21 novembre 2011 1 21 /11 /novembre /2011 12:05

C'est au Seven Casino d'Amneville que Lilly Wood & The Prick a décidé de venir poser ses bagages !

Ce sera mardi prochain, histoire de bien finir le mois de Novembre !

 

C’est une histoire qui ressemble à un conte de fée musical. Un soir, à Paris, Nili et Ben se rencontrent dans un bar par le biais d’amis communs. Le courant passe si bien entre eux que, dès le lendemain, ils composent ensemble, au feeling, leurs trois premiers morceaux. Comme si, d’un coup de baguette magique, ces débutants s’étaient transformés en musiciens. Jusque-là, Nili, née en Israël, ayant vécu à Londres et en Californie, n’avait jamais chanté en public.
Ben, lui, parisien de toujours, traînait sa guitare, en mal de partenaire avec qui créer. L’alchimie qui règne immédiatement entre eux sert d’étincelle ; il ne reste plus qu’à nourrir d’idées et d’expériences ce feu qui les réunit.
Ils ont pourtant grandi dans des cultures bien différentes. Tout en adorant le funk de Chic ou la techno pop de Depeche Mode, Ben connait sur le bout des doigts les classiques de la guitar music, de J.J. Cale à Bruce Springsteen. , elle, ne revendique pas une énorme culture musicale : si les chansons d’Elliott Smith la bouleversent, elle assume aussi son penchant pour la variété eighties. Le premier disque qu’elle a acheté, c’est celui qui passait dans le magasin… par chance il était d’Aretha Franklin !
Au lieu de les éloigner, leurs parcours et leurs caractères se complètent, se rejoignent autour des mêmes convictions. Ils préfèrent oublier la technique pour balancer d’abord des émotions dans leurs chansons. Sans regard pour le qu’en-dira-t-on, ils carburent au frisson, cherchent à écrire une musique qui prend aux tripes.
Taquins, ils choisissent de répondre au nom de Lilly Wood And The Prick, une appellation qui frappe l’imaginaire tout en contenant une bonne dose d’autodérision :
(« wood » signifie « bois » et « the prick » quelque chose comme « le petit con »). Ce nom imagé correspond aussi à une préférence linguistique : totalement bilingue, Nili écrit ses paroles en anglais, langue avec laquelle cette Franco-Israélienne se sent plus à l’aise. Il traduit aussi leur état d’esprit : ne pas se prendre au sérieux, se moquer à l’avance des étiquettes qu’on cherchera à leur coller.
Avec eux, les cloisons entre les genres disparaissent comme s’ils traversaient les murs. Naturellement éclectique, le duo vibre autant pour des groupes récents comme The XX ou La Roux que pour Barbara ou Gainsbourg. Il s’autorise donc toutes les directions, que ça sonne hip hop, new wave ou electro. Ses débuts ont pourtant pu faire croire à un groupe folk. Mais à l’époque, les deux complices ne disposaient que de la guitare de Ben et d’une petite boîte à rythme pour camper leur décor et leurs histoires. Quand ils traversaient Paris en scooter pour donner leurs premiers concerts, ils rêvaient déjà de peindre chaque morceau comme un tableau aux couleurs uniques.

100315_LillyWood_ThePrick_0070-0064.jpg

Leur rencontre avec Pierre Guimard, autre coup de foudre, va permettre à leur palette de gagner en nuances, des plus féériques aux plus inquiétantes. Excité par ce qu'il a entendu sur leur myspace, Pierre leur ouvre les portes de son studio et fonde avec Matthieu Tessier, manager du duo, le label Choke Industry, sur lequel sortira le premier maxi du groupe. Ils le baptisent Lilly Who And The What ? en référence à leur nom de scène qui intrigue et désarçonne. Sur cette première sortie, qui rencontre un joli succès sur les plateformes digitales, leur reprise enregistrée pour le fun de “L.E.S. artistes”, la chanson de Santigold, prévient : ce groupe sera inclassable et surprenant.
Une promesse tenue par Invincible Friends. Conçu avec la complicité de Pierre Guimard, ce premier album dessine les contours d’un univers tendre et fantastique où l’on ne sait jamais sur quel pied danser, où l’on se perd avec délice entre les humeurs et mélodies. Avec onze chansons comme autant d’histoires distinctes et ambigües, il réalise d’impressionnants grands écarts entre les compositions intimistes d’une Fiona Apple et les synthés à la Daft Punk, entre l’intensité sans âge d’un Bob Dylan et l’écriture décomplexée et électro-pop de Metronomy. Tels des contes pour adultes sur lesquels planerait l’esprit schizo d’un Lewis Caroll, Invisible Friends ressemble à un monde de faux-semblants où la pop la plus légère sert de paravent pudique à des propos plus graves (« Hey, It’s Ok »), où ce qui débute comme un blues prend la tangente et groove comme du disco (« No No (Kids) »). Les esprits cartésiens vont devoir se laisser aller tant Lilly Wood and The Prick s’amuse constamment à brouiller les pistes. A l’origine new wave dans l’âme, « Down The Drain » s’est ainsi transformée en appel du pied pour les pistes de danse. La soul revancharde de « Cover My Face » et « Prayer In C », prière folk belle à briser les coeurs, précèdent « My Best », tube à l’énergie rock mais à la peau électronique. « Little Johnny », où la voix de Nili rivalise avec celle de Margo Timmins des Cowboy Junkies, et « A Time Is Near » entourent l’atmosphérique « Hopeless Kids » qui s’envole comme du MGMT. Logiquement, l’album ne se pouvait se clore que sur une note onirique, celle de « Hymn To My Invisible Friend », splendide ballade en apesanteur…
Désormais accompagnés par des musiciens qui les aident à donner de la chair et de l’énergie à leur répertoire (le fidèle Pierre Guimard à la basse, Mathias Fisch à la batterie), Nili et Ben ont parcouru du chemin depuis leurs premiers concerts sur des scènes minuscules. Mais pour eux qui vont tourner tout l’été (avec un passage aux Francofolies), seule la dimension des salles où ils se produisent dorénavant a changé. L’envie de ressentir des émotions et de les transmettre à leur public reste le principal moteur. Nul doute qu’en écoutant Invincible Friends, l’album de débutants touchés par la grâce, tout le monde le comprendra.

 

Plus d'informations sur Lilly Wood & The Prick :

www.myspace.com/lillywoodandtheprick

 

 

 

Un concert Notice France :
 

 


Plus d'informations sur Notice France :
http://www.noticefrance.fr


Partager cet article
Repost0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 19:44

ATTENTION LE CONCERT EST ANNULE !

 

"La séparation du Saïan Supa Crew après le troisième album a laissé un goût amer dans la
bouche des fans… Pour les membres du groupe, ce split soudain a marqué la fin d’un rêve et
l’obligation de se réinventer. C’est ce qu’a fait Sir Sam uel avec son nouvel album Gallery .
(sortie octobre 2011 sur test/wagram)

Déjà en 2005, Samuel s’était fait la main avec un solo au titre créole, Vizé Pli O’. Un petit clin
d’œil reggae à ses origines antillaises. Honnête et lucide, Samuel l’admet : la fin du Saïan a été
un moment déterminant dans sa vie d’artiste.

« Ça m’a coupé les jambes, mais ça ne m’a pas dégoûté du business. Ma crainte était de
retourner au silence. Et puis j’avais l’impression d’avoir vécu un échec. Comme dans un couple,
quand tu sais que tu laisses partir la femme de ta vie pour des conneries. Aucun d’entre nous ne
pensait que ça allait finir ».

La reconstruction démarre en compagnie de Féfé, celui dont Samuel est le plus proche et qu’il
va coacher pendant le temps de préparation de son album Jeune À La Retraite.

 

95665_carte-blanche-a-sir-samuel.jpg

 

« On a retrouvé le goût de créer, sans codes. On a fait une trentaine de titres, dont la moitié a
fini sur l’album. C’était un réel plaisir. Féfé m’a demandé de mettre mes affaires en stand-by. Et
comme on est amis avant tout, je me suis penché chaque jour, pendant un an et demi, sur son
disque. J’étais son miroir ».

Puis Samuel écrit, compose, retrouve l’inspiration pour son propre compte. Son but : ne plus
chercher la vaine performance technique, mais aller vers plus de naturel en mixant reggae, rap
et chanson française.

« Plus ça va et plus je vais vers la chanson française ou urbaine. On a trente ans, on est
susceptible d’incarner la variété de demain. J’assume ça, j’en ai envie. Je veux qu’il y ait un
Jean-Jacques Goldman chez nous, que ce soit moi, Féfé ou un autre, mais qu’il y ait cette

reconnaissance des valeurs du hip hop, qu’on arrive à le diluer pour le plus grand public, sans
mettre de masques ».

Afin de concrétiser cette vision, Samuel s’entoure de musiciens venus d’horizons variés, de la
variété au jazz en passant par le reggae. Johan Dalgaard, pianiste/compositeur qui a travaillé
avec Johnny et Gaétan Roussel, coréalise l’album avec lui. Le saxophoniste Jacques Schwarz-
Bart, le bassiste Michel Alibo, le guitariste Stéfane Goldman ou encore le batteur Franck
Mantégari, font partie de ceux qui vont façonner le son Samuel modèle 2011.

« Des artistes qui n’hésitent pas à se pencher sur des choses moins érudites que leurs
musiques de base. Ils sont généreux, j’ai adoré travailler avec eux. L’album mélange
programmations et acoustique. Il y a toujours une boucle qui traîne dans mes musiques, peut-
être l’héritage du hip hop, en tout cas j’ai besoin de ça. Même sur scène, un séquenceur tourne
en permanence ».

Mixées au studio Twin par Mitch Olivier, les quatorze chansons de Gallery témoignent de
l’éclectisme de Samuel, qui chante, rappe et toaste avec la même aisance.
Sur « Anisa », il évoque une rupture difficile. Clé d’une meilleure compréhension de la chanson :
ce prénom est aussi l’anagramme de… Saïan.
« Mon Hall », chanson acoustique habillée d’une guitare sèche et de chœurs discrets, raconte
avec finesse l’ennui et la solitude en bas des blocks.
« Mental Offishall », le premier single, accueille la voix chaude de Féfé. Deux autres invités sont
présents, le vétéran virtuose du hip hop Busta Flex sur « Carnaval » et le jeune chanteur reggae
Little Dan sur « Dire je t’aime ».
Avec « Prendre le large », Samuel aborde avec tact et émotion le sujet des enfants soldats. « Je
me présente, je n’ai que huit ans/Je connais déjà la guerre, c’est mon travail ». Un texte écrit à
la première personne, bouleversant mais pas larmoyant pour autant.

« J’ai des enfants, je vois la facilité avec laquelle on peut les guider vers le bon ou le mauvais
chemin. Après avoir vu le film Blood Diamond et avoir discuté avec ma fille de neuf ans, j’ai écrit
ce texte avec le sourire, comme si c’était normal. Je ne voulais pas que ça soit plaintif. Un
enfant c’est joyeux, peu importe ce qu’il fait. C’est ça qui est grave avec les enfants soldats ».
Pas de masque pour Samuel, pour qui ce Gallery représente un instantané, la photo d’un
sentiment musical spontané.

« J’ai bouclé la parenthèse hip hop, j’ai été chercher ce que je suis, un enfant du Top 50. Je n’ai
plus peur d’aller vers les choses qui me divertissent ».

Olivier Cachin"

 

Plus d'informations sur Sir Samuel :

http://www.myspace.com/sirsamssc 

 

Un concert Notice France :
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

www.noticefrance.fr

Partager cet article
Repost0
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 09:38

Jean-Louis Murat sera de passage en Lorraine pour venir présenter au public son nouvel album, intitulé "Grand Lièvre" sorti fin septembre.

 

"

GRAND LIEVRE



Il arbore de vertigineuses oreilles, est célèbre pour sa vélocité et hante de nombreuses légendes à travers la planète. Les Indiens d’Amérique en ont même fait une divinité à la fois esprit farceur et architecte de l’univers. Mais si Jean-Louis Murat a intitulé « Grand Lièvre » son nouvel album, c’est davantage par amour de l’animal que par souci de mythologie ésotérique. Grand lièvre, symbole d’une espèce en voie de disparition, métaphore d’une terre perdue…

Deux ans que Jean-Louis n’avait publié d’album. Le dernier, « Le Cours Ordinaire des Choses », l’avait vu explorer les contrées country du côté de Nashville, Tennessee. « Grand Lièvre » a retrouvé gîte et harde, repères et compères. Enregistré en quelques jours dans le sud de la France, avec les fidèles Fred Jimenez et Stéphane Reynaud, épaulés par le pianiste Slim Batteux, le disque sonne comme s’il avait été capté dans les conditions du live : « Il y avait un magnéto 24 pistes qui tournait en continu, raconte Jean-Louis. Le principe était « on ne touche à rien ». Je voulais conserver tout ce que le mixage enlève habituellement, le travail, la sueur, les interrogations, les erreurs. »

Une musique qui, paradoxalement, n’a jamais été aussi limpide et énigmatique à la fois. Un son compact, précis, dominé par une section rythmique inflexible, un orgue impérieux et la guitare 12 cordes de Jean-Louis. Le tout zébré de bruissements, bruitages et dialogues mystérieux, et, nouveauté muratienne, de chœurs hypnotiques et lumineux. « Au moment de l’enregistrement, j’écoutais beaucoup de groupes de rock indé des années 90, comme Swell, Silver Jews, explique Jean-Louis. J’avais envie de retrouver cette matière sonore, ce travail de groupe. »


Tout au long des dix chansons du disque, on retrouve les thèmes chers à l’auteur du « Manteau de pluie » : la nature, la dérision de la condition humaine, le doute, l’amour, la solitude. Mais ici magnifiés, nimbés de mélodies tournoyantes et évidentes, à la fois familières et surprenantes. Comme dans « Vendre les prés », constat implacable du dépeuplement des campagnes, repris dans « Haut Arverne », hommage mélancolique au terroir de l’auteur.

Crédit Photo: Carole Epinette

Thèmes nouveaux aussi, comme celui de la cruauté de la guerre, évoquée dans « Sans pitié pour le cheval » ou « Rémi est mort ainsi », l’une inspirée par un ancêtre homonyme, un Jean-Louis Bergheaud héros de la guerre de 14-18, l’autre évoquant la Résistance à travers Rémi et Colette, personnages des manuels d’initiation à la lecture d’antan. Dont les syllabes dansantes parsèment souvent les chœurs de l’album, onomatopées en forme de clin d’œil paternel malicieux.


Dans « Qu’est ce que ça veut dire », allusion à la perte de mémoire, on entend la voix d’Andreï Tarkovski, réminiscence de l’album « Cheyenne Autumn ». Dans « Le Champion Espagnol », c’est la silhouette de Federico Bahamontes qui surgit au détour d’un lacet du col du Tourmalet. Et dans « Alexandrie », dédiée à une amie disparue, c’est Cléopâtre qu’on imagine juchée sur son trône.

« Les Rouges Souliers » et « La Lettre de la Pampa », entre conte d’Andersen et missive façon Leonard Cohen, parachèvent un album riche, aux reflets changeants et aux détours inattendus. Encore rehaussé par « Je voudrais me perdre de vue », ode au dédoublement de personnalité, avec ses riffs lancinants et sa rythmique acrobatique virevoltant de ternaire en binaire.
Grand Lièvre, grand œuvre, du Murat au sommet de son art, intime et immédiat, secret et universel. Son meilleur album ?

A savourer avec de grandes oreilles.A paraître le 26 septembre en 3 éditions : double CD (album+live), CD simple et vinyle"

EN TOURNÉE

2011
02/11 NANCY (54) L’Autre Canal
04/11 FONTAINE (38) La Source 
08/11 MASSY (91) Centre Culturel Paul Bailliart
10/11 PARIS (75) Le Trianon
17/11 TOULOUSE (31) La Dynamo
18/11 ANGOULEME (16) La Nef
19/11 BLOIS (41) Chato Do
20/11 BRUXELLES (BE) Le Botanique

2012

16/03 BOURGOIN JALLIEU (38) Les Abattoirs

Partager cet article
Repost0
14 octobre 2011 5 14 /10 /octobre /2011 15:31

2011-10-AZNAVOUR.jpg

 

 Déplacez-vous pour profiter de Charles Aznavour dans son dernier tour de chant le 15 Octobre 2011 au galaxie d’Amnéville à 20 h 30 et le Dimanche 16 Octobre 2011 au Zénith de Nancy à 19 h ? mais aussi dans la suite de sa tournée 2012 :

 

  oct. 15

    Galaxie Amnéville, FRANCE - 19:00

 

    oct. 16

    Zénith de Nancy Maxeville, FRANCE - 19:00

 

    oct. 18

    Zénith de Rouen Rouen, FRANCE - 19:00

 

    oct. 19

    Antares Le Mans, FRANCE - 19:00

 

    oct. 20

    Zénith de Caen Caen, FRANCE- 19:00

 

    oct. 21

    Le Grand Liberte Rennes, FRANCE - 19:00

 

    oct. 22

    Amphitea Angers, FRANCE - 19:00

 

    oct. 25

    Summum Grenoble, FRANCE - 19:00

 

    oct. 26

    Zénith de St Etienne St Etienne, FRANCE - 19:00

 

    oct. 28

    Zénith de Limoges Limoges, FRANCE - 19:00

 

    oct. 29

    Zénith d'Auvergne Cournon d'Auvergne, FRANCE - 19:00

 

    oct. 31

    Zénith d'Amiens Amiens, FRANCE - 19:00

 

    nov. 2

    Le Scarabee - Roanne Riorges, FRANCE - 19:00

 

    nov. 3

    Arena de Geneve Geneve, SWITZERLAND - 09:00

 

    nov. 4

    Zénith de Dijon Dijon, FRANCE - 19:00

 

    nov. 5

    Le Phare Chambery, FRANCE - 19:00

 

    nov. 10

    Zénith de Montpellier Domaine de Grammont, FRANCE - 19:00

 

    nov. 11

    Zénith Pau Pau, FRANCE - 19:00

 

    nov. 16

    Palais Nikaia Nice, FRANCE - 19:00

  

    nov. 19

    Zénith Omega Toulon Toulon, FRANCE - 19:00

   

    nov. 23

    Parc Expo Grand Hall - Tours Tours, FRANCE - 19:00

 

    nov. 26

    Patinoire Meriadeck Bordeaux, FRANCE - 19:00

      

    nov. 27

    Parc Des Expositions La Rochelle La Rochelle, FRANCE - 19:00

   

    nov. 30

    Le Cube - Parc des Expos Troyes, FRANCE - 19:00

       

    déc. 1

    Halle Tony Garnier Lyon, FRANCE - 20:30

    

 

    déc. 2

    Halle Tony Garnier Lyon, FRANCE - 20:30

       

 

    déc. 3

    Zenith D'orleans Orleans, FRANCE - 19:00

 

     déc. 4

    Zénith Aréna de Lille Lille, FRANCE - 19:00

    

 

Partager cet article
Repost0
22 septembre 2011 4 22 /09 /septembre /2011 15:19

Cette année encore, le Nancy Jazz Pulsations (NJP) prend ses quartiers dans tout Nancy et nous offre une programmation soignée, de qualité, faisant la part belle à la musique Jazz mais gardant une grande ouverture d'esprit vis à vis des autres styles musicaux.

L'occasion pour nous d'être une nouvelle fois présents sur cette manifestation et de vous rapporter dans les semaines à venir les meilleurs moments de ce festival en or !

Nous serons présents dès ce samedi à la Salle Poirel pour le concert de Sophie Hunger et Agnès Obel, en marge du début du festival programmé le 5 octobre prochain.


Loin de nous l'idée de copier négligement le programme que vous pouvez retrouver ICI, mais nous tenions à vous retranscrire l'édito de Claude-Jean "Tito" Antoine, le président du Nancy Jazz Pulsations, juste, précis et vibrant :

" 

« Toute culture naît du mélange, de la rencontre, des chocs. À l’inverse, c’est de l’isolement que meurent les civilisations, de l’obsession de la  pureté. » Octavio Paz

 

affiche.jpg

 

Dans une France qui regorge de festivals d’été et dans une Lorraine où poussent de jeunes pousses au printemps, NJP – festival essentiellement urbain – s’est posé en automne et marque la rentrée. Dès les premières éditions, l’ouverture du festival à des musiques cousines du jazz enflammait la ville et le Chapiteau de la Pépinière et installait le “style NJP”, largement repris depuis. Le gotha du jazz y côtoie depuis toujours de jeunes musiciens à la
notoriété naissante. Notre projet s’inscrit dans la durée (38 ans) mais l’objectif reste constant : faire le meilleur festival
urbain mobile (plus de 25 concerts au-delà de Nancy) mais surtout pas le plus grand ; faire de notre cité un terrain de rencontres, de découvertes, de curiosité, de liberté et de bonne musique à l’image du festival ouvert, convivial, passeur,
défricheur et fédérateur que nous souhaitons.

NJP explore les infinies possibilités qu’offre la ville :
le Chapiteau de la Pépinière, le Magic Mirrors, l’Opéra, la Salle Poirel, l’Autre Canal, le Théâtre de la Manufacture, le Hublot, le Théâtre

Ça respire encore, les bars, brasseries, rues, places… Un beau terrain de musique et d’espérance où, durant 15 jours,
tout peut arriver. Ce sont plus de 130 rendez-vous auxquels nous vous convions.

C’est pour cela que NJP existe. Notre plaisir, nous le trouvons sur vos visages à la sortie des concerts…"

 

 

La programmation en détail :

 

prog1

 

prog2.jpg

 

Plus d'informations sur :

http://www.nancyjazzpulsations.com/

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2011 3 21 /09 /septembre /2011 01:32

11-09-nanbara.JPG


...Et retrouvez de 10 à 18 H, le  Village Associatif de l'asso. Nanbara.
http://www.nanbara.fr/

toutes les infos sur le groupe "As Malick and Blue Tribe" ... :
S MALICK est un chanteur sénégalais charismatique et reconnu dans son pays
(deux albums "Dakar all stars" et "Bénéne Vibes" nominé au Hip Hop Awards
meilleur album solo ainsi que de nombreux festivals africains et européens à son
actif).
Il s'est installé à Metz en Lorraine en 2008 et s'est entouré de trois musiciens
Lorrains venant d’horizons différents qui composent : BLUE TRIBE .
Depuis cette rencontre, le groupe a su développer un son original ainsi qu’une
complicité évidente autour de compositions « Pop, Rock, Soul, Funk, Afro ».
En Live, As Malick et sa tribu nous transportent… c’est un voyage «Trip».. (titre du
nouvel Album)..
Une chaleur indéniable dans la voix, une section rythmique solide et puissante
accompagnée de gimmick de guitare « accrocheurs ».
Un mélange de style visant le même objectif: des textes engagés emprunts de
messages positifs (Amour, Paix, Solidarité, Respect) et traitant aussi de sujets
graves comme les enfants soldat et la corruption politique en Afrique "ou ailleurs".
Ces textes écrits par As Malick sont chantés en 3 langues : Anglais, français et wolof.
Le groupe a déjà acquis une bonne experience et plusieurs concerts sont
programmés pour la saison 2011 - 2012…
 
Le nouvel Album « Trip » auto produit du groupe a été édité en octobre 2010.
 
Un nouveau Clip "Life Teudé" 1er titre de l'album (réalisé par Pierre Dodin Réalisateur Nancéen) est sorti en mars 2011:
http://www.dailymotion.com/video/xhnnnx_as-malick-blue-tribe-life-teude_music

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 18:21

Festival ZIKAMETZ 2011
//// COUP D’ENVOI !

DU 14 AU 17 SEPTEMBRE - LES TRINITAIRES À METZ

 

8ème édition, Zikametz reste fidèle à sa tradition et vous propose des performances musicales éclectiques
sur quatre journées pleines de nouveautés pour le jeune public ainsi qu’un ciné-télé-concert.
Cette édition s’annonce donc intense et vous captivera pour une rentrée rayonnante.

 

Zikametz 2011, trois soirées de concerts

 

http://www.zikamine.com/images/zikametz2011.jpg


JEUDI 15 SEPTEMBRE -

Echauffement avec un évènement original : un
ciné-télé-concert. Notre rythme cardiaque sera mené sur les images du
match France - Allemagne de Séville 82 (raccourci à 60 minutes pour
l’occasion), dont la bande-son sera proposée par un trio pop rock, une
performance live étonnante et unique en en son genre.


VENDREDI 16 SEPTEMBRE -

Première mi-temps avec la french touch
electro-house d’Alan Braxe, d’electro pop de Cercueil et du groupe
messin Jaccuzy, en passant par les USA avec Rainbow Arabia. Venu d’outre-
Manche, Ghospoet apporte son flow hip hop. Du côté Lorrain, la pop,
folk ou rock, et le punk blues seront au rendez-vous avec Crëvecoeur, The
Aerial et Chicken Diamond. Heartbeat Parade amènera sur scène le son
rock du Luxembourg. Nous serons également balancés par le rock’n’roll
de The Big Black Boots.


SAMEDI 17 SEPTEMBRE -

Seconde mi-temps. Sur la ligne de jeu, on
retrouve de la chanson, française et lorraine : Benoît Dorémus, Bonaparte
et Simon Goldin le Montréalais. Le Canada sera une nouvelle fois à
l’honneur avec l‘univers folk de Picastro. Du côté de l’electro, les locaux
de Beat For Sale et la sensation parisienne DyE. Puis place au rock’n’roll de
The Einstein Tremolos. Les Scratch Bandits Crew et le marseillais Mino, en
dignes représentants du hip hip et du scratch hexagonal succèderont au
trio militant Stratégie De Paix, venus de Meuse.
A noter dans vos carnets : le festival proposera des animations (ateliers et
spectacles) pour le jeune public mercredi après-midi et jeudi matin.

 

 

MERCREDI 14 septembre – Les Trinitaires - Ateliers Jeune Public de 14h à 18h
Réservation sur www.zikamine.com
- Aurélie Loiseau : travail sur la voix, les bruitages et le chant (3 à 6 ans)
- Dr Geo : utilisation de jouets pour un atelier musical (6 à 10 ans)
- Stratégie de Paix : écriture et composition de morceaux par ordinateur M.A.O (11 à 17 ans).

 

Jeudi 15 septembre – Les Trinitaires
10h - Spectacle « Né dans une Orange » à destination des scolaires.
21h – ciné-télé-concert : Match Séville 82.

 

Vendredi 16 septembre – Les Trinitaires Dès 20h
Huit, Chicken Diamond, The Aerial, The Big Blac k Boots , Crëvecoeur , Jaccu zy,
Heartbeat Parade, Cercueil, Rainbow Arabia, Alan Braxe, Ghostpoet .

 

Samedi 17 septembre – Les Trinitaires Dès 20h
Huit, Bonaparte , Simon Goldin, The Einste in Tremolos , Beat For Sale, DyE,
Picastro , Benoît Dorémus, Stat égie De Paix, Mino, Scratch Bandits Crew.

 

Tarifs (hors frais de location)


Pass jeudi Séville 82 > 6 €
Pass vendredi > 8 € TR / 10 € TP
Pass samedi >8 € TR / 10 € TP
Pass 3J (jeu+ vend +sam) > 15 €


Tarif réduit : MGEL, adhérents FNAC,
demandeurs d’emploi, bénéficiaires du RSA
(sur justificatif), carte Copain Trinitaires


www.fnac.com
www.ticketnet.fr
www.digitick.com

Partager cet article
Repost0
28 août 2011 7 28 /08 /août /2011 11:36

Vendredi 23 septembre 2011, 20 :00
Rockhal Main Hall - 5, avenue du Rock'n'Roll, L-4361 Esch/Alzette


ZU_ITA.JPG
crédit Simon Halfon Studio


Sa voix rauque et des tubes comme « Senza una Donna », « Il Volo », « Menta e rosmarin », « o
Diamante » ou plus récemment « Baila Morena » ont fait du chanteur-compositeur Zucchero l’un des
artistes italiens les plus populaires.

Révélé en 1987 par son quatrième album « Blues », Zucchero a depuis composé huit autres albums. Il
a vendu plusieurs millions d’albums dans le monde entier. Il a collaboré avec Joe Cocker, Miles Davis,
BB King, Sheryl Crow, Tom Jones, Paul Young, Sting, Luciano Pavarotti, Bono (U2), Brian Wilson
(Beach Boys), Eric Clapton et Johnny Hallyday.

Trois ans après son dernier opus « Fly », Zucchero est de retour avec un nouvel opus, « Chocabeck ».
Onze titres déjà salués par la critique pour un album annoncé comme l’un des meilleurs, si ce n’est le
meilleur de sa carrière. Cet excellent cru, réalisé sans fausse note, met plus que jamais en valeur
l’atout principal de Zucchero : sa voix unique, à la fois puissante et chargée d’émotion.

Ne ratez pas Zucchero en concert - un évènement rock inédit !

Location de billets :

Luxembourg : tous les points de location connus e. a. aux bureaux de voyages Sales-Lentz, Auchan,
Funbringer Ticket-Service, rue de Strasbourg, A-sport, Office du Tourisme, www.luxembourg-
ticket.lu, www.e-ticket.lu;

France : les réseaux Ticketnet, Fnac, Cora, Leclerc, Carrefour, Cultura, Auchan, Virgin Megastore ;
www.fnac.com; www.ticketnet.fr

Belgique : chez Park Music à Arlon, réseaux Ticketnet Fnac et Sherpa sur toute la Belgique ;
www.ticketnet.be, www.sherpa.be, www.fnac.be

Allemagne : aux points de location habituels ; www.ticket-regional.de

Informations et Ticket-Hotline: +49-(0)-6861 – 939980; www.kultopolis.com

Partager cet article
Repost0
22 août 2011 1 22 /08 /août /2011 19:13
Le Rallye de France deuxième édition - pour le plus grand plaisir des fans de Sebastien Loeb - se déroulera du vendredi 30 septembre au dimanche 2 octobre 2011 en Alsace-Vosges
Cette année, plus que les années précédentes, Sebastien Loeb aura fort à batailler pour gagner son huitième titre de champion du monde de WRC.

2010-10-wrc1 9984


Son co-équipier, mais néanmoins plus grand rival, Sebastien Ogier, grandit à vitesse grand V. Depuis le début de la saison 2011, les deux Sebastien ont chacun gagné 4 courses. Le titre se jouera donc, sans aucun doute entre ces deux frères "ennemis sur piste".

2010-10-wrc1 9930

Le rallye de France en Alsace sera haut en tension puisque Sebastien Loeb, originaire de cette région veut et se doit de gagner sur sa terre natale afin de combler encore une fois le cœur des alsaciens et se rapprocher d'un huitième titre qu'aucun autre pilote, à ce jour n'a pu réaliser.

2010-10-wrc1 9938



Pour cela, Melting-Actu vous recommande vivement de venir le supporter durant ces 3 jours sur les terres alsaciennes et vosgiennes.
A noter que la manche française du WRC – Championnat du Monde des Rallyes – est arrivée en tête des audiences 2010, avec plus de 69 millions de téléspectateurs ! (source : rallyedefrance.com)

2010-10-wrc1 0069

Pour plus d'informations, rendez-vous sur :
www.rallyedefrance.com
Partager cet article
Repost0
8 août 2011 1 08 /08 /août /2011 11:44


 116086GUCA.jpg

 

La 51ème édition du festival de Guca, l’un des plus authentiques et délirants des balkans, se déroulera en Serbie du Lundi 8 au Dimanche 14 aout 2011 : Voici ci-dessous le programme en langue anglaise :

 

 

MONDAY, August 8, 2011.

 

10,00 - The opening – at the Monument to a trumpeter

10,30 - Celebratory award of public acknowledgments of the Assembly – headquarters office

11,00 - Celebratory opening of the art/painting exhibition and the exhibition „Old Guča“ – building of the Monument to the trumpet

12,00 - Press conference – the yard of the Museum

18,00 - The presentation of the books and publications – the Center for culture

20,00 - Art and culture program – the stage in front of the Center for culture - Zlatibor

 

TESDAY, August 09, 2011

 

16,00 - The opening of the exhibition of the Dragacevo agriculture –sport center

20,00 - Art and culture program – the stage in front of the Center for culture - Surdulica

 

WEDNESDAY, August 10, 2011

 

18,30 - The competition of the young brass orchestra (pioneer and youth)

           – the stage in front of the Center for culture

Pioneer brass bands:

  1. brass band of the primary school „Pranjani“ from Pranjani

  2. brass band of Emir Salković from Bojnik

  3. brass band of Mihailo Stojkanović from Priboj

Youth brass bands:

  1. brass band of Dejan Filipović from Milićevo selo

  2. brass band of Kristijan Trajković from Zagužanje

  3. brass band of Aleksandar Grujičić from Draglica

  4. brass band „Timočki veseljaci“ from Knjaževac

  5. brass band of Marko Gligorijević from Dub

  6. brass band of Kristijan Azirović from Bojnik

  7. brass band of Nikola Papić from Priboj

  8. brass band of Marijus Antić from Vranjska Banja

  9. brass band „Društvo srpskih domaćina“ from Koštunići

10. brass band of Danijel Vasiljković from Lepenica

11. brass band of Petar Milićević from Kostojevići

12. Brass band of the Musical Center Pančevo from Pančevo

13. brass band of Boban Lukić from Pilica

14. brass band of Vladimir Ivanović from Zagužanje

15. brass band „Danijela“ from Arilje

16. brass band of Isidor Zećirović from Bojnik

17. brass band of Stefan Marković from Bajina Bašta

 

-Cultural and Artistic Association „Tanasko Rajić “ from Ljubić (to break)

 

 

 

THURSDAY, August 11, 2011

 

12,00 - Press Conference – Center for culture

- brass band “Bakija Bakić” of Ekrem Mamutović from Vranje

18,00 Night of religious music – stage in the churchyard of the church of St. Archangel

Gabriel

21,00 Performance “They won- they deserved it” – stage at the stadium

- brass band of Dejan Petrović from Duboko featuring the Big band

- brass band “Bakija Bakić” of Ekrem Mamutović from Vranje

- brass band of Dragan Ignjić from Užice

22,40 Concert of Miroslav Ilić - stadium

 

 

FRIDAY, August 12, 2011

 

12,00 - Press conference – at the Center for culture

13,00 - Competition of the cheerers, the selection of the most beautiful ethnic costume – the stage in front of the Center for culture

14,00 - Folks (sports) games – at the stadium

17,00 -The procession of the participants of the program – the streets of Guča

- brass band finalists on the national competition

- Cultural and Artistic Association „Goša“ from Smederevska Palanka        - Cultural and Artistic Association „Abrašević“ from Guča

- Cultural and Artistic Association „Bambi“ from Goračići

- Cultural and Artistic Association „Serbs and friends“ Tetovo (Macedonia)

- Cultural and Artistic Association „Herzegovina“ Petrovo Polje (R. Srpska)

- Cultural and Artistic Association „Dimitrije Tucović“ Lazarevac

- singing group „Crnućanka“ from Crnuća

- singing group „Šarski izvori“ from Štrpce

- singing group „Zora“ from Kragujevac

- singing group „Snovalica“ from Donji Dubac

- singing group „Dragačevski biseri“ from Guča

- brass band „Les 38 Tonnes“ from France

19,00 - Art and culture program – the stage in front of the Center for culture

- brass band of Dejan Lazarević iz Požege

- brass band of „Barka“ iz Knjaževca

- brass band of Bojana Ristića iz Vladičinog Hana- Cultural and Artistic Association „Goša“ from Smederevska Palanka

- Cultural and Artistic Association „Abrašević“ from Guča

- Cultural and Artistic Association „Bambi“ from Goračići

- singing group „Crnućanka“ from Crnuća

- singing group „Šarski izvori“ from Štrpce

- singing group „Zora“ from Kragujevac

- singing group „Snovalica“ from Donji Dubac

- singing group „Dragačevski biseri“ from Guča

21,00 Night of religious music – stage in the churchyard of the church of StArchangel Gabriel

 

23,00 - Midnight concert – the stage at the stadium

 

SATURDAY, August 13, 2011

 

07,00 - Trumpet morning call – the streets of Guče

- brass band Janka Jankovića iz Zemuna

- brass band Aca Novkovića iz Zagužanja

- brass band Siniše Stankovića iz Zagužanja

- brass band Bojana Krstića iz Vladičinog Hana

 

11,00 - The procession of the participants of the program – the streets of Guča

12,00 - Improvization of the old Dragacevo wedding – the stage in front of the House of Culture

13,00 - Press conference – the House of Culture

15,00 - Art and culture program – the stage in front of the Center for culture

- brass band Veljka Ostojića iz Zlakuse

- brass band Božidara Nikolića Donje iz Zagužanja

- brass band „Zlatne trube“ iz Knjaževca

- Cultural and Artistic Association „Krušik“ from Valjevo

- Cultural and Artistic Association „Dimitrije Tucović“ from Lazarevac

- Folk-dance ensamble of the Center for Culture „Veljko Dugošević“ from Kučevo

- singing group „Dučalovci“ from Dučalovići

- singing group „Bukovica brojanica“ from Bukovica

- singing group „Mile Dragović“ from Dragačica

- singing group „Studenac“ from Kotraža

- singing group „Srpski jelek“ from Čačak

 

17,00 - Art and culture program of the guests form abroad – the stage in front of the Center for culture

- Cultural and Artistic Association „Serbs and friends“ from Tetovo (Macedonia)

- Cultural and Artistic Association „Herzegovina“ Petrovo Polje (R. Srpska)

- Folk-dance ensemble „Izvor“ Saravale (Romania)

- Brass band „Les 38 Tonnes“ France

- Brass band „Traktorkestar“ Switzerland

- Brass band „Feštaband“ Slovenia

18,00Night of the religious music-stage in the churchyard of the church of St. Archangel Gabriel

 

21,00 - Final competition of the brass orchestra (seniori) - the stage at the stadium,

           - concert by the orchestra of Boban and Marko Marković

 

 

SUNDAY, August 14, 2011

 

07,00 - The trumpet morning call – the streets of Guča

- brass band Elvisa Ajdinovića iz Surdulice

- brass band „Barka“ Knjaževac

- brass band Božidara Nikolića Donje iz Grdelice

- brass band Nenada Mladenovića iz Vranja

 

10,00 - Art and culture program – the stage in front of the Center for culture

- brass band Nenada Mladenovića iz Vranja

- brass band Gvozdena Rosića iz Rtiju

- Cultural and Artistic Association “Zavičaj – Banija” from Šabac

- Cultural and Artistic Association “Sveti Sava” from Zvornik

- Cultural and Artistic Association “Tanasko Rajić” from Ljubić

- singing group “Srpska šajkača” from Puhovo

- singing group “Bukovički jarani” from Bukovica

- singing group “Raspevani Požežani” from Požega

 

11,00 - horse carriage exhibition – adjuvant stadium FK „Dragačevo“

15,00 - International competition of brass orchestra – the stage of the stadium – concert of the Goran Bregović

20,00 - Big assembly “kolo” (circular dance) „Goodbye till next assembly“)

          „See you by the next Festival“

 

 

        

Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici