12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 09:00

Date de sortie DVD : 22 juillet 2008

Réalisateur : Peter Berg



Bienvenue devant le miroir de notre siècle ! Ce film est mené de mains de maître par le talentueux Jamie Foxx, capable de passer du flic taciturne dans Miami Vice à un manager d’une star de la soul dans Dreamgirls, à un instructeur du corps des Marines dans Jarhead. Nous plongeons dans l’actualité géopolitique du Moyen-Orient, le principe d’axe du Mal, le fanatisme religieux, l’ingérence, le terrorisme suicidaire et les bombes à clous. Accès brutal au repaire de cet animal tant dépeint par les médias, tant craint par les nations : le monstre tentaculaire. Arabie Saoudite, base pétrolière américaine, barbecue et enfants qui jouent ; une rafale, une attaque à la mitrailleuse lourde et un kamikaze qui se fait sauter : des familles de ressortissants décimées, des pleurs, du sang et le chaos grandeur nature.

Une équipe d’agents spéciaux du FBI fait le voyage pour résoudre l’affaire et démanteler le réseau d’Abu Hamza. Ils vont être confrontés à la culture du lieu, aux travers diplomatiques et à la violence antioccidentale la plus virulente.

Une enquête traitée sur les chapeaux de roues où les balles fusent et où le réalisateur semble strictement prendre partie pour les Américains, policiers du monde, dans cette opposition idéologique majeure. Cependant, à mesure que les évènements se trament, une certaine neutralité s’installe. Qui a raison ? Cette neutralité d’opinion sous-jacente est conforme aux critères du « statu quo » actuel : « Si tu n’es pas avec nous, tu es contre nous ». Ce leitmotiv est valable bilatéralement et dans le cadre de toutes les confrontations binaires où semblent n’exister aucune alternative possible. Qui tuera qui en premier ? Et qui a commencé ? La poule ou l’œuf ?

 

Robert Stumpel


Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 08:00
Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 06:00

Déjà vingt-quatre printemps pour l’édition rochelaise des incontournables Francofolies !

Cette année, une météo favorable, des talents prometteurs ainsi que des artistes renommés, comme Vanessa Paradis (sans Johnny Depp…mais avec M), de retour à La Rochelle après quinze ans, Thomas Dutronc, Catherine Ringer, Christophe Willem et autre Mika, ont contribué au large succès de ce festival. Avec plus de 80.000 entrées payantes sur six jours, la fréquentation a battu tous les records.






A signaler, en particulier, l’affluence de plus de 12.000 spectateurs lors de la soirée de clôture sur la Grande Scène du festival. Lancée par Dom Tom Folies et ses rythmes d’outre-mer (découverte de plusieurs artistes d’outre mer) puis par les balades de Bensé, l’ambiance est parvenue à son apogée au son des mélodies de Yelle, The Do et surtout Mika. La jeune star internationale de la pop a en effet mis sur orbite la cohorte de ses fans et l’ensemble de l’esplanade St-Jean d’Acre.






La cuvée 2008 des « Francos » a donc pris fin ce mercredi 16 juillet sur une note totalement positive et confirme, s’il en était encore besoin, le talent des organisateurs, habitués à faire des choix de qualité au niveau de la programmation. Tout cela laisse augurer d’un très bon millésime 2009, vingt-cinquième du nom, prévu du 10 au 15 juillet prochain…plus qu’un an à attendre !

 

R.J.


RETROUVEZ ENCORE PLUS DE PHOTOS ICI ! 
Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 05:00

Alexandre KINN

Christophe WILLEM

Manu LARROUY

Thomas DUTRONC


Vanessa PARADIS

CAMILLE

Catherine RINGER

Guillaume CANTILLON

HOCUS POCUS



ROSE



MIKA

The DO

YELLE


Photos: R.J.

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 04:00


Le décor: une scène gigantesque, bordée des reliefs de l’Alsace et encadrée par de petits villages aux maisons traditionnelles (Vallée de Villé / Neuve-Eglise 67 Alsace –à 50 Km de Strasbourg ).

Festival de quoi ? Précision : « Décibulles » repose sur un jeu de mot autour de décibel et non pas autour de bulles en référence à la B.D. ; c’est donc confirmé, le festival proposait du rock et de la musique festive (et plus encore) les 11, 12 et 13 juillet 2008.



L’ambiance du festival : «High Energy live » !. Un style revendiqué par La Phaze (« High Energy drum and bass punk live …»), un des groupes qui a mis le « feu » dans le public avec des paroles style « chanson française engagée » posées sur une musique à mi-chemin entre punk et drum and bass.


Pas en reste de « show », les Strasbourgeois d’origine d’Enneri Blaka ont eux délivré un pur spectacle avec bain de foule du chanteur et autres figures scéniques, tandis que les riffs funk rythmaient leur set génial d’inventivité musicale et ouvert aux improvisations instrumentales d’exception.

Voici un extrait vidéo live, histoire de donner envie de se procurer leur DVD live réalisé au concert d'ouverture du XXIème F.I.M.U. de Belfort, enregistré en mai 2007...




Coup de chapeau à la sélection du festival, qui a pris le parti d’une programmation festive et de qualité pour un public enthousiaste et apprécié des artistes. Sous le label d’un festival « brasseur de rock », les style proposés s’écartaient allègrement de ce cadre, à l’image d’ Orange Blossom, aux sonorités mélangées entre passé et futur sur une « world music » aux accents de remix électros.



Karavan Orchestra, quant à lui, reflétait bien l’esprit « Roots » des festivaliers campeurs regroupés en team de tentes reliées par des bâches fédératrices, lieu de réunion et d’improvisation pour guitares et percussions durant les nuits entières. Sous une dénomination bien nommée de « groupe de musique qui bouge »,  karavan orchestra, avec une belle présence scénique, proposait un moment de délire scénique sur des accents de chanson française, le tout dans un esprit bohème jouissif.



« Festival Non–Stop » : entre chacun des groupes, les organisateurs eurent la bonne idée de mettre à profit les changements techniques pour laisser place à des fanfares et autres spectacles et théâtres de rue… La réussite du festival, c’est un investissement de nombreux bénévoles et association enthousiastes et dévoués, qui transforment le versant d’une colline en camping et en scène, pouvant accueillir des milliers de festivaliers. L’inventivité ne manque pas : vous ne dépensiez pas un Euro mais des bulles, avec des tarifs un peu élevés mais il en va vraisemblablement de l’équilibre financier du festival ; la décoration était originale, avec entre autres des sculptures rétro éclairées reprenant le phénomène des « crop circle » (dessins dans les champs de céréales), et de nombreux stands parmis lesquels celui de l’association Pelpass, proposant une initiation au jeu Guitar héro (PS2), et celui de la ferme Humbert, fournissant des crêpes et mets 100% Bio. Et faits maison, parmi bien d’autres stands de restauration et boisson…



Et si on terminait par une liste des plus et des moins du festival, histoire de …

 

Les plus :

Un public et une ambiance « en Or »

Très festif / très « roots »

Investissement enthousiaste des bénévoles du festival

Cadre magique

Un public apprécié des artistes

Peu de débordements ou autres mauvais plans..

 

Les moins :

Trop peu de points d’eau (non potable)

Pas de douches ni lavabos durant trois jours !

 

…Allez, R.D.V. l’an prochain pour la seizième édition !

Gus


Bouge bouge bouge… !   (galerie photo « Décibulles » 2008 )

Enneri Blaka

  Enneri Blaka

  Karavan Orchestra

  Karavan Orchestra

  Orange Blossom

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 03:00

Bonsoir, nous sommes KAOLIN! Evidemment, tu l'aimes encore la la la...

Bip Bip! Meuh!!!

Et hop, je jongle sans balles!


Salut Metz, nous sommes LUKE et sommes adeptes du côté obscur!


Est-ce que la fièvre...la sentinelle la la la...


"Tu danses Thomas?" - "Arrête, y'a trop de monde!"


Notre truc c'est de faire du rock, pi c'est tout!


Allez, 1 petite dernière en direct de la foule déchaînée!


Photos: Véronique L'hoste


Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 02:00
Qu’il est bon parfois de se prendre une grosse claque…au cinéma! Une claque dispensée par un film exceptionnel, du genre « qui vous marque », vous bouleverse, vous trotte dans la tête encore plusieurs jours après . Une œuvre qui vous démontre une fois encore la médiocrité de la grande majorité de la production (et notamment américaine), tant son niveau est élevé par rapport à la moyenne. Une œuvre qui vous fait vous demander, en quittant la salle de projection ou en rédigeant une critique : «Depuis combien de temps n’ai-je pas vu un aussi bon film ? »…
 
« Into the wild », c’est avant tout une rencontre. Celle d’un des meilleurs acteurs américains de sa génération avec un livre relatant l’aventure incroyable d’un jeune homme hors du commun, issu d’un moule qui n’a pas dû servir de nombreuses fois. Sean Penn a lu l’histoire de Christopher Mc Candless, racontée dans « Into the wild, voyage au bout de la solitude » de Jon Krakauer, il y a plus de dix ans déjà, et n’ a depuis cessé de se démener pour obtenir les droits afin de réaliser son quatrième long métrage. Mister Penn aurait-il un don ? Comédien surdoué sous la direction de Brian De Palma, Terrence Malick ou autre Oliver Stone, il est désormais en passe de pouvoir rivaliser avec ceux-ci derrière la caméra. Très loin des collines d’Hollywood, l’ex-mari de Madonna permet aux productions indépendantes « made in USA » d’atteindre des sommets….
 
« Into the wild », c’est ensuite un éloge de la liberté et de la beauté, qui souligne l’importance de suivre ses idéaux jusqu’au bout. Le personnage principal du film, brillamment habité par le prometteur Emile Hirsch, symbolise une frustration que chacun d’entre nous traîne tout au long de son existence : avoir le courage de tout abandonner pour vivre une vie totalement voulue, sans limites matérielles, et sans aucun compte à rendre à qui que ce soit, si ce n’est à la nature. Une nature qui se révèle splendide à travers les paysages de ce magnifique pays que sont les Etats-Unis d’Amérique, chose qu’il peut nous arriver d’oublier en raison de l’attitude criminelle d’une partie de ses habitants, prêts à sacrifier le dernier centimètre carré de verdure pour pouvoir rouler leurs indispensables 4X4 qui consomment autant de carburant qu’un Airbus A380…
Ecolo, Sean Penn ? Ou essaie-t-il tout simplement de faire prendre conscience à ses concitoyens de la splendeur de leur lieu de vie, qu’ils mettent chaque jour un peu plus en péril ? Et il leur rappelle, par la même occasion, que cette jolie nature sera toujours plus forte que l’Homme au final, que ce soit en gonflant ses cours d’eau ou en abritant des plantes à priori identiques mais aux caractéristiques mortellement différentes.
 
« Into the wild », c’est enfin un film qui rime avec bonheur. Le bonheur véhiculé par le héros, imprégnant chaque personnage qu’il rencontre au cours de son périple, mais qu’il ne parvient pas entièrement à saisir lui-même ; le bonheur pour nos oreilles, caressées tout au long de l’œuvre par l’incomparable et magistrale voix d’Eddie Vedder, le chanteur du groupe Pearl Jam ; le bonheur total et tout simple à la fois, que vous ne manquerez certainement pas d’éprouver à la fin de la projection, malgré la petite larme à l’œil, lorsque, progressivement, vous réaliserez de quelle qualité est l’opus, l’ogive, la fusée qui vous a transpercé durant deux heures et demie !
 
Maxime Freyberger
 
 
 
 
Retrouvez tous les horaires ICI sur le site de nos partenaires, les cinémas Caméo (24, rue du Palais à Metz Centre Tél. : 03 87 18 99 95 ) et Palace (Place St. Jacques Metz  Centre - Tél. : 03 87 18 82 49 )
 
Pratique : vous disposez du parking de la cathédrale, proche des cinémas pour le prix de 0,50 Cts de 19 H à 1 Heure du marin !
 
Bénéficiez des tarifs des cinémasCaméo et Palace :

* tarif réduit : 4,60 € tous les jours aux séances de 14h
* 5,40 €  pour tous le lundi, sauf fériés
* 4,60 € pour les étudiant (- de 30 ans) ( sur prés. justificatif) , mercredi toute la    journée et lundi, mardi, jeudi, vendredi de 13h30 à 17h45 (sauf jours fériés)
* 5,40 € pour les étudiants, (- de 30 ans) ( sur prés. justificatif), (sauf jours fériés)
* 5,40 € pour les lycéens de moins de 18 ans, (sur justificatif)
* tarif fidélité : 48,50 € les 10 séances, valable 1 an, cumul 3 personnes
* 4,60 € à toutes séances ( passeport culturel )
* 5,80 € pour les "seniors" (+ de 60 ans) (sur prés. pièce d'identité)
Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 01:00
Il reste des places pour s'inscrire aux ateliers musique animés par nos intervenants dans le cadre des animations estivales organisés par la ville de Metz

Pour ce, il faut être âgé entre 8 et 15 ans, prendre une carte à la mairie de Metz ou des quartiers (1.5€ correspondant à l'assurance) et nous appeler au 06.76.73.77.85 pour s'inscrire.

 

Objectif général :

Chacun peut apprendre les bases du rythme et découvrir de multiples instruments: djembé, derbouka, kalimba, cloches agogo, shakers, harpe celtique…

Lors des rondes d’improvisation, la valiha de Madagascar et le bol tibétain placeront quelques notes harmonieuses sur la rythmique des tambours de la battucada brésilienne. Les musiciens animeront ces moments de partage en s’adaptant au niveau de chacun et en laissant libre cours à l’imagination de tous.

Les participants repartiront avec un CD comprenant des morceaux choisis parmi les enregistrements de la session.


Période : 4 sessions auront lieu

 

- du 7 au 11 juillet

 de 14h - 16h pour le groupe 1

 de 16h - 18h pour le groupe 2  

 

-du 15 au 19 juillet

 de 14h - 16h pour le groupe 3

 de 16h - 18h pour le groupe 4


Lieu :   Local de l’association : 10 rue de la Basse seille à Metz


Plus d'infos:
http://www.mairie-metz.fr/metz2/evenement/anim_estivale/index.php



Association Pas Assez
Grégory Amen
Coordinateur et Intervenant
06.76.73.77.85

 
Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 00:00

En hommage au cent cinquantième anniversaire de la naissance de Victor Prouvé, peintre et directeur de l’Ecole des Beaux Arts de Nancy de 1904 à 1940, la Ville de Nancy organise cet été une grande rétrospective à son effigie dans trois musées différents: le Musée des Beaux Arts, le Musée lorrain et le Musée de l’Ecole d’Arts. Plus de cent vingt quatre pièces illustrent le don absolument fabuleux de cet artiste complet aux multiples facettes aux Beaux-Arts, Place Stanislas, soit soixante et une peintures, cinquante deux dessins, aquarelles, pastels et estampes, quatorze sculptures.

Né en 1858 à Nancy, Victor Prouvé est issu d’une famille d’artisans d’art. Depuis toujours, cette jeune étoile n’a de cesse de progresser dans son violon d’Ingres : le dessin. Il suivra d’abord notamment les cours de l’Ecole de Dessin de Nancy et  intègrera ensuite la formation de l’Ecole des Beaux Arts de Paris. En parallèle, il perfectionnera ses techniques au sein de l’atelier Cabanel. Très tôt et très vite, il démontrera rapidement ses prodigieuses prédispositions pour la peinture, la sculpture, l’estampe, la gravure, l’orfèvrerie, sans attacher une importance plus capitale à l’une ou l’autre de ces activités. Rubens, Michel Ange ou Véronèse seront ses sources d’inspirations. Néanmoins, il s’empressera d’abandonner un certain académisme pour laisser la place à son propre style et composera nombre d’œuvres empreintes de symbolisme et d’allégories féminines (Vision d’automne 1899).

A travers la peinture de Victor Prouvé, plusieurs domaines de prédilection ressurgissent : la famille, l’engagement, le portrait, le paysage, l’Orient. Aussi, la thématique « La joie de vivre », réalisée au fusain et au pastel, demeure assurément sa principale marque de fabrique. Son art chante les louanges, les joies et la félicité familiale dans des portraits de son épouse ou de son fils, absolument touchants et troublants de vérité... En outre, ses sculptures témoignent de son amour et de son attendrissement envers sa progéniture : un regard quelque peu cocasse, un sourire espiègle, les premiers pas fragiles et maladroits de bébé en sont la quintessence même. On devine également ses liens très étroits avec Emile Friant ou la Famille Gallé, puisque l’on distingue plusieurs portraits du célèbre artiste verrier et de sa femme entourée de ses filles. Emile Friant, quant à lui, représente Victor Prouvé dans son sommeil profond ou à son travail dans son atelier. Friant fait l’objet à son tour de plusieurs gravures. Aux côtés de ces personnalités, de nombreux portraits d’amis ou mécènes de Prouvé se succèdent.

 

Prouvé est à l’origine de nombreux médaillons peints à l’Hôtel de la Ville de Nancy, dans lesquels sont relatés les différents cycles de la vie. La mairie d’Issy les Moulineaux peut également se targuer du passage de cet éminent créateur puisque ce fameux seigneur de l’Art Déco ornera l’escalier et la salle des fêtes de panneaux décoratifs.

Victor Prouvé fait ainsi partie des personnalités phares, avec Emile Friant et Emile Gallé, du début des années 1900 sur le plan artistique. En effet, grâce au talent incontesté de ces trois maîtres, les Beaux-Arts retrouvent un bain de jouvence : l’Art Nouveau et l’Art Déco deviennent la référence vers la fin du dix-neuvième siècle et le début du vingtième. Un nouveau courant artistique est né et maintient encore aujourd’hui la réputation de Nancy dans ce domaine.

Une exposition à ne rater sous aucun prétexte !

(Plus d’infos http://www.nancy.fr/loisirs/expositions/html/expositions_MBA.php )

 

Sandra Wagner

Partager cet article
Repost0
11 août 2008 1 11 /08 /août /2008 23:00

Jeudi soir, il y avait une excellente raison de rater un match de l’Euro et d’abandonner ainsi, l’espace de quelques instants, son canapé mis à rude épreuve depuis quelques jours (tâches de bière, restes de pizzas et autres miettes de chips). En effet, celles et ceux qui se sont rendus aux Trinitaires au moment où Autriche-Pologne débutait, ont eu la chance d’assister à la prestation d’une équipe hors du commun, qui certes n’était composée que de six joueurs, mais qui eux au moins s’amusaient comme des petits fous et dégageaient une telle joie qu’on pouvait légitimement les suspecter d’avoir remporter le Championnat d’Europe : Moriarty.

Dès le coup d’envoi du Show, les franco-américains installent une ambiance dans laquelle les spectateurs se plongent durant une heure et demie, arrêts de jeu compris. En plus d’être des musiciens, les Moriarty interprètent également des personnages qui évoluent du côté de l’Ouest américain, à l’image de la ceinture d’harmonicas portée par l’un d’entre eux (qui risque de dégainer à tout moment !) et dans une période difficilement définissable.

Et c’est bien là la caractéristique majeure de ce groupe formé en …1925, d’après leur Myspace ! Ils ne ressemblent à rien de ce que nous connaissons, ils font des choses que personne d’autre ne fait. Ils sont extraordinaires, au sens littéral du terme ; il est impossible de les « étiqueter » et il serait totalement inutile de tenter de le faire. Dans leur musique, on trouve aussi bien du Blues que de la Country ou du Jazz, ce qui ne les empêche aucunement de reprendre un standard de Depeche Mode. Par ailleurs, le moindre objet est susceptible de se transformer provisoirement en instrument ; c’est ainsi qu’un seau à l’envers se voit soudainement attribuer le rôle de percussions ou qu’une machine à écrire a l’honneur d’être utilisée lors de l’intro d’un morceau…Rosemary, dit « la Diva », y ajoute alors sa voix impressionnante, puissante et qu’elle semble pouvoir moduler à l’infini.

 

Le résultat est sans équivoque : la victoire de Moriarty est écrasante ! Le public est totalement conquis et s’il n’était pas déjà debout il enchaînerait « Ola » sur « Ola ». Le succès est si probant que les spectateurs ne veulent pas laisser ces incroyables artistes de la scène regagner les vestiaires, les poussant à offrir une chanson supplémentaire pas vraiment prévue au programme. Les « merci » fusent de toute part, la joie communicative du groupe a définitivement submergé toute la salle. Que donnerait-on pour avoir droit à une séance de tirs aux buts jusqu’au bout de la nuit !

M.F.


Photo: Jennifer Gies


PROCHAINES DATES DE TOURNEE 
:

 

27-06-08 : Le Rock Dans Tous Ses Etats (Evreux)

04-07-08 : Solidays (Paris)

05-07-08 : Musique et Terrasses (Verdun)

06-07-08 : Les Eurockéennes (Belfort)

12-07-08 : Festival en Othe (Troyes)

14-07-08: Les Francofolies (La Rochelle)
19-07-08: Francofolies de Spa (Belgique)

Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici