26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 09:14

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

vendredi 5 décembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

de 14h00 à 03H00 du matin

Open : Journée et Soirée prévention sida

 

soirée électronique organisée par m.o.t . des artistes tels que the firm ou the mastery viendront aussi faire chauffer les platines pour la bonne cause. Dans le même temps, les deux associations pourront proposer aux participants un coin de détente et de prévention dans leur chill-out. Cette soirée vise à toucher un type de participants souvent marginalisé du fait des stéréotypes.

 

Contact 06 72 11 98 80

concert conference projets

M.D.E. : Maison Des Etudiants : Ile du Saulcy  B.P 80794  57012 Metz Cedex 1 - -  Tél. : 03.87.54.77.01 

Entrée gratuite 

20 h 30

Film et musique de Charlie Chaplin

 

Les lumières de la ville (City Lights( avec l'Orchestre National de Lorraine)

 

 

 Bouleversante histoire d'amour entre un vagabond et une jeune fleuriste aveugle sur des mélodies imaginées par Chaplin, dominées par le thème de la chanson exotique et sentimentale La Violetera.

 

Charlot le vagabond sauve la vie à un milliardaire... Arrivera-t-il à offrir à celle qu'il aime l'opération qui lui rendra la vue ?

 

L'orchestre accompagne en direct la projection du film « City Lights » (Les lumières de la ville) de Charlie Chaplin.

 

Direction . Stéphane Cardon

 

 

Ciné – Concert

 

Tout public dès 6 ans

 

Centre Culturel Pablo Picasso  Place Leclerc  54310 Homécourt tél. : 03 82 22 27 12 adresse mail Ici  site Web ici

 

11 €

8 €  5 €

21 h

Laurette Canyon & the Gold Diggers

 

Site Ici

country

L’estanquet  Bar à vin et Café théâtre  27 rue des roches  57000 Metz restauration possible - Site Web ici - eMail ici -   réservation au Tél. :03 87 35 78 31 

 

Entrée gratuite 

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 09:12

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Samedi 6 décembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

16h30

Pontiffroy-Poésie accueille le poète et éditeur Roland Chopard. Lectures et présentation de magnifiques livres d'artiste des éditions Aencrages and Co. Boeuf poétique en fin de séance ouvert à tous   

Poésie contemporaine

Médiathèque du Pontiffroy - 1 Cour Elie Fleur 57000 Metz - Tél : 03 87 55 53 33 contact mail Ici

Entrée libre  

à partir de 18h30

Pour la première fois, Le Michel fait une escapade de Bulligny vers Nancy!

Un savant mélange d’artistes « découvertes » et de « têtes d’affiches ». Chanson, rock, hip-hop et reggae se feront la part belle pour un moment qu’on promet déjà mémorable. + d’infos Ici

 

LEE SCRATCH PERRY (Reggae Dub – Jamaïque) DATE UNIQUE!!

KALY LIVE DUB (Dub Electro – Lyon)

LA CARAVANE PASSE (Festif – Paris)

R-WAN (Inclassable – Paris)

TOURNEE GENERALE (Chanson Festive – Nancy)

MAGIC DUB SKATALOG ALL STARS (Fanfare Ska – Nancy)

Festival Jardin d’Hiver Du Michel

 

reggae, dub, electro, festif

 

 

L’autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88 site Web ici

 

20€ tarif en location, 23€ tarif sur place, 17€ tarif réduit

20h à 02h

C’est la Saint Nicolas, journée spéciale en Lorraine. Lors de cette soirée où vous pourrez jouer aux Jeux de société sur le thème des contes et légendes, un conteur viendra vous raconter la fameuse histoire du Saint Nicolas et de son lien étrange avec le Café-jeux TRIBES. Pain d’épice, chocolat chaud seront au Rendez-vous. Venez vous blottir dans nos canapés, autour d’une ambiance conviviale unique.

 

Soirées Dédiées

 

Tribes   Café-Jeux (18 rue de la Haye - 57000 Metz - tél : 03 87 77 91 52   mail Ici- site  Ici  

 

8 €

 (1 Boisson Chaude + 1 Gourmandise + Jeux)

 

4€ pour les enfants

20h30

 

La troupe de théâtre La Ban d'Rôle présente sa dernière création "Petits tracas d'la vie qui va...". Composition originale mise en scène par Brigitte Tinnès et Paul Kaës, pour tout public. Spectacle de café-théâtre constitué de sketches variés épinglant la vie quotidienne avec ses petits (ou grands) soucis, dans un patchwork de scènes cocasses ou absurdes, servies par des comédiens enthousiastes et délirants. Deux heures d'humour fou !!!. Spectacle organisé dans le cadre du Téléthon, en partenariat avec l'association MRKH.

Café-théâtre

Centre socio-culturel "Le Ru-Ban", Avenue Henri II - 57050 Ban Saint Martin (Metz)  site : Ici

6 euros

14 h

dédicace du calendrier des handballeuses lorraines (présence des joueuses)

 

Rencontres

Librairie Hisler-Even  1 Rue Ambroise Thomas –Metz Tél :   03 87 75 07 11

 

Entrée libre

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 09:11

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Dimanche 7 décembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

16 h

La Société de Musique l'Avenir de Hagondange, accompagnée de deux chorales, la chorale Chan Heurlin de

Bettelainville, et la chorale Quarte Blanche de Norroy le Veneur.

 

150 musiciens et chanteurs seront donc sur scène.

 

Au programme : Pomp and circonstance de Elgar, l’air des esclaves du Nabucco

de Verdi, les musiques des films « Christoph Collomb » et « Amistad » mais

aussi les plus célèbres airs de Noëls.

Musique classique

 

Harmonie et choeur

Salle Paul Lamm, Hagondange

 

Entrée libre.

 

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 09:10

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Lundi 8 décembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

du lundi au jeudi de 21h04 à 22h

Sur la route présenté par Laurent Lavige

 

Une heure très musicale émaillée d’archives INA pour resituer dans leur époque et analyser le succès des titres diffusés, d’interviews de personnalités qui livrent en direct leurs souvenirs liés à leurs premières émotions musicales, de versions inédites ou oubliées

Emission de radio

France Inter site de l’émission Ici

 

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:39

 

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Lundi 24 Novembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

du lundi au jeudi de 21h04 à 22h

Sur la route présenté par Laurent Lavige

 

Une heure très musicale émaillée d’archives INA pour resituer dans leur époque et analyser le succès des titres diffusés, d’interviews de personnalités qui livrent en direct leurs souvenirs liés à leurs premières émotions musicales, de versions inédites ou oubliées

Emission de radio

France Inter site de l’émission Ici

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:38

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Mardi 25 Novembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

Chaque Mardi

 

De 21 h 30 à 02 h

Blind test chaque semaine

Dans l’ambiance du café de la com.  1 Bouteille à gagner

Blind Test

Bar de la Comédie 2 rue du Pont des Roches 57000 Metz

Entrée

Libre (Conso.)

 

Partager cet article
Repost0
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 19:38

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Mercredi 26 Novembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

20h30

William Baldé (Fr) + Taïro (Fr)

De ses doigts magiques sur les cordes en nylon de sa guitare, William Baldé tisse des chansons aux accents soul et matinées de reggae. En quelque sorte, une parodie (ou un hommage au choix) à la musique noire américaine comme Taïro peut le faire avec un soupçon de R’n’b en plus.

Production Label LN 

Chanson Reggae

 

 

L’Autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88   eMail  ici  site Web ici

21/24/27 €

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 23:00


Sept ans que l’on attendait ça ! Le meilleur groupe français des vingt dernières années, Noir Désir, a repris le chemin des studios d’enregistrement et nous offre deux nouveaux titres depuis quelques jours. Alors loin de toute polémique, stérile et inutile, ne boudons pas notre plaisir et saluons cette bouffée d’air artistique pour la production musicale française, qui en a grandement besoin…

 

Concernant plus spécifiquement notre région, cette deuxième quinzaine de novembre sera placée sous le signe du rire.

Pour commencer, direction Les Arènes de Metz jeudi 20 afin d’écouter les inusables imitations de Laurent Gerra, accompagné, pour l’occasion, de vingt musiciens. Des invitations pour vous ICI.

Ensuite, samedi 22, c’est du côté de Florange et de La Passerelle que nos zygomatiques risquent d’être mis à rude épreuve. Le trublion Edouard Baer sera sur scène, dans le cadre d’une pièce de théâtre délirante intitulée Looking For Mister Castang.

Enfin, c’est Elie Semoun qui fermera le bal vendredi 28 aux Arènes, aux commandes de son nouveau spectacle Merki.

 

Sinon, à part ça, L’Arsenal de Metz accueillera Manu Katché mercredi 19 et le Galaxie d’Amnéville vibrera au son des années 80 de la RFM Party vendredi 21 (avec entre autres, s’il vous plaît : Jean-Pierre Mader, Jean Schulteis et …Sabrina ! Que de souvenirs…)

 

 

Après avoir remué sur Macumba et autre Boys, le démon de la danse ne vous quittera peut être plus. Dans ce cas, essayez les cours de salsa au restaurant Au coup d’œil de Metz vendredi 28, mais aussi ceux de danse orientale, organisés samedi 29 et dimanche 30 par l’association Nan Bara.

 

Bonnes sorties à toutes et à tous !

 

M.F.

 

A ne pas manquer début décembre (samedi 06) : le Festival Jardin d’hiver Du Michel à L’Autre Canal de Nancy (invits à récupérer très prochainement dans la partie PLACES GRATUITES & BONS PLANS)
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 22:30

Mercredi 19 novembre, au Garage à Saarbrücken, a eu lieu le grand retour des Finlandais de Sonata Arctica.

Ils ont été précédés de deux premières parties : Vanishing Point et Pagan’s Mind.

Sur les coups de 19h30, les premiers entament leur set sur une scène pleine à craquer de matériel. Ils enchaînent des titres somme toute assez semblables, très « power métal » ni désagréables, ni originaux. Leur guitariste leader s’applique sur ses solos, fait coucou au public – comme le chanteur d’ailleurs – et tout se passe relativement bien, le son étant correctement réglé.

Après un quart d’heure de démontage-remontage de la scène, arrivent les norvégiens de Pagan’s Mind, venus présenter leur nouvel album. La musique se fait déjà bien plus lourde, et, ma foi, bien plus insupportable. Le batteur et le bassiste – à 6 cordes – s’empressent de pilonner le terrain, et il faut bien avouer que l’on s’ennuie ferme. Sûrs de leurs quatre opus déjà parus, ils appliquent la même recette à toutes les chansons, alors que le chanteur peu charismatique tente d’haranguer la foule. Celle-ci répond mollement, lève les bras, applaudit par politesse. Une fois le massacre terminé, Pagan’s Mind déblaie la scène et l’on retrouve enfin, après un temps conséquent, Sonata Arctica.

 

Le show de la tête d’affiche commence fort, mais avec un son brouillon. Ils enchaînent plusieurs titres de leur dernier album Unia, qui m’était également apparu bien fade sur cd. La scène ne me les a pas révélés sous un autre jour. D’un avis général, Sonata Arctica, voulant se renouveler, semble plus gâter les beaux fruits de sa jeunesse et pondre des albums quelconques, que véritablement faire figure de groupe innovant incontestable. Ce démarrage poussif est encore accentué par un éclairage loin d’être des plus judicieux, mais on comprendra par la suite qu’il était prévu, compte tenu de la présence des photographes.

Le groupe lui-même semble ailleurs, assez mécanique, et ce n’est pas leur nouveau guitariste Elias Viljanen, venu remplacer le diablotin Jani Liimatainen - évincé du groupe après un service militaire non effectué - qui a su prouver le contraire.

Pour les avoir vus au même endroit et pratiquement le même jour il y a un an de cela, alors qu’Elias faisait ses débuts, je constate que la prestation de ce dernier, que j’avais jugé timide du fait de son entrée dans le groupe, se révèle être la nature-même du guitariste. Certes, le bonhomme a des qualités, excellent joueur de guitare, et véritable icône des « guitar heroes » types, mais il n’a malheureusement aucune originalité. Et sûrement pas la folie de son prédécesseur. Là où ce dernier faisait le show à lui tout seul - courant, dansant, accompagnant des soli de génie de rictus des plus hilarants -, Elias se contente de lever sa guitare, de prendre la pause comme s’il était en séance photo et, de temps à autre, de lever un poing faussement rageur vers la foule.

Henrik Klingenberg, claviériste de son état, et deuxième homme fort du groupe derrière le charismatique chanteur Tony Kakko, ne s’en donne pas vraiment à cœur joie. Il effectue le boulot qu’on lui demande, avec toujours le brio et la classe qui le caractérisent, mais sans excès.

Marko Paasikoski, quant à lui, reste le bassiste qu’il a toujours été. Fidèle à lui-même, il semble aussi dépressif que depuis des années, se demandant encore –tout comme le public- ce qu’il fait sur scène.

Tommy Portimo reste la valeur sûre du groupe : réglé comme un métronome – parfois trop – il enchaîne les compos comme le fantôme d’arrière-salle qu’il est : discret, mais d’une efficacité redoutable.

 

Le son est maintenant douloureusement puissant, aux aigus à la limite du supportable. On assiste, après un détour par l’album Ecliptica, au solo d’Elias, digne d’un vrai shredder de salon, visible sur youtube ou dailymotion !

Plaisanterie mise à part, on assiste, médusé, à la mise à mort de la si jolie ballade Gravenimage, jouée avec une force et un matraquage voix-batterie ahurissants. Je ne suis pas contre – loin de là – l’improvisation, l’originalité, les décalages, mais là, trop c’est trop ! Ajoutons à cela un Fullmoon joué sur un tempo de papi, et un final expédié en faisant le décompte des chansons restantes…

Ce concert me laisse un goût amer. De plus, pour avoir vu ce groupe deux fois déjà par le passé, je me suis rendu compte de son manque d’évolution sur scène, et notamment dans les répliques et jeux avec le public. Certes, le passage de la « batterie humaine » où Tony divise le public en trois est très drôle, mais très « déjà vu ».

 

Au final, Sonata Arctica a livré une prestation sérieuse, carrée – à la note près, ce sont les chansons que l’on peut entendre sur les albums – mais dénuée d’âme et d’originalité. Leurs morceaux sont passés d’un « speed métal » alléchant à un « métal quelconque » et faussement raffiné, ne se distinguant plus vraiment de la masse que comporte le style.

Gageons qu’ils sauront se reprendre et repartir dans une veine plus joyeuse et plus attrayante pour leur prochain album et que leur nouveau guitariste saura se départir de sa panoplie du « parfait petit guitariste »…

 

Ugo Schimizzi

TOUTES LES PHOTOS:

 

 Vanishing Point

 

Pagan's Mind

 

Partager cet article
Repost0
16 novembre 2008 7 16 /11 /novembre /2008 22:25

Ainsi se referme cette 31 ème édition du festival de Villerupt, qui a une nouvelle fois fait la part belle aux réalisateurs italiens.

Sur le thème « Maestro... musica, les cinéastes italiens et la musique », se sont succédés, pendant cette grande quinzaine automnale, chef-d’œuvres et reliques du passé venus croiser le fer avec des premières ou deuxièmes œuvres de réalisateurs contemporains. Parmi eux, des exclusivité, telles  Il Divo de Paolo Sorrentino, récemment récompensé à Cannes, Caos Calmo d'Antonello Grimaldi, ou encore Il papà di Giovanna' de Pupi Avati..., mais aussi de vraies perles, de part leur intensité, leur dévouement à faire éclater des vérités ignorées, ou tout simplement de part leur volonté d’être un bon film (retrouvez les critiques de La Terramadre et de Biutiful Cauntri ).

 

Attirant chaque année pas moins de 40 000 personnes, Villerupt se veut vraiment comme la terre des immigrés vert-blanc-rouge, amoureux de leur patrie et des mélodies de la langue, mais se révèle surtout fort d’une culture qui ne s’essouffle pas, alors que tout autour, ce sont les machines de feu et d’acier qui se sont tues, affaiblies par le temps.

Au milieu des gris baraquement de cette cité minière et sidérurgique, l’ambiance semble quelque peu intemporelle lorsque l’on y pose le pied pour la première fois. Sur la façade de l’hôtel de ville s’affichent en grand les couleurs de la 31ème édition.

Quelques guirlandes et lumières éparses tentent de donner un peu de baume au cœur aux arrivants, tandis qu’à l’intérieur, se presse déjà une foule conséquente, répartie entre la salle des fêtes -rebaptisée à l’occasion  « cinéma »- et le bar.

 

De la restauration à la billetterie, toute une troupe de bénévoles s’affaire. Suppléants omniprésents de l’équipe du festival, ils prennent leurs rôles à cœur, afin que chacun passe le plus agréable des séjours.  Et contrairement à ce que cette petite ville pourrait laisser paraître, rien n’est laissé au hasard ; le festival de Villerupt est en effet une machinerie complexe, savamment orchestrée.

Les séances se partagent sur une demi-douzaine de lieux entre Villerupt et Audun-le-Tiche, sans compter les nombreuses décentralisations. A Metz, Nancy, Faulquemont ou encore Esch-sur-Alzette, le grand Est vibre aux couleurs de l’Italie.

Et, en dehors du froid, tout est fait dans les règles de l’art, proposant ainsi une fringante copie de sa collègue sudiste. Cannes n’a qu’à bien se tenir !

 

Outre les figures de proue du cinéma passé (La Strada, Farinelli, La Vita e Bella), ce ne sont pas moins de vingt-cinq films qui sont en compétition cette année. Quatre jurys différents ont pour mission de les départager : l’amilcar jury cinéma, l’amilcar jury presse, l’amilcar jury jeune et l’amilcar du public.

Cette année, le grand gagnant du festival est le film Mar Nero de Federico Bondi. Il remporte deux trophées – jury cinéma et jury jeune. Viennent compléter le podium, les films Pranzo di Ferragosto de Gianni Di Gregorio, encensé par la presse, et Amore, bugie e calcetto de Luca Lucini, prix du public (critique du film ICI).

 

Apparemment, le public apprécie beaucoup la sélection, et c’est bien souvent la course pour avoir sa place dans l’ une des salles de Villerupt, dont la capacité –hôtel de ville mis à part – est inférieure à une centaine de places. La moyenne d’âge dénote l’absence de la jeunesse, et c’est bien regrettable, compte tenu de la qualité des films présentés… Ce qui n’empêche pas l’ambiance d’être très agréable, et souvent, des discussions s’amorcent entre voisins de file d’attente à propos des films vus, de ceux à voir, aussi bien en français qu’en italien.

 

Seul bémol à toute cette effervescence du 7ème art, une rumeur malheureuse :

en effet, il semblerait que les subventions pourraient manquer et ainsi pénaliser la tenue de la prochaine édition du festival.

La présence du Cinébus – camion géant réaménagé en salle de cinéma original et au cachet indéniable – pourrait donc être remise en question. Mais il est à parier – et à souhaiter – que l’organisation saura faire face à ces « menus » désagréments, pour nous offrir une nouvelle fois, un festival d’exception !

 

Ugo Schimizzi

 

 

Quelques photos supplémentaires (signées Juliette Delvienne):

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici