, se partagent 30% du chiffre d’affaire.  A l’heure de l’éternel débat sur l’avenir du disque, ce concept nous livre une manière inattendue d’intégrer l’internaute dans le processus de  conception d’un album.

 

Néanmoins, Grégoire ne se résume pas qu’à l’étiquette de « produit du net » trop souvent accolée à l’artiste. Car après son premier single « toi+Moi », les titres s’enchaînent et rencontrent toujours la même ferveur. « Ta Main », « Rue des étoiles » et le dernier en date « Nuages » qui caracolent en tête des ventes s’ajoutent au succès de sa tournée entamée le 15 Avril dernier. Adepte de variété française, Grégoire, dont les textes sont à première vue imprégnés de l'atmosphère pesante des « chansons à textes », nous livre un album concluant, inspiré de son passé, mélange de victoires et d’épreuves bouleversantes.

 

On préfèrera néanmoins le live, plus énergique et entreprenant, où les titres phares de l’album se mêlent à des reprises entraînantes tirées des Beatles ou de Jean-Jacques Goldman. L’occasion également de découvrir le groupe de musiciens, avec qui il a collaboré pour la conception de l’album, nous offrant ainsi des versions inédites des titres tant attendu par le public.

 

 Ainsi, Grégoire, le pionnier d’une nouvelle génération d’artistes, a permis à « My Major Compagny », au succès désormais bien installé, d’ouvrir la voie à d’autres talents prometteurs tel que Joyce Jonathan et  son single « Je ne sais pas » qui promet de suivre la route de son prédécesseur. Une chose est sûre, le business du disque n’a pas fini de connaître des rebondissements.

 

 

Article par  Ophélie  BINET

 

Quelques dates :

-7 et 8 Novembre 2009 : Théâtre d’Abbeville, ABBEVILLE

-27 Novembre 2009      : Gare du midi, BIARRITZ

-08 Décembre 2009      : L’omnibus, St Malo

-09 Décembre 2009      : Salle polyvalente Oceanis, PLOEMEUR


 

Plus d’infos surhttp://www.myspace.com/justegregoire
Partager cet article
Repost0
4 novembre 2009 3 04 /11 /novembre /2009 20:54




Expositions et manifestations  sur Metz – Nancy – Thionville - Luxembourg

Jour Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

Les 7, 8, 28 et 29 novembre, de 12h à 17h

Movement laboratory, satge avec Yuko Kominami.

Inscriptions et renseignements : 00352 40 45 69

Stage de danse contemporaine

Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois   Trois C-L  20a, Rue de Strasbourg   L-2560 Luxembourg  T : +352 40 45 69   – mail ici - site ici  

 

100 euros les cours / 25€ le cours d’essai

Jusqu’au

lundi 9 novembre 2009  2009  

 

9h - 20h

Exposition photographique de  Francis KOCHERT COUP DE CŒUR !

 

 photographe et journaliste (grand reporter au Républicain Lorrain à Metz) s’expose à la MJC à l’occasion de la commémoration de la chute du mur de Berlin.

Un vernissage aura lieu le 9 novembre, date anniversaire de la chute du mur.

 

Exposition photographique

MJC Lillebonne, 14 rue du cheval blanc, 54000 Nancy

Tél : 03 83 36 82 82

Entrée Libre

Les 11, 13, 18, 20, 25, 27 novembre, de 19h à 20h30

Une approche technique et chorégraphique : stage de danse contemporaine par Anu Sistonen.

 Inscriptions et renseignements : 00352 40 45 69

Stage de danse contemporaine

Centre de Création Chorégraphique Luxembourgeois   Trois C-L  20a, Rue de Strasbourg   L-2560 Luxembourg  T : +352 40 45 69   – mail ici - site ici  

 

120 euros les cours / 15e le cours d’essai

 

A partir du jeudi 12 novembre

 

 

Exposition du peintre alin

 

 

( Vernissage le jeudi 12 novembre18h )

 

Exposition

Librairie Hisler-even 1 rue ambroise thomas.  Metz

 

gratuit

Le Samedi

14 novembre de 15h à 16h30

Stage Parent-enfant avec Annick Pütz : un temps pour danser ensemble, avec sa maman ou son papa, avec son enfant, et rencontrer d’autres enfants et d’autres parents dans la danse.

Inscriptions et renseignements : 00352 40 45 69

Stage de danse contemporaine

STUDIO TROIS C-L 20A, rue de Strasbourg Luxembourg  Tél. : 00352 40 45 69   - eMail ici

 

20€ pour 1 parent et 1 enfant

Samedi 14 & dimanche 15 novembre 2009

Stage de danse africaine & orientale les 2 jours:

11h à 13h: danse africaine avec Fatou

13h30 à 15h30: danse orientale (débutant) avec Yasmine

16h à 18h: danse orientale (initié) avec Yasmine

+ d'infos et inscriptions www.nanbara.fr

Stage de danse africaine et orientale

Gymnase de l'Abbé Risse – 7 rue d'Enfer- Metz centre+ d'infosNan bara Ici  

 

Forfait week-end 50€

 

1 activité seulement: 35€

Jusqu’au

vendredi 5 décembre 2009

9h - 20h

EXPOSITION COMIX, BD ALTERNATIVE, FANZINES

avec Moolinex. Son travail n et grossier, distingué et sauvage, tout cela à la fois. Il vous cueille comme un direct du droit élégamment envoyé au creux de l’estomac. L’underground de l’underground, sa dernière exposition est une collection de « poing de croix… ».L’art du slogan : tous morts, tous égaux; merci papatron; les enfants sont des gens méchants,…Loufoque, dangereux, mauvais, infréquentable & génial.

 

Exposition

MJC Lillebonne, 14 rue du cheval blanc, 54000 Nancy

Tél : 03 83 36 82 82

Entrée Libre

Partager cet article
Repost0
3 novembre 2009 2 03 /11 /novembre /2009 17:34

Gagnez régulièrement vos invitations et retrouvez les meilleur des spectacles et évènements sur Metz et environs (Thionville, Nancy, Luxembourg).


Retrouvez également notre sélection expositions et manifestations  Ici ...

PLACES A GAGNER LE JARDIN D'HIVER DU MICHEL  SAMEDI 28 NOVEMBRE 2009 ( JDM D'HIVER)  CI DESSOUS
2009-11-JARDINHIVER_visuelH.jpg

Bons Plans, invitations et places gratuites sur Metz – Nancy – Thionville - Luxembourg

Jour Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

Tout les mardis

à

18 H

Découvrez les dimensions de la visualisation, de la méditation, et les dernières tendances du bien être… (Horaires adaptables et séances individuelles possibles) …. Renseignements et contacts  Ici

 

Relaxation

- Hôtel de Gournay : Metz centre - Première séance d'essai offerte ! 

PAF : 100 € à l’année  Hors vacances scolaires. (Soit l’équivalent de moins de 4 € la séance)

 

Mardi 3 novembre 2009 20h30

 

4 platinistes pour des solos, duos variés et quartet. Une rencontre internationale au sommet, réunissant Erik M (FR), Martin Tétrault (CA), Ignaz Schick (ALL) et Katsura Mouri (JP) pour une tournée exceptionnelle. Quatre platinistes, orfèvre de la platine, pour la plupart issues des arts plastique ou sonore, amoureux du vinyle, qui utilisent la platine comme un instrument de musique à part entière, en y maîtrisant les accidents sonores à la perfection. Il en résulte une musique abstraite au son /électronica parasité/, dont la base du mix n’est pas le tempo, mais bien le son produit par les platines et les vinyles malmenés……

Musique en concert

Théâtre du Saulcy - Université de Metz -  eMail ici – Tél. : 03 87 31 56 13 , - siteWeb ici –Théâtre Universitaire de Metz -

 

8/6 €

Mercredi 3 novembre 2009

 

20h00

MATTEAH BAIM (New-York, Revolver Records)

Pop expérimentale

 

Artiste-peintre, Matteah Baim développe en solo une folk dépouillée et vaporeuse, expérimentale par essence, pop par besoin, qui évoque aussi bien David Lynch et Lisa Germano que This Mortal Coil et Jana Hunter. 

 

Indie Pop

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

 

gratuit

mercredi 4 novembre 2009

20 H

 

 

Dragibus (fr)

 

Véritable alternative aux musiques habituellement destinées au jeune public, depuis de longues années dragibus interprète dans une pop « expérimentale » d’anciennes comptines du monde entier, et cible son show sur l’interaction avec les enfants qui sont invités individuellement ou en petit groupe à jouer avec le trio sur scène.

 

jeune public

electro rock

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

plein tarif soir du spectacle : 5€

(gratuit pour les parents)

Mercredi

4 Novembre

2009

20h

 

Concert de l’Orchestre

Des Jeunes de la Grande Région

 

Direction : J.Mercier

Piano : Vahan Mardirossian

 

 

 

Arsenal

3, Avenue Ney

57000 METZ - FRANCE

Téléphone : 03 87 39 92 00

Entrée libre Billets à retirer à l’Arsenal à partir du mercredi 14 octobre

 

mercredi 4 novembre

 

21h00

the congos (jam) + riddimperialism (lor)

 

Le reggae authentique des congos, natifs de l’île de la jamaïque, vit le jour à la fin des années 60, grâce à la rencontre de cedric myton et de roy ashanti johnson lors de la venue d’haïlé selassié à kingston.

les jeunes rastas grandissent respectivement à sainte catherine et à hanover, ils vouent le même culte à l’empereur d’ethiopie.

 

cédric myton, roy ashanti johnson et

watty king burnett, sont de jeunes musiciens qui travaillent alors sur différents projets, jusqu’à un moment clé ;

Ils sont réunis par lee scratch perry, ami d’enfance de roy johnson, devenu producteur au génie créatif, dans son très célèbre studio black ark à kingston, en 1977.

 

concert reggae

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

tarif abonné en prévente : 14€

plein tarif en prévente ou tarif abonné soir du spectacle : 17€

plein tarif soir du spectacle : 20€

Jeudi

5 Novembre

2009

20h30

Il était une fois Franck Dubosc

 

« De 2 à 73 ans, du petit caca derrière le coffre à jouet à ma retraite en solitaire, en passant par mes années disco...je vais te promener au coeur de ma vie... »

 

 

Spectacle

Humour

 

Les Arènes

5, avenue Louis le Débonnaire

57000 Metz

France

Téléphone : 03 87 62 93 62‎

 

36/39€

Jeudi 4 novembre 2009

 

20h00

LES FRERES CANAPELLI (Poitiers)

Estudiantina

 

Les Frères Canapelli forment ce que l'on appelle une "estudiantina" ou un "orchestre à plectre", c'est-à-dire une formation comprenant uniquement des mandolines et des guitares. Leur répertoire est surtout composé d'airs traditionnels du sud de l'Italie.

 

PIERO MOIOLI (Metz, Casa Nostra Records)French Pop

Des Skaferlatine au P’tit Jézu en passant par Les Montreurs d’Ours, beau est le chemin qu’aura parcouru Piero durant toutes ces bienheureuses années, délivrant au monde sa pop folk délicate avec la plus sensible des assurances.

 

Estudiantina / french Pop

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici 

 

5 euros

Jeudi 5 novembre 2009

 

20h30

Spectacle de danse avec la danseuse buto Sayoko Onishi.

Solo «La Primavera Siciliana» (le printemps sicilien) suivi d’une improvisation avec Emmanuel Fleitz (contrebasse,...).

 

Spectacle de danse

MJC Lillebonne, 14 rue du cheval blanc, 54000 Nancy

Tél : 03 83 36 82 82

5 / 8 €

Du Jeudi

5 Novembre Au Mardi

10 Novembre

2009

 

Festival des Musiques Volantes

Pour sa 14e édition, le festival des Musiques Volantes revient avec un programme audacieux et éclectique élaboré par un collectif de programmateurs passionnés. Du 5 au 10 novembre, l’Arsenal et les Trinitaires accueilleront les groupes participant au festival

Festival

Arsenal

3, Avenue Ney

57000 METZ - FRANCE

Téléphone : 03 87 39 92 00

 

Les Trinitaires – Metz

10-12 rue des Trinitaires

Tél : 03 87 20 03 03

 

 

Vendredi 6 novembre 2009

 

19h30

Vernissage de l’exposition “SM Patchwork” par Jeff à partir de 18h00, suivi du concert de :

 

MAC ABBE & LE ZOMBI ORCHESTRA (Lyon, Carotte Productions)

Chanson Macabre

 

Du swing à la bossa en passant par le rock'n roll et le ragtime, Mac Abbé et son orchestre zombifié confronte de délicates mélodies à des sujets plus décadents les uns que les autres.

 

 

Chanson Macabre

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

 

gratuit

vendredi 6 novembre 2009

 

21h00

do make say think (ca) +

the happiness project (ca) + years (ca)

 

fleuron du label post rock constellation, do make say think chemine de tempete en accalmie,  passant avec une aisance incroyable du rock le plus grisant aux douceurs cuivrées d’un jazz tout en retenue. une maitrise et une fluidité naturelle qui coulent dans les memes veines que les membres d’happiness project et de years.

deux formations aussi éloignées que complémentaire , qui juxtaposent une version décomplexée de la musique de chambre et un frisson folk au crépuscule de l’aube.

 

 

concert rock

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici   Plus d'infos site Web ici

 

tarif abonné en prévente : 7€

plein tarif en prévente ou tarif abonné soir du spectacle : 10€

plein tarif soir du spectacle : 13€

Samedi 7 novembre 2009

 

20h00

RICH DELUXE & THE REMEDIAL SCHOOL ORCHESTRA (Nancy, Bang Bang Records)

Garage Pop

 

Rich Deluxe aurait pu être le fils caché d’Elvis Costello s’il n’avait pas été aussi blond. Rich Deluxe aurait pu remplacer Paul Weller au sein de The Jam s’il n’avait pas autant écouté The Coral.

 

Garage Pop

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

 

gratuit

Dimanche

8 Novembre

2009

16h

 

Aladin – Pierre Charvet

 

Chant et récit : Kate Combault

Création musicale : Pierre Charvet

Mise en scène et adaptation : Jeanne Roth

Sur une idée originale d’Arnaud Lehmann

 

Trio Instrumental

 Arsenal

3, Avenue Ney

57000 METZ - FRANCE

Téléphone : 03 87 39 92 00

 

 

 

A Venir

 

Mardi

10 Novembre

2009

20h

 

Alain Souchon est « chanteur à Metz »

 

Chanson française

Les Arènes

5, avenue Louis le Débonnaire

57000 Metz

France

Téléphone : 03 87 62 93 62‎

 

Mardi

10 Novembre

2009

20h

 

Samedi 28 novembre

 

Dés 20 H

LE JARDIN D'HIVER DU MICHEL //

BABYLON CIRCUS + BEAT ASSAILANT + MAD PROFESSOR FEAT EARL16 + ROBERDAM + HIGHER LEVEL SOUND

Après une première édition le 6 décembre 2008 qui avait marqué les esprits en rassemblant un peu plus de 1 300 personnes, le Michel & L’Autre Canal décident de remettre le couvert !

On se souviendra des concerts enflammés de Tournée Générale ou encore d’R-Wan et sa Radio Cortex, des basses lourdes de Kaly Live Dub, de l’arrivée tardive de Lee Scratch Perry pendant que ses musiciens délivraient les premières notes de son concert… Mais on se souviendra avant tout de l’ambiance chaude et conviviale, comme le Michel sait si bien nous en donner !


A VENIR :
Festival "Au Fond du Jardin du Michel" @ BULLIGNY
6ème édition les 13-14-15 mai 2010

 

 

L'Autre Canal à NANCY

 

Votre contact : Jérôme DAAB
Tel :  03.8...
E-mail  Ici

Tarifs : 22 € en prévente / 25 euros sur place / 19 euros tarif réduit

 

Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici