15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:05

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

Jeudi 20 novembre 2008

Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

19h-23h

Roselyne et City Jazz : une grande voix du Jazz à Metz et en lorraine,   et les standards instrumentaux

Jazz traditionnel Chant  et Instrumental

Le Bulle bar  4 rue du Change  place St Louis à Metz

 

: Entrée Gratuite .  Consommations ( Beaujolais nouveau

20h30

Capleton (Jam) + R.I.C. (Lorraine). Au côté d’Anthony B et de Sizzla, Capleton est l’une des figures emblématiques de la scène reggae/dancehall. Des textes conscients portés par une voix grave sur les meilleurs riddims roots et modernes. Aussi addictif que le ragga atypique et épicé de R.I.C.

Coproduction Cultural Jam Session/L’Autre Canal

Reggae

L’autre Canal  45 bd d’Austrasie 54000 Nancy Tél : 03 83 38 44 88 site Web ici

 

15/18/21 €

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:04
Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

Vendredi 21 novembre 2008

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

De 20h à 24h

CITY JAZZ…et la Voix de Roselyne.

Patrice PARACHINI piano, Roselyne CHENILYER chant, Jacky PETITJEAN clarinette,Robert ESCOLANO saxophone, Daniel ALLENDER batterie, André MASIUS basse.

JAZZ

(Standards)

Retaurant  Le Country 38 r Berthollet 54710 Ludres ( 54 ) Tél : 03 83 25 96 96   Site Ici  

 

Entrée gratuite restauration carte,menus pizzeria, brasserie.

20h30

«Paccoud chante NOVARINA»

Eloge du réel et autres chansons dramatiques
Un monstre sacré sur
la péniche théâtre
de La Lucarne

C’est avec un immense enthousiasme que l’équipe du Théâtre de La Lucarne dirigé par Hervé Pfortner accueille Christian Paccoud. A cette occasion, l’artiste musicien présente son nouveau spectacle

L’auteur contemporain Valère Novarina en personne aborde cette création originale et nous invite à la découverte.

Théâtre musical

Péniche théâtre de la Lucarne – Plan d’eau de Metz  Parking du complexe omnisport Saint Symphorien  Tel. : 0387655501.  Email Ici      Site Ici

 

N.C.

De 21h à 02h:

TRIBES Café-Jeux a 1 an! Venez fêter avec nous, autour des bougies anniversaires, notre première année d’activité. Et, également, la mise en place du Café-Jeux depuis la rentrée! En plus des animations et des gourmandises à volonté, nous organiserons des concours JEUX pour gagner des cadeaux!

Deux soirées exclusives à ne surtout pas manquer!

RÉSA OBLIGATOIRE Places limitées à 25 personnes

Café-Jeux

Tribes   Café-Jeux (18 rue de la Haye - 57000 Metz - tél : 03 87 77 91 52   mail Ici-

Entrée 8€

 

ou 14€ par personne pour le pack “double anniversaire” pour les 2 soirée du 22 et 23 Nov

 

(Gourmandises, Boissons et animation Jeux à volonté pour les deux formules)


Partager cet article
Repost0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 13:00

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

Dimanche 23 novembre 2008

Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

16h

concert d'automne de la "jeunesse mandoliniste d'Hagondange", première partie ensemble "Gagliarda" musique ancienne

Musique Classique, baroque, renaissance

Salle Paul Lamm, Hagondange

 

Entrée libre, corbeille à discretion

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2008 6 15 /11 /novembre /2008 12:51

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

Lundi 24 Novembre 2008

Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

du lundi au jeudi de 21h04 à 22h

Sur la route présenté par Laurent Lavige

 

Une heure très musicale émaillée d’archives INA pour resituer dans leur époque et analyser le succès des titres diffusés, d’interviews de personnalités qui livrent en direct leurs souvenirs liés à leurs premières émotions musicales, de versions inédites ou oubliées

Emission de radio

France Inter site de l’émission Ici

 

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 14:00

Il y a trente ans, le 9 octobre 1978, disparaissait Jacques Brel. Ce grand poète, qui revendiquait avec un amour immodéré sa Belgitude, a laissé derrière lui un grand vide mais surtout un répertoire immense. Tout le monde, de 0 à 99 ans, est capable de reconnaître une de ses chansons tant il a été capable de toucher chacun d’entre nous, au plus profond de nos chairs. A l’occasion de l’anniversaire de sa disparition, voici un petit hommage qui s’appuie sur un de ses titres les plus réputés : Le Plat Pays.


Ce plat pays qui est le mien, c’est d’abord celui de ces plaines flamandes et wallonnes, une terre rude et sauvage où les vallons de la Sambre et de la Meuse se mêlent à ceux de l’Ourthe, où les brumes matinales laissent entrevoir ça et là des jardins bucoliques. Dans ce plat pays qui est le mien, où les clairs de lune debussiens sont au crépuscule ce que les matins griegiens sont à l’aube, où le vent de l’Est caresse les vagues de la mer du Nord qui viennent s’épancher violemment sur les rochers, où la pluie dresse au loin un sillon d’espoir parmi les dunes, j’écoute secrètement les silences de l’âme de cet enfant du pays désormais bercée par le chant des sirènes marquisiennes.

 

Ce plat pays qui est le mien, c’est celui de Victor Hugo, d’Emile Verhaeren ou de Rubens, ce terrain vague dominé par les cathédrales, où la légende de Notre Dame s’étreint avec celle d’Anvers, là où les hommes désiraient toucher le ciel et devenir l’égal du Dieu tout puissant. Ce plat pays qui est le mien c’est celui d’une terre vaincue par Jules César durant la Guerre des Gaules, dévastée par les conflits et fruit de luttes acharnées et meurtrières, surnommée le champ de bataille de l’Europe, une dénomination jamais trahie.

 

Ce plat pays qui est le mien, c’est aussi celui de l’enfance, des souvenirs, des joies et des peines familiales et parentales, avec des émotions teintées de lyrisme voire d’ésotérisme, lorsque l’allégresse et la jubilation des printemps heureux s’épanchent inlassablement contre la laideur, la froideur hivernale et lugubre des mauvais jours. Ce plat pays restera à jamais le mien, celui de mes réminiscences immémoriales, celui de mes immortelles racines, celui de ma jeunesse, celui de mon adolescence, celui de mes premiers amours, de mes espérances et remises en question, celui de la maturité et de la vieillesse pour rejoindre ensuite la dernière demeure, trace indélébile de mon éphémère passage…

 

Ce plat pays qui est le mien, c’est d’abord un éternel héritage, savamment protégé et caché au fond de nos cœurs, un legs que nous transmettrons à notre tour à nos progénitures avec un amour si tendre lorsque l’heure sera venue…Ce plat pays qui est le mien c’est ce génie de la chanson française, un répertoire hors du commun témoin de cette terre et de ces étapes de la vie avec pour soucis de conserver pour chacun d’entre nous cette profondeur et cette once d’humanité qui suscite, au travers des âges, plaisirs étourdissants ou pleurs cruels.

 

Ce plat pays qui est le mien, c’est un pays influencé par les voix shakespeariennes. C’est celui des étoiles qui, tout là haut, gouvernent nos existences. Aussi, le poète doit être comme l’étoile, qui est un monde et paraît comme un diamant. Mais la mort ne surprend point le sage : il est toujours prêt à partir. D’ailleurs comme le souligne Charles Péguy, « il y a des larmes d’amour qui dureront plus longtemps que les étoiles du ciel. »

 

Dans ce plat pays qui est le mien, « la vie est encore plus vie que la vie même. » Ce pays-là, c’est le nôtre, c’est le vôtre mais en priorité…c’est celui de Jacques Brel, infiniment.

 

Sandra WAGNER
Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 13:30

Jadis, les contes et légendes furent d’abord racontés par nos troubadours moyenâgeux. Tristan et Iseut la Blonde en constitue l’un des exemples les plus illustres. Puis ce fut au tour des familles de relater aux enfants, lors de veillées au coin de l’âtre, ces mythes splendides. Quel que soit le coin du globe, ces récits appartiennent à la mémoire collective et illustrent notre patrimoine commun qu’il convient de conserver avec le plus grand soin. Chacun d’entre eux renferme à sa manière une leçon de vie, un peu comme les Fables de notre regretté Jean de la Fontaine. Le besoin de transmission dans le monde s’effiloche, mais le besoin épris de rêves et de merveilleux demeure. A ce titre, Melting-Actu vous propose, à l’approche des fêtes et sous la forme d’une thématique « Contes et légendes du monde entier »*, de régulièrement vous en faire découvrir, pour le plaisir des petits et des grands. Effet garanti, avec pour commencer une histoire du Maroc !


Les femmes sont-elles plus sournoises et rusées que les hommes ?? Durant toute sa jeunesse, Brahim avait entendu parler à de multiples reprises des fourberies féminines sans jamais en être directement touché.

A l'âge de vingt ans, il envisagea d'écrire un livre sur ce thème. Mais pour y parvenir, il lui fallut évidemment se documenter et opérer moultes recherches. La bibliothèque du village était petite mais malgré tout bien achalandée en livres. Le responsable de cet édifice, à la demande de Brahim, lui trouva après multiples tâtonnements un très précieux manuscrit datant du seizième siècle, Le Livre des Ruses, un ouvrage traitant de la stratégie politique des Arabes. "C'est tout ce que je possède », répondait-il penaud, « mais à mon humble avis, les tromperies masculines ne sont pas si différentes de celles des femmes".

Brahim prit quelques notes et poursuivit son enquête dans d'autres contrées. Après avoir chaleureusement embrassé sa famille, il partit en direction de l'Ouest, sans préciser les raisons de son départ si ce n'est qu'il souhaitait se familiariser davantage avec son pays. Paré de provisions et d'argent dissimulé dans un burnous, il voguait d'une ville à l'autre. Il questionnait la population et se rendit dans toutes les bibliothèques, n'en repartit que très tard après avoir noté toutes informations pertinentes sur les ruses féminines.

Il écoutait la gente masculine dans les cafés, en sirotant tranquillement un thé à la menthe, lui parler de toutes les escobarderies commises par leurs épouses respectives et lui expliquer comment ces hommes ont réussi à brillamment les déjouer. Evidemment Brahim ne perdait pas une seule miette de ces précieux témoignages et notait tout dans ses carnets pour préserver sa mémoire.

Deux ans plus tard, il avait engrangé suffisamment d'informations et pu donc retourner au bercail. Il arriva dans une grande ville dynamique et animée, en pleine effervescence. Il se mêla aux souks et s'y rassasia. Puis il se mit en quête d'un fondouk. Au bout de la rue, une jeune femme adossée à sa fenêtre l’appela:

- "Je dispose d'une grande quantité de vêtements à vendre", lui dit-elle.

- "Mais je ne suis pas chiffonnier", répondit Brahim.

- " Pardon, je t'ai confondu avec celui qui passe chaque semaine, s'excusa-t-elle. Mais alors, quelle profession exerces-tu ??

- " Je suis sans profession pour le moment. Je voyage actuellement et j'enquête dans le but de rédiger un livre sur les ruses féminines afin de conseiller les futurs jeunes mariés."

-" Tiens, serais-tu capable de contrecarrer toutes les tartufferies féminines ??"

- " Oui, à présent, je le suis."

- " Projettes-tu de te marier ??"

- " Dès que j'aurai rencontré mon âme sœur."

- " Voudrais-tu m'épouser ??"

- " Ma chère, tu es si belle, qu'il me serait cruel de refuser ta demande."

- " Mon père fait volontairement fuir tous mes prétendants. Il s'efforce de leur donner une mauvaise image de moi. Il leur raconte à tort que je suis sourde et muette."

- "Mais dans ce cas, si ton père refuse de te marier, comment pourrais-je devenir ton mari ?"

- "Rencontre-le ! Rends-toi dans sa bijouterie et dis-lui que tu souhaites me prendre pour femme, et surtout précise-lui que tu m'épouseras malgré cette infirmité. Quoiqu'il arrive, maintiens ta demande, de toutes les façons tu ne crains rien puisque tout cela est faux. Tu m'as déjà vue et ses propos infirment donc les faits. "

- " Où est-il ??"

- " Au centre ville de Bab Jedid."

Brahim partit sans perdre une seconde et retrouva le fameux papa de la jeune fille.

-" As salam ou alikoum**, dit-il en pénétrant dans la bijouterie.

- " Alikoum salam, répondit le père. En quoi puis-je vous être utile ??

- " Je souhaite épouser votre fille...

- " Malheureusement ma fille est handicapée, je le regrette"

- " Ce n'est pas bien grave, je l'aime telle qu'elle est. Je la désire à tout prix."

- "Mais elle est sourde et qui plus est muette !!!"

- " Je la veux quand même." rétorqua Brahim

Au final les deux hommes trouvèrent un accord, puis définirent le montant de la dot et les termes du contrat. Le mariage eut lieu plusieurs semaines plus tard, la femme était voilée toute la journée. Lorsqu'il se retrouva seul avec sa dulcinée, il découvrit que sa bien aimée était en réalité bel et bien sourde et muette et qu'il n'avait donc pas épousé la jolie jeune femme rencontrée jadis. Scandalisé et froissé, il prit la fuite et vagabonda dans les rues sans se nourrir durant deux jours et deux nuits. Dès lors qu'il retrouva la raison, il alla demander des comptes à celle qui s’était dérobée sous l'identité de la fille du bijoutier.

- " Pourquoi as-tu voulu m'épouser dans le seul but de me tromper ?"

- " Tu m'alléguais que tu savais déjouer toutes les sournoiseries féminines, lui répliqua-t-elle en souriant, j'ai voulu te prouver que tu faisais fausse route."

- " Procure-toi un vieux tambourin et un âne famélique. Après avoir obligé ta femme à porter des haillons, tu la fais monter sur l'âne et tu la promènes dans la rue où se trouve la bijouterie de son père, tout en tambourinant et mendiant.

- " C'est impossible, je ne peux pas ! S’écria Brahim, courroucé".

- " Suis mes recommandations si tu veux te séparer de ta femme et t'en débarrasser définitivement. Dès que ton beau-père t'apercevra en train de mendigoter, il réagira et tout s'arrangera."

Brahim n'eut malheureusement pas le choix et suivit les conseils de la jeune fille. Evidemment, le beau-père, furieux de constater que son gendre quémande avec sa fille, rencontra Brahim le soir même.

- " Je suis un commerçant connu et notable dans ma ville. Tu ne peux pas demander la charité et déshonorer ainsi ma famille. J'exige que tu divorces immédiatement. " Fort de ses droits, Brahim fit mine de refuser.

-" En quoi est-ce si mal de faire l'aumône ?? "

- "Mais tu ne m'avais pas informé que tu mendiais."

- "Mais à part cela, que puis-je faire avec une infirme ??" Tu devrais t'en douter ! "

- " Quelle erreur ai-je bien pu commettre !!! Jamais je n'aurais du donner ma fille à n'importe quel inconnu ! se lamenta le père

- " C'est désormais mon épouse et j'ai le droit d'en faire ce que bon me semble."

- " Divorce donc ! "

- " Mais j'ai investi toutes mes économies dans ces noces ! "

- " Je te rembourserai tout s'il le faut !"

- " Je ne me contenterai pas de cette réponse."

Le bijoutier lui remboursera une somme bien plus importante que la dot pour récupérer sa fille. Le Cadi prononça la séparation officielle le lendemain et Brahim quitta la ville au plus vite. Il retrouva ses proches soulagés de le revoir en pleine santé après tant d'absence. C'est en lisant le livre de Brahim qu'ils comprirent les raisons de son voyage. Dans le dernier chapitre, il raconte son aventure en affirmant haut et fort qu'aucun homme n'est aujourd'hui capable d'empêcher toutes les feintes féminines.

 

*Ouvrage de référence : 1OO contes du monde entier, de Charlotte Gastaut

 

Sandra WAGNER

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 12:30

Dans la foulée du vernissage de la 13è édition du festival Musiques Volantes, jeudi 06 novembre à l'Arsenal de Metz, la compagnie de danse Kubilai Khan Investigations a présenté Géografia, sa toute dernière création.

Voici les photos, signées Juliette Delvienne.









Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 12:00

   Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

Mercredi 12 novembre 2008

Horaire

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

tous les mercredis

21h 30

Blind Test ou Quizz

 

Kdos. à gagner

Jeux

Le Bazaar St marie  B.S.M.   2 Bis rue  St marie 57140 Metz  03 87 21 05 93

 

Entrée libre

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 09:00

Le 31 octobre dernier, alors que des feux follets et autres zombies arpentaient les rues de Strasbourg en quête de bonbons, les Weepers Circus fêtaient joyeusement - chez eux - leurs vingt ans d’existence.

 

C’est dans un foyer protestant proche du stade de la Meinau que les compères avaient donné rendez-vous à leurs fans. Le public se plonge alors dans une salle charmante mais à la capacité réduite, comité restreint oblige. On n’a pas tous les jours vingt ans. De part et d’autre de la scène sont installés deux écrans géants sur lesquels des vidéoprojecteurs remémorent en photo toutes ces années de bons et loyaux souvenirs.

 

En première partie, nous faisons la rencontre des Weepers Circus des débuts, habillés et coiffés à l’identique. L’ambiance est tout de suite donnée. Et le ton est à l’humour, malgré l’émotion très présente aussi bien côté scène que côté salle. Seule une poignée d’aficionados peut se targuer de suivre le groupe depuis ses débuts, et les photos projetées appuient la véracité de la reproduction du groupe de l’époque. A peine adolescents, en trio, les Weepers Circus ont commencé en cheveux longs et jeans troués. Une petite demi-heure solennelle passe donc, au rythme des morceaux d’autrefois, qui, certains ont pu s’en rendre compte, continuent leur bout de chemin avec les Weepers d’aujourd’hui.

 

Après une seconde séance diapo, arrivent enfin les Weepers Circus. Les vieux, les vrais ! Dès lors, plus rien ne les arrête. Multipliant les invités, les surprises, les passages loufoques et des périodes plus mélancoliques, les Weepers Circus se donnent à fond.

Attaquant leur set par Ma dame aux camélias, avec fougue et énergie, les morceaux s’enchaînent inlassablement, piochant tour à tour dans leur dernier album Tout n’est plus si noir comme dans ceux plus anciens.

Sophie, la magique flûte à bec perdant pour le coup son nom, et La fille et le Loup est marquée par la présence d’un loup…pour le moins particulier, magnifiquement vêtu d’un costume à poils. Dans la joie et la bonne humeur le concert se poursuit par une imitation hilarante d’Olivia Ruiz, par un solo de batterie époustouflant, et malheureusement arrive bien trop vite le temps des rappels.

 

La renarde laisse plus que jamais tomber une chape de plomb sur la salle tant le morceau est beau, et le concert se termine finalement dans un sourire, sans fioriture ni pathos excessif. Simplement des mercis par dizaines et la joie d’être toujours là sur la scène. Un grand bravo aux si professionnels Weepers Circus, toujours révélateurs de talents, même après vingt années passées dans l’ombre.

 

TOUTES LES PHOTOS DU CONCERT ICI

 

Ugo Schimizzi

 

 

Quelques dates de prochains concerts :

 

25 nov. 2008  14:00
 Concert à la prison de l’Elsau  STRASBOURG, Alsace
26 nov. 2008  15:00
 Atelier - Prison de l’Elsau  STRASBOURG, Alsace
28 nov. 2008  20:00
 L’Adaep  GRENOBLE, Rhône-Alpes
29 nov. 2008  20:30
 KAO : Festival "Brisez le silence" + Aldebert  LYON, Rhône-Alpes
3 déc. 2008  20:00
 Fleche d’or - Radio Neo - Concert Outrageusement Public  PARIS, Ile-de-France
10 déc. 2008  20:00
 PréO - Soirée de soutien Amnesty International  OBERHAUSBERGEN, Alsace
20 déc. 2008  20:00
 Grillen - Les rockeurs ont du coeur  COLMAR, Alsace
21 janv. 2009  20:00
 le sax  ZAGREB - CROATIE
24 janv. 2009  20:30
 Muehle Hunziken  BERN - CH, Bern
28 mars 2009  20:30
 Centre Culturel - dans le cadre de la tournée 2008/2009 des Régionales  SCHWEIGHOUSE, Alsace
4 avr. 2009  20:30
 Salle des Fêtes - dans le cadre de la tournée 2008/2009 des Régionales  MUNSTER, Alsace
10 avr. 2009  20:00
 MJC  JOUE-LES-TOURS, Centre
24 avr. 2009  20:00
 Centre Socio-Culturel  GANDRANGE, Lorraine
30 mai 2009  20:00
 Salle des Fêtes  SARREBOURG, Lorraine
26 juin 2009  20:30
 Festival Remp’art Festif  WISSEMBOURG

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2008 2 11 /11 /novembre /2008 08:00

Les WEEPERS CIRCUS étaient en concert vendredi 31 octobre 2008 au 23 de Strasbourg.

Voici les photos (signées Ugo Schimizzi)











Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici