1 octobre 2008 3 01 /10 /octobre /2008 21:00

Transformée en boite de jazz pour l’occasion, la salle Creanto de Créhange accueillait samedi 27 septembre au soir le Tristan Blum Quintet dans une ambiance feutrée digne de la New Orleans…

 

Silence religieux dans la salle. Les spectateurs retiennent leur souffle, impatients, lorsque les néons se font discrets au profit du vibraphone de Tristan Blum. Un nuage de notes voluptueuses se répand alors dans l’auditoire, intimant un décollage quasi inconscient des spectateurs qui se laissent emporter vers un concert plein de promesses.

 

Les autres instruments du quintet s’ajoutent ensuite avec justesse, la batterie et la contrebasse apportant d’abord leur soutien robuste et rythmé, puis la guitare et le saxophone, rivalisant de légèreté et d’enthousiasme.

Comme dans la vie dont s’inspirent les pièces composées par Tristan Blum, les notes et les mélodies s’enchaînent avec finesse, tantôt empruntes d’une douce mélancolie, tantôt rythmées et enivrantes.

 

La complicité entre les musiciens est audible, presque palpable, et pourtant chaque instrument n’est que la partie indispensable d’une pièce musicale métissée et authentique.

Tous les musiciens ont toutefois droit à leur solo, à l’image du guitariste, égrenant un flot de notes insaisissables salué par l’assistance.

 

Le spectacle prend fin progressivement, en un atterrissage musical subtil. Quelques notes bucoliques achèvent la représentation, puis s’éclipsent discrètement grâce à leurs tonalités évanescentes.

 

Olivier Collignon


Musiciens :

 

Vibraphone / Composition : Tristan Blum

Guitare : Eric Hurpeaux

Contrebasse : Jean-Luc Deat

Batterie : Christian Mariotto
Saxophone : Damien Prud’homme

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 21:00

Véritable institution du paysage musical et culturel messin, la cinquième édition du festival ZIK@METZ a tenu toutes ses promesses grâce à son florilège de jeunes talents.

 

Alors que la septième édition de la StarAcademy vient juste de commencer, les spectateurs messins ont préféré venir applaudir « en vrai » les jeunes pousses prometteuses choisies par l’association Zikamine. Ce week-end, les nouvelles stars étaient à Metz et non dans le Marais.

 

Samedi soir, ce sont tout d’abord les excellents SAMGRATT & THE SWUNHTASTIC PEOPLE qui ont donné le ton : son funky, bonne humeur et textes débridés servis frais à un public malheureusement trop peu nombreux dans le Caveau.

Les Messins se seraient-ils contentés des chorégraphies de Kamel Ouali vues la veille à la télé? Non. Car sur le « riddim » de la Chapelle, la foule était au rendez-vous pour entendre la bonne parole du BAHLE BACCE CREW, un collectif Hip-Hop / Ragga, emmené par un MC à lunettes à la technique impressionnante. Ici, on « toaste » ; pas de place pour les « ouins-ouins » d’Armande Altaï dans un Sound System.

Quelques minutes et quelques bières plus tard, la sensuelle chanteuse de CANDY FLESH a hypnotisé au Caveau les amateurs de rock. KEBOUS et EVERGREEN TERRASSE ont ensuite brillamment enchaîné, le premier par de la chanson française, les seconds par de l’électrorock.

 

Mais la tête d’affiche du festival, c’était LA RUMEUR. Les fans étaient donc bien là, adeptes d’un rap hardcore, épuré et engagé, assez loin du rêve américain de 50 Cent.

 

Le festival ZIK@METZ et ses artistes ont donc passé les évaluations de cette semaine avec succès. Petit voyage musical dont chaque scène est un pays et où de nombreux talents étaient à découvrir. Félicitations du jury pour l’organisation sans faille et le choix des groupes de l’événement, qui a certainement encore de belles années devant lui…

 

Olivier Collignon / Photos: M.F.


SAMGRATT & THE SWUNHTASTIC PEOPLE:




CANDY FLESH:



KEBOUS:



EVERGREEN TERRASSE:

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 20:00

Les 29, 30 et 31 août 2008, s'est tenue la 10è édition du Festival WOODSTOWER dans le parc Miribel-Jonage, près de Lyon.
Un festival qui réunissait de la musique, du théâtre de rue et de nombreux ateliers d'initiations à différentes pratiques artistiques.
Retour en photos... (signées Patrick Rosa)


Vendredi 29:


KARIMOUCHE:


LES DOIGTS DE L'HOMME:


KEZIAH JONES:



Samedi 30:

MERLOT:


KOUMEKIAM:


AMELIE-LES-CRAYONS:


GROUNDATION:


ZEBRAMIX:



Le Village (samedi 30 et dimanche 31):

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2008 2 23 /09 /septembre /2008 19:00


Le cadre intimiste de la salle de concert de L’Atelier, nichée en plein cœur de la ville de Luxembourg, sied à merveille à l’artiste qui s’y est produit mercredi 17 septembre 2008 au soir. Yael Naim, puisqu’il s’agit d’elle, n’a donc pas manqué l’occasion de communier avec le public venu en nombre, ravi de partager la bonne humeur communicative de la chanteuse franco-israélienne.


Mais les spectateurs ont surtout apprécié la performance musicale de tout le groupe présent sur scène, qui proposait de la guitare, de la basse, du piano, des claviers, des percussions et même de l’accordéon et du ukulélé. Un des musiciens « ressortait » d’ailleurs davantage que les autres, car Yael le présentait dès la fin du premier morceau : David Donatien. Ce percussionniste a largement contribué à la création du dernier album de Yael Naim, l’incitant notamment à chanter en hébreu. Chose qu’elle ne s’est pas privée de faire à L’Atelier, démontrant par ailleurs qu’elle était parfaitement trilingue en alternant constamment avec l’anglais et le français.


Le public luxembourgeois – ou plutôt « luxembourien », comme dirait Yael – a donc rapidement été conquis par l’ancienne vedette des « Dix Commandements ». Il a vibré sur la version « rock » de « Too Long », qui laissait beaucoup de place à la batterie de Donatien ; il s’est franchement marré lorsque la chanteuse a improvisé un pas de danse qui s’est terminé en « Danse des canards »… ; il a sauté, tapé des mains et chanté sans retenue lors de la seconde interprétation de « New Soul », point final d’une soirée avec Yael Naim, musicienne et chanteuse très talentueuse, dotée en plus d’une arme secrète : son sourire, qui ne la quitte presque jamais.


Maxime Freyberger




Les plus belles photos du concert (signées Véronique L'hoste):








Partager cet article
Repost0
8 septembre 2008 1 08 /09 /septembre /2008 18:00
Ce jeudi 21 août au soir, il fallait posséder le don de se dédoubler pour assister aux concerts proposés à Metz...
Alors sur la magnifique Place Jeanne d'Arc, on trouvait le groupe LOS HERMANOS LOCOS...






...tandis que TEX'O chauffait la Place de Chambre






Photos: M.F.

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 13:00
Qu'il était bon d'arpenter les places messines ce samedi 09 août! De constater, encore une fois et avec plaisir, que notre belle ville est bien vivante et qu'en matière d'animation, l'offre ne manque pas. Il suffit juste de se renseigner un peu, de lever son cul du canapé et d'éteindre ce petit écran regorgeant d'émissions débiles et nuisibles au cerveau...

Donc samedi, il fallait à tout prix être Place Saint-Louis à 18h afin d'assister à l'excellent spectacle de la Compagnie Bougrelas, venue tout droit de Bordeaux, et qui proposait une performance totalement déjantée et terriblement physique à la fois!


Petite remarque sur le contexte du spectacle: il est vraiment malheureux de devoir subir les parasites sonores provoqués par le passage incessant de toutes sortes de véhicules sur la Place Saint-Louis, d'autant plus que cette place est censée être piétonne... 

Après le théâtre festif, place à la musique festive. Un tout petit peu de marche au programme, afin de se rendre Place de Chambre où les cinq musiciens de La Manutention faisaient danser et rire le public, à l'aide de leurs musiques énergiques et de leurs textes pleins d'humour.


Le groupe de l'Est de la France cédait alors sa place à un groupe de l'Ouest, qui allait finir d'enflammer la place: Le Santa Macairo Orkestar, quintet débordant d'énergie et abusant de multiples instruments; on vit même les spectateurs danser le Sirtaki sur un de leurs morceaux!




Photos: M.F.

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 12:00

Une claque , un  coup de cœur et une découverte …


Tout comme les Francofolies de la Rochelle, l’évènement rassemble une diversité impressionnante de scènes et lieux de concerts adaptés aux artistes, quelque soit leur notoriété. L’édition belge des Francofolies se déroule dans un cadre propice à l’émerveillement : Spa, ville thermale des plus touristiques haute en couleur, avec un total investissement musical de toute la cité durant le festival.

Une grande scène pour les têtes d’affiche, un village « francofou » avec trois scènes de taille moyenne, les salles couvertes du Casino - qui accueillirent entre autre Sanseverino ou encore l’artiste Belge Bendee Oz, à la voix aussi séduisante qu’ unique, comparable en ce sens à  Maurane - , mais également des lieux dédiés au « DJing », comme le Lido ou encore les thermes transformées en Buddha bar avec aux platines Claude Challe bien sûr !


La musique résonnait au cœur de Spa avec les artistes de rue et autres cafés-concerts, accompagnée d’animations diverses et variées, notamment des émissions radio dans des studios aux parois transparentes, laissant aux curieux le loisir d’assister aux interviews de leurs artistes préférés ou encore, sur la terrasse de ce même bâtiment, de suivre en deuxième partie de soirée l’émission de la RTBF dédiée au festival  (1ère chaîne TV Belge) …

Pour un article consacré à un festival musical au pays du surréalisme,  il fallait bien parler de tout sauf de musique, et tant mieux puisque une des « claques »  du festival fut sans doute l’excellence d’une rencontre avec un chanteur-artiste peintre-plasticien « qui pense » : Mr Charlélie Couture. Lors de sa conférence de presse, il raconte en toute simplicité sa « NewYork-quitude » et pourquoi, depuis quatre ans maintenant, il a préféré la vie là bas, dans un pays où l’on donne a sa chance à ceux qui veulent mener plusieurs vies (artistiques).

Devant un parterre de journalistes fascinés par le niveau de l’échange, Charlélie explique ses évolutions musicales et personnelles : ne plus forcément partir dans de nombreuses directions mais trouver une liberté dans le choix et resserrer un style musical plus identifiable pour ses prochains albums. La conférence de presse se termine (trop vite) et chose peu habituelle, la quasi-totalité des journalistes se fait prendre en photo avec l’artiste, ravi lui aussi de ce moment !   Rendez-vous fut pris au concert du lendemain, sauf pour moi car mon séjour s’achevait, mais je me jurais de voir Charlélie en « live » au plus tôt…


Temple du « live » à dimension humaine, excepté au moment d’accueillir les BB brunes, Martin Solveig ou encore l’ambassadeur du Slam, Grand corps malade, le « village francofou » fut durant le festival un lieu de pure découverte et le sentiment d’assister à  un moment  d’exception m’envahit ce samedi, à la vue du spectacle des
Moriarty...


Nés en 1925 selon leu myspace, ils  reprennent à leur sauce Blues-Country-Jazz, bref dans un style inimitable, de nombreux standards avec de multiples plages dédiées aux « impros » des exceptionnels musiciens du groupe.


Bien conscient d’avoir vécu un moment scénique et musical d’exception, j’échangeais quelques mots avec Rosemary, alias « la Diva », douée d’un contact simple et chaleureux et s’intéressant sincèrement à ses fans ;  je compris ainsi pour quelles raisons existait un tel « effet Moriarty » sur le net, provoqué par une communauté de fans très actifs….

 

Révélés aussi par leurs fans, fraîchement recrutés après les avoir découverts au hasard d’un café-concert, les « 3 gars su’l sofa », arrivés tout droit de leur Quebec natal et présents pour la première fois en Europe, ont proposé un cocktail irrésistible d’humour, de poésie et de jeunesse …. Adoptés d’emblée, ce fut tout un public qui « tomba en amour », comme l’on dit chez nos amis Québecois et leurs chansons devinrent des hymnes au surréalisme, à la paresse et à l’esprit poétique …
Juste 2 des « 3 gars su’l sofa »

Imprévisible et riche de rencontres, mélange d’artistes connus et de découvertes, jalonné d’instants de partage et de bonheur volés : si tel se définit « l’esprit festival », alors les francofolies de Spa 2008 furent bel et bien l’un de ces moments aussi rares qu’ éphémères.

 

L.P.

Et voici une petit galerie photo du Festival belge:

«grand corps malade»,

   «grand corps malade», l’ambassadeur du Slam


  «grand corps malade», : La lumière des mots.

BB brunes, une vraie « pêche » scènique

 BB brunes ; « piles électriques »

  Les fans se lâchent en « mode festif » sur BB brunes et Martin Solveig…

  Martin Solveig in the dark.

  Martin Solveig in the lights.

Makali.

Spectacle de rue en centre ville.

Concours de chapeaux ?

 Spa, c’est aussi une eau minérale qui sait communiquer.

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 11:00


Voici 3 petites photos du très bon trio montpelliérain MARVIN...

 
 


...suivis des psychédéliques ZOMBIE ZOMBIE

 



Petit coup de coeur d'avant-concert: les crieurs publics, une pratique remise au goût du jour par l'incontournable QSL (association Quartier Saint-Louis) et qui a parfaitement "chauffé" la place à l'heure de l'apéro...
A retrouver tous les vendredis dès 18h30



Photos: V. L'hoste / M.F.

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 10:00

Cette dernière soirée du mois de juillet a débuté avec la magnifique Claire DENAMUR...


...qui a ensuite cédé sa place à PITOU et sa bande...

...avant le show de BENSE, que vous pouvez contempler d'un côté...

...puis de l'autre!


photos: M.F.

Partager cet article
Repost0
12 août 2008 2 12 /08 /août /2008 06:00

Déjà vingt-quatre printemps pour l’édition rochelaise des incontournables Francofolies !

Cette année, une météo favorable, des talents prometteurs ainsi que des artistes renommés, comme Vanessa Paradis (sans Johnny Depp…mais avec M), de retour à La Rochelle après quinze ans, Thomas Dutronc, Catherine Ringer, Christophe Willem et autre Mika, ont contribué au large succès de ce festival. Avec plus de 80.000 entrées payantes sur six jours, la fréquentation a battu tous les records.






A signaler, en particulier, l’affluence de plus de 12.000 spectateurs lors de la soirée de clôture sur la Grande Scène du festival. Lancée par Dom Tom Folies et ses rythmes d’outre-mer (découverte de plusieurs artistes d’outre mer) puis par les balades de Bensé, l’ambiance est parvenue à son apogée au son des mélodies de Yelle, The Do et surtout Mika. La jeune star internationale de la pop a en effet mis sur orbite la cohorte de ses fans et l’ensemble de l’esplanade St-Jean d’Acre.






La cuvée 2008 des « Francos » a donc pris fin ce mercredi 16 juillet sur une note totalement positive et confirme, s’il en était encore besoin, le talent des organisateurs, habitués à faire des choix de qualité au niveau de la programmation. Tout cela laisse augurer d’un très bon millésime 2009, vingt-cinquième du nom, prévu du 10 au 15 juillet prochain…plus qu’un an à attendre !

 

R.J.


RETROUVEZ ENCORE PLUS DE PHOTOS ICI ! 
Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici