15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 13:34

 

Stephane Guillon à la Salle Poirel (Nancy - 12-13 novembre 2010) : Récit de spectacle

 

Stephane guillon est mort ! Mais non, Stephane Guillon aime surtout se mettre en scène. Ce qui tombe plutôt bien vu son métier. Enfin, son nouveau métier, le précédent ayant été conclu de manière quelque peu abrupte il y a de cela quelques mois. Une excellente aubaine pour son spectacle, comme il aime à la rappeler en préambule. Il ne fait en effet pas bon temps de sortir un humoriste dehors à France Inter, qui continue la valse des cdd. Après Porte et Guillon, ce sont en effet Mezrahi et Dahan (auteur d'une chronique acide sur Michele Alliot-Marie) qui ont eu l'occasion de tester la nouvelle politique de la chaîne publique.

 

 

Photo_St-phane_1.jpg

Photo : DR

 


Mais revenons plutôt au principal licencié. Stephane Guillon donc, présent à Nancy pour le week-end, afin de nous offrir pas moins de 3 représentations en moins de 24h de son nouveau spectacle. Malgré la redite, l'homme entre dans le vif du sujet avec une fougue et une énergie déconcertante. Passé ce premier recadrage vis à vis de ces anciens patrons, Guillon s'attaque à notre président, qui, il faut bien l'avouer, n'en finira pas d'en prendre pour son grade. Et à ce niveau, Guillon reste clairement un maître en la matière, quelque furent les critiques qui ont pu lui être adressées. De l'humour noir aux jeux de mots fracassants, du cynisme à la simple ironie, l'humoriste s'en donne à coeur joie. Et le public, conquis, en redemande. Actuel et actualisé selon l'actualité, son show suit le cours du fleuve politique, parsemé de ses inflations et autres bourdes authentiques. Petit détour par la télé de Guerlain, et son nouveau parfum « Brise d'Hortefeux », afin que le comique, mue en maître des écoles, ne nous propose une vision cauchemardesque de notre futur. Petit retour donc sur les deux quinquennats de Nicolas S., qui marquèrent la fin de la 5ème république. Nous vous laissons imaginer le reste. Effrayant autant l'hilarant.

Mais rassurez vous, son spectacle ne tourne pas que autour de la sphère politique. Non, le social et le culturel font également parti de son quotidien. Et à ces niveaux, il est clair que l'homme est calé. Inventif, ses proses prennent des partis parfois loufoques mais toujours réfléchis. Arpentant la scène sans relâche, chaque mot fait mouche, le public s'indigne faussement et il en rajoute, encore et encore.

 

guillon5.jpg

Photo : DR


Stephane Guillon connait sa réputation, son public – il répétera plusieurs fois à ce sujet bien connaître le Vertigo nancéen – et aime en jouer.

Passé 2h, la voix s'éteint, douce et rassurante, toujours aussi mordante.

Stephane Guillon est bien ancré dans son temps, tiraillant avec justesse erreurs et absurdités, n'épargnant aucune classe, ne s'imposant aucune limite.

 

 

Reportage : Ugo Schimizzi

 

Prochaines dates de tournée :

 

19/11/10 BORDEAUX THÉÂTRE FÉMINA (33)

20/11/10 BORDEAUX THÉÂTRE FÉMINA (33)

21/11/10 BORDEAUX THÉÂTRE FÉMINA – date supplémentaire !

23/11/10 CONFLANS ST HONORINNE TH SIGNORET (78)

24/11/10 NOISY LE GRAND ESP. MICHEL SIMON (93)

26/11/10 TOULOUSE CASINO (31)

27/11/10 TOULOUSE CASINO (31)

 

 

 

DÉCEMBRE

01/12/10 SÈVRES SEL (92)

02/12/10 AULNAY SOUS BOIS ESPACE PRÉVERT (93)

03/12/10 LYON BOURSE DU TRAVAIL (69)

04/12/10 LYON BOURSE DU TRAVAIL (69)

08/12/10 CONFLANS ST HONORINNE TH SIGNORET (78)

10/12/10 RODEZ AMPHITHÉÂTRE (12)

14/12/10 AMIENS AUDITORIUM MÉGACITÉ (80)

15/12/10 ST MICHEL SUR ORGE ESPACE CARNÉ (91)

17/12/10 MARSEILLE ESPACE JULIEN (13)

18/12/10 MARSEILLE ESPACE JULIEN (13)

 

 

À PARTIR DU 13 JANVIER 2011

RETROUVEZ STÉPHANE GUILLON

AU THÉÂTRE DE PARIS !

 

 

Plus d'informations sur Stephane Guillon :

http://www.stephane-guillon.com/

 

 

Plus d'informations sur BSM PRODUCTION :

http://www.bsmproduction.fr/

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2010 5 30 /07 /juillet /2010 15:39

casey_itineraire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Libérez la bête. Le titre n’aurait pas pu être mieux choisi.

Casey, chanteuse de rap d’origine martiniquaise a le beat lourd, l’univers sombre, la voix posée. Franche, directe et percutante, elle balance et envoie, pleine tête.

Pas le temps de se reposer pour cette fille d’immigrée en provenance de Blanc-Mesnil. Il y a des choses à dire et tant de choses à faire. De la France hexagonal à celle d’outre mer, la rage éclate en un flow réfléchi, froid mais surtout au verbe fort et à l’écriture acérée.  

Des talents de conteuse derrière des basses vrombissantes pour celle qui ne veut que justice.

Entre fissures et cicatrices, suinte cette énergie limpide d’avancer, de progresser. Sa vie, sa famille, ses frères, son monde. Le monde des cités, le monde des inégalités, où le gris et le noir happent petit à petit chaque couleur.

Libérez la bête est une plongée au cœur du gouffre. Casey nous capture le temps d’un cd, conditionnant notre esprit à son monde à travers son Premier Rugissement. Les samples et quelques notes de synthé atténuent si peu la violence des maux.

Bien loin des clichés des banlieues façonnées par la drogue et l’argent, on navigue ici entre crasse, pisse et myriades de sang.

Concassant tout à la fois les forces de l’ordre et le dictat des médias dans Regard Glacé, Casey nous parle de l’image des banlieues, sans espoir d’avenir, sans futur ni devenir.

La Créature Ratée creuse encore l’écrasant écart entre blancs normaux et immigrés de couleur. Charge et véhémence pour une unique fin terrible, réservée aux fils d’Afrique. Renouvelant ses idées autant que son vocabulaire, les Rêves illimités deviennent cauchemars. Cauchemars d’une réalité oppressante, écrasante, forgeant le caractère ou détruisant l’âme. Cependant, parlant dans cette chanson à la première personne, Casey préserve un soupçon d’espoir, une envie inaliénable de poursuivre ses combats, de subsister et survivre.

Mon plus bel Hommage est un éclat de verve et de cynisme, offert au pays qui la voit mourir ; une fronde sans appel mais à l’écriture ô combien millimétrée,  soignée pour un gouvernement destructeur.    

A l’inverse, A la Gloire de mon Glaire, certes moins emprunt de finesse, semble construire Casey. Celle-ci renforce sa personnalité à chaque mot, grandissant un personnage vrai et vivant.

Petit Interlude le temps de ressortir groggy du premier acte et déjà on replonge en apnée dans les tortueuses mélodies où Ile-de-France et Fort-de-France sont si proches.

La chanteuse nous propose ensuite une charge en règle envers un de ces collègues – égérie de sa profession ? – n’épargnant ni le fond ni la forme. Apprend à t’taire pose clairement les bases de ce qu’est la musique de Casey et jette au feu avec un humour froid tous les stéréotypes qu’elle exècre.

Quelques nappes de clavecin introduisent Aux Ordres du Maître, en duo avec AL de Matière Première, où les voix pour un temps s’apaisent. Légère accalmie et rythmes maîtrisés pour une composition plus planante, dénonçant abus et excès de pouvoir de ceux dont le business est fait « du malheur des autres ».

Nouvelle descente avec le titre Marié aux Tours, dépeignant le portrait d’un banlieusard aux contours de caïd vieillissant et inoffensif.

Face à face, les yeux dans les yeux, Casey ne dit que la vérité. L’entendre ou la refuser, le message passe et passera. Entre éclats de verre et éclats de voix, une seule route, un seul but, écrire et encore annoncer et déclamer.

Primates Des Caraïbes - avec B.James et Prodige d’Anfalsh – et Sac de Sucre marquent l’enclave de laquelle Casey voudrait s’extraire, sans bien évidemment renier ses origines. Mais la rappeuse martiniquaise veut se départir de cette soumission, cet esclavagisme abject et ce délit d’infériorité fabulé qui colle à la peau d’un peuple. La douleur l’inspire et l’insupporte, elle hurle, des flammes dans les yeux et se consume dans une cage de préjugés. Il est temps,allez, Libérez la bête.

Fer de lance d’une révolte qui couve, Casey ne fait ni dans l’artifice ni dans l’édulcoré. Son univers est sombre et elle le revendique. Violence assumée, reflet de sa vie faite de luttes, cet album est avant tout une bouffée d’oxygène, une possibilité d’exister et d’agir.

Multipliant les projets – comme avec le projet rock et expérimental Angle Mort du groupe Zone Libre, initié par le guitariste de Noir Désir Serge Teyssot-Gay – cette fille des îles sait ce qu’elle veut. Nageant dans le béton, brûlant de haine au milieu des lampadaires au teint blafard, elle nous délivre un opus d’une grande maîtrise, aiguisé et coercitif ; on ne sort pas indemne d’un tel voyage…

Mais il est certain que le jeu en vaut largement la chandelle…

 

 

Ugo Schimizzi

Partager cet article
Repost0
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 10:11

2010-07-Escarvaillac-avi-P1.jpg

 

 

Le domaine affirme chaque année sa montée en puissance comme une valeur montante du Off avec une programmation très pertinente et complète pour les enfants chaque matin et après-midi. La fin d’après midi et le soir laisseront la place aux découvertes 2010 de Christophe Requin, le programmateur inspiré et ambitieux qui proposera sa sélection en danse, théâtre mais aussi de groupes. Le tout dans une ambiance festive et chaleureuse, avec dégustation des vins du domaines et navette gratuite depuis Avignon centre (sur réservation Tél. 33 (0)4 90 33 52 04 ou 06 87 14 49 92).

 

 

Le lieu et l’assocaition.

Le domaine Saint-Pierre d’Escarvaillac, situé à Montfavet, est une exploitation viticole avec des bâtiments d’architecture romane datant du XIIIè siècle.

La salle de spectacle de 200 m2 est entièrement en pierre et voûtée en plein cintre. L’acoustique est excellente. Et la température toujours remarquablement tempérée par des murs de plus d’un mètre d’épaisseur.

 

L’association Peiro Vivo donne la possibilité à de jeunes plasticiens, musiciens, comédiens et danseurs d’exprimer leurs talents dans ce cadre alliant beauté et convivialité.

Du 10 au 28 juillet 2010, le domaine s’inscrit ainsi dans la programmation du festival Off d’Avignon.

 

 

Spectacles.

 

L’après-midi, à 14h00, la compagnie Le chant des matières ravira les petits et grands avec un spectacle tout public (dès 3 ans) intitulé «la feuille qui voulait danser». Cette compagnie propose également un atelier quotidien tous les matins à 10h30 (pensez à réserver car certaines dates sont déjà complètes). Le tout sous le regard mystérieux des «Géants» composant l’exposition du peintre Jean Christophe Philippi. A 16h00, les gamins swingueront encore plus fort sur les «tranches de zoo» du groupe de musiciens et déménageurs Finzo.

 

Les soirées seront également animées, avec des spectacles pour les plus grands:

Dès 18h00, la salle voûtée résonnera des vers du «Petit roi de Galice» de Victor Hugo, interprété par Pierre de Galzain, de la compagnie LesGende. Ingrédient essentiel de la programmation,

La musique sera le liant des spectacles mixes «Platero y nosotros» (danse et musique sur un texte de Juan Ramos Jimenez), «Collectif éphémère» (danse contemporaine, opéra chinois

et performance musicale) et «Fantômes sur le pont» (danse bûto dans la tradition renouvelée du théâtre kabuki).

Cerise sur le gâteau: les concerts prévus en soirée à 20h30. De la musique, et même des musiques: polyphonies sardes, percussions cubaines, chanson française, tango argentin, guitare et lieders classiques, voix bulgare, etc.

 

Téléchargez le programme Ici (PDF)

Toutes les informations  complémentaires sur www.domaine-escarvaillac.fr ou par mail Ici

voir aussi le site d’AFC dans la rubrique «lieux du Off»

 

Revoir les visuels et articles sur la saison 2009 du domaine Ici

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 juillet 2010 1 05 /07 /juillet /2010 11:16

Deuxième galerie photos du Festival Rock A Field 2010, avec des groupes surexistés et un public démentiel, malgré la chaude chaleur !

 

 

On commence cette galerie par le groupe Kasabian :

 

kasabian_01.JPG

 

 

 

 

kasabian 02

 

 

 

 

kasabian 03

 

 

 

 

kasabian 04

 

 

 

 

kasabian 05

 

 

 

 

kasabian 06

 

 

 

 

kasabian 07

 

 

 

 

kasabian 08

 

 

 

 

kasabian 09

 

 

 

 

Suivi du groupe de metal Deftones :

 

 

 

 

Deftones 01

 

 

 

 

 

Deftones 02

 

 

 

 

 

Deftones 03

 

 

 

 

Deftones 04

 

 



Crédit photos : Ugo Schimizzi

 

 

 

 

Plus de photos ICI

 

le récit du festival ICI

 

 


Partager cet article
Repost0
11 mai 2010 2 11 /05 /mai /2010 15:54

« Il est grand temps de rallumer les étoiles. »
Guillaume Apollinaire 

 

Le 10 mai 2010, sur les coups de 14h, une foule composée essentiellement de représentants de la presse, commence à s'amasser, avide de découvrir en avant-première l'intérieur du Centre Pompidou- Metz, dont l'architecture extérieure laissait déjà présager de surprenantes découvertes.


 

  pompidou metz 15

© Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines Architectes / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz / Photo : Ugo Schimizzi


Ce premier public de visiteurs privilégiés a l'honneur de parcourir cet espace immense à la blancheur immaculée, et ses différentes ailes abritant l'exposition d'ouverture intitulée Chefs d'oeuvre ?..., dont le titre évocateur invite d'emblée à se placer sous le signe de la réflexion sur la notion de réception artistique, de la diversité et de la richesse... 

Cette exposition inaugurale se prolongera jusqu'au 25 octobre 2010, puis les espaces seront fermés progressivement pour laisser place aux expositions temporaires futures, à raison de 4 à 6 par an, selon les prévisions actuelles.

 

 

pompidou metz 13

© Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines Architectes / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz / Photo : Ugo Schimizzi

 

Dans un premier temps, tous les curieux visiteurs se meuvent de concert dans une sorte de déambulation libre, uniquement guidée par le plaisir d'une découverte qui ne cesse de surprendre de galerie en galerie.

A 15h, un point presse met fin à ce premier aperçu plus que prometteur, le temps de valoriser les points forts de ce nouveau centre culturel tant attendu, placé sous le signe du rayonnement,de l'ouverture et du renouveau.

 

 

pompidou metz 02


Alain Seban, Directeur du Centre Pompidou Paris, entame son discours en nous faisant part de son sentiment d' « éblouissement » devant ce  qu'il appelle ce « nouvel acteur culturel décentralisé », qui se veut investi d'un rôle à la fois culturel, social, politique et économique. Ce grand projet marque un tournant décisif puisque c'est la première fois qu'une grande institution culturelle accepte d'être décentralisée, générant ainsi des partenariats inédits et une plus grande implication des collectivités territoriales. Dans un esprit inspiré directement de son modèle parisien, le Centre Pompidou-Metz souhaite répondre au mieux aux attentes d'un public qui ne devra désormais plus considérer l'art contemporain comme un art élitiste, mais comme un art accessible à un public le plus large possible.

 

 

pompidou metz 03


C'est avec une émotion non dissimulée que Jean-Luc Bohl, Président de Metz Métropole, prend ensuite la parole pour insister sur le pari audacieux que représente ce centre d'art d'un nouveau type, dans une commune appartenant à une région plutôt méconnue et qui a connu son lot de souffrances de par le passé, mais qui représente également un pôle d'attractivité notable, grâce à sa situation privilégiée au carrefour de l'Europe, aux portes de l'Allemagne, de la Belgique et du Luxembourg, et de par sa proximité avec Paris. Tous les ingrédients semblent ainsi réunis, selon cet amoureux de « La lanterne du Bon Dieu » - surnom donné à la cathédrale que la 3ème Galerie a pour but de mettre en valeur – afin de nous « faire rayonner à l'intérieur comme à l'extérieur »...

 

 

pompidou metz 04


Dominique Gros, Maire de Metz, enchaîne en présentant cette journée « non comme un aboutissement, mais comme un commencement  » ; et, après avoir rappelé la richesse historique et patrimoniale du territoire messin  sur lequel le centre s'est implanté, il met en avant le rôle de « catalyseur » et d' « accélérateur » de ce nouveau centre culturel pour la ville, qui est ainsi mise sous les feux des projecteurs. Ce centre, qui doit également se concevoir comme un lieu de vie, doit ainsi être considéré comme « un nouveau départ », et après avoir attesté, non sans humour, « que la cuisine sera bonne et [que] les toilettes seront propres », il conclut sur ces mots :

« Le centre culturel sera plus qu'un musée, ce sera le coeur battant d'un ville en mouvement. »

 

 

pompidou metz 05


C'est dans le droite lignée d' Auguste Rodin qui pensait qu'« Un art qui a de la vie ne reproduit pas le passé; il le continue », que Philippe Leroy, Président du Conseil Général de la Moselle, oriente ses propos vers l'idée  de « territoire en mutations, ancré dans le passé, et tourné vers l'avenir » , accueillant avec enthousiasme ce centre d'art, couronnement de toute une politique culturelle développée depuis des années, ainsi que des efforts des Mosellans pour s'ancrer dans une certaine culture.  Le rayonnement occasionné par un tel projet peut alors s'élargir sur le plan mondial, espoir d'autant plus nourri qu'il pourrait dépendre pour une part de certains contacts japonais, dont Philippe Leroy n'a pas manqué de louer la beauté, non sans émotion...

 

 

pompidou metz 06


Jean-Pierre Masseret, Président du Conseil Régional de Lorraine,  prend à son tour la parole, recentrant la conférence vers les  « qualités architecturales exceptionnelles » de ce « sanctuaire de la culture », qui va permettre de voir la Lorraine sous un autre oeil et, pour les Lorrains, de porter un nouveau regard sur l'art contemporain, en partageant le regard d'artistes sur le monde et en prenant part à la création de ce XXIème siècle dont ils font partie... Un discours vibrant, inspiré et enthousiaste, au sens étymologique du terme.

 

Frédéric Lemoine, de la société Wendel, nouveau mécène du CPM, prône ensuite le caractère véritablement innovant de ce projet tourné vers l'avenir, de cet ouvrage collectif qui représente pour sa société un « investissement » et un « accompagnement » à long terme... De même que pour le M. le Directeur Régional de la SNCF, qui se veut partenaire privilégié des visiteurs arrivant de tous les coins de France, et des pays frontaliers.

 

 

 

pompidou metz 07


C'est Laurent Le Bon, Directeur du Centre Pompidou Metz et Commissaire de l'exposition Chefs d'oeuvre?, qui a le mot de la fin; son bref discours - dicté d'après lui par la consigne - est quant à lui essentiellement tourné vers l'idée de spectacles vivants et, l'illustre sans tarder  en invitant les personnes présentes à la conférence de presse à offrir des salves d'applaudissements à tous les acteurs de ce projet abouti - qui lui donne l'envie de démarrer une nouvelle aventure-, profitant de l'occasion pour remercier les architectes (Shigeru Ban, Jean de Gastines, Philip Gumuchdjian également présents), l'équipe du centre qui compte non moins de 100 membres, la scénographe Jasmin Oezcebi, les amis artistes qui ont émaillé de commandes ce parcours artistique, ... et  « sa petite étoile ».
Il conclut en rappelant que chaque seconde a été un « émerveillement » et que désormais, nous sommes ici chez nous, puisque ce centre est "notre" Centre Pompidou.

 


pompidou metz 08


Fort des valeurs inspirés par ce dernier, notre Centre Pompidou-Metz cherche à jouer sur l'innovation, l'ouverture à tous les publics et la pluridisciplinarité. Cette pluridisciplinarité se retrouve en effet à travers la diversité des oeuvres proposées dans ce parcours, à la fois balisé et offrant toutes libertés.

On retrouve ainsi pas moins de 800 oeuvres, des plus célèbres aux moins connues, dont 700 sont issues du fonds du Centre Pompidou, le reste provenant de prêteurs de tous horizons (Etats-Unis, Emirats Arabes Unis, de musées des quatre coins de la France, Luxembourg, Suisse), illustrant les techniques les plus diverses : peinture, sculpture, installation, arts graphiques, photographie, vidéo, oeuvres sonores, cinéma, architecture, design, en parallèle avec des citations, des détournements ou encore des réflexions qui jalonnent le parcours du visiteur et habillent les murs. Un bel exemple de richesse culturelle provenant de cette juxtaposition surprenante !

 

pompidou metz 10

 


Par ailleurs, ce parcours est conçu selon différents paliers de réflexions, symbolisés par les différents espaces d'exposition, dont l'espace a été pleinement mis à profit.

 

C'est ainsi que la Grande Nef, au rez-de-chaussée, propose un parcours chronologique en 17 salles, depuis le Moyen-Age, axé autour de la notion de « chef d'oeuvre « et de son évolution au fil des siècles; des miroirs placés au plafond placent le visiteur au coeur de cette réflexion autour des Chefs d'oeuvre dans l'histoire.

Emile Friant y côtoie Emile Gallé, des oeuvres anonymes parsèment le parcours, ponctué tout aussi bien de statues de Ligier Richier (« Le Squelette », vers 1550) ou d'Auguste Rodin (« Balzac, robe de chambre »), « La Mandoline, l'Oeillet et le Bambou » (1914-15)de Guillaume Apollinaire fait de l'oeil au « Portrait prémonitoire de Guillaume Apollinaire » (1914), de Giorgio De Chirico, de gigantesques panneaux de Robert Delaunay (1937), Sonia Delaunay (1937) et une tapisserie datant de 1976 et inspirée du célèbre « Guernica » de Picasso, se font face, et se reflètent étrangement dans les miroirs du plafond qui donnent une autre dimension à ces oeuvres et obligent à changer de regard, regard qui se porte d'ailleurs avec émerveillement sur l'immense lustre suspendu dans l'une des salles... Le regard est alors attiré par le noir et blanc, les jeux d'ombres et de lumières, très élégamment et sobrement mis en valeur par la scénographie, d'oeuvres aussi protéiformes que celles des mobiles (1928-30) de Calder, des tableaux de Kupka intitulés « Abastraction » (1930-33)  ou celui de Victor Vasarely intitulé « Tauri-R » (1966/76), ou encore des photographies de Brassaï, de Raoul Haussmann, d' Henri-Cartier Bresson (« Hyères »,1932),ou d'André Kertész ( « La Fourchette », 1928); c'est la série de « Bleu I », « Bleu II » et « Bleu III » de Miro (1961) qui clôt cette première boucle...

 


 

pompidou metz 09

 

 

 


La Galerie 1, au premier étage, amorce le parcours avec une oeuvre de Giuseppe Penone « Respirare l'ombra » et invite le visiteur à se confronter aux Histoires des chefs d'oeuvre, ces derniers étant à considérer comme des produits d'histoires convergentes:histoire d'un artiste, d'un processus de création, d'une oeuvre. Cette galerie propose des oeuvres issues du fauvisme, de cubisme, ou encore issues de mouvements moins connus du XXème siècle. Le regard se laisse happer par le jeu sur les formes et couleurs des tableaux de François Morellet « Du jaune au violet » (1956), d'Olivier Mosset « Sans titre » (1967) ou de Niele Toroni « Empreintes de pinceaux n°=50 répétées à intervalles réguliers de 30 cm » (1981); « Le Magasin » de Ben avoisine la « Compression « Ricard » »de César, et le visiteur finit par en perdre le nord avec « Le Voyageur sans boussole » de Jean Dubuffet (1952).

 

pompidou metz 11

 


 

Les Rêves de chefs d'oeuvre, dans la Galerie 2 située au deuxième étage, offrent un mise en relation entre les musées et les oeuvres, à travers des maquettes, films, dessins originaux, représentant une série de lieux d'exposition d'art moderne et contemporain construits en France depuis 1937.

D'autres projets futurs sont également exposés, comme la Fondation Louise Vuitton pour l'art contemporain ou différents FRAC en construction.


On y observe tout aussi bien la « Chaise n° 300 » de Jean Prouvé (vers 1947) que « La Poupée » de Hans Bellmer (1935-36), mais également une pièce de Giacometti.

Dehors s'étend le parvis flambant neuf. En lien direct avec la gare, le toit du parking abrite une myriade de lumières étincelantes et mouvantes, tandis qu'au sol, des éclats colorés viennent affiner le bitume. En direction du centre ville, la terre vallonnée borde le chemin du promeneur, bien entouré d'arbustes en pleine croissance. 

Les galeries, véritable fenêtre sur la ville, présente la cité messine en mouvement, dont le manteau en pleine construction donnera d'ici quelques mois la pleine beauté qui lui a valu le surnom de « ville jardin ».

 

 

pompidou metz 01

 


Enfin, le parcours se termine au troisième étage, avec les Chefs d'oeuvre à l'infini, dans la galerie 3, qui invite le visiteur à s'interroger sur la persistance de la notion de « chef d'oeuvre » au fil du XXème siècle, à l'ère de le reproductibilité des images, amenant ainsi à reconsidérer le principe d'unicité de l'oeuvre et engendrant une modification de notre rapport à celle-ci.

Une vitrine qui occupe tout le long d'une grande partie d'un mur de la galerie offre un pannel riche et diversifié de publications Dada et Surréalistes - rappelons que L. Le Bon était Commissaire d'exposition lors de l'exposition Dada de Paris il y a quatre ans de cela -, alors que le mur qui lui fait face est occupé de tableaux, compositions ou photographies hétéroclites : « 99c »(Epreuve chromogène de 1999), d'Andreas Gursky, le célèbre « Déjeuner sur l'herbe » revu par Alain Jacquet (1964), « Made in Japan – La Grande Odalisque » (1964) de Martial Raysse, pour qui « La beauté c'est le mauvais goût. Il faut pousser la fausseté jusqu'au bout. Le mauvais goût, c'est le rêve d'une beauté trop voulue. » (1965) -qui n'est pas sans rappeler la conception de la beauté selon Baudelaire  : « C'est un des privilèges prodigieux de l'Art que l'horribleartistement exprimédevienne beauté, et que la douleur rythmée et cadencée remplisse l'esprit d'une joie calme. »- , « Green Power », d'Öyvind Fahlström (1969, acrylique sur éléments en matière plastique, huile sur photographie et peinture sur Plexiglas découpé, fixé sur filet de coton tendu sur armature en bois), une compression du célèbre film de Jean-Luc Godard, « A bout de souffle » (1995), revu par Gérard Courant, une citation de Gerhard Richter à propos de ses tableaux (1993), « Tous tendent vers le tableau de maître, même si ce ne sont pas des chefs d'oeuvre puisque je sais parfaitement que, quoique l'on fasse, cela ne fonctionne pas. Ce n'est probablement qu'une citation de tableau de maître. »

 

pompidou metz 12

 

 


On ressort de cette découverte quelque peu essoufflé, perdu entre le connu, le reconnu et l'inconnu, la chaleur du bâtiment et sa blancheur si parfaite, en imaginant bientôt les milliers de pas venir marquer de leur identité ce lieu unique.

Les lieux se vident petit à petit, et déjà l'antre se prépare à accueillir un nouveau flot de visiteurs le lendemain.

Après sept années de projet et de construction, le Centre Pompidou Metz est à présent là. A chacun de nous d'en faire à présent une seconde maison, un lieu de vie et d'échange, à la croisée des arts mais aussi à la croisée des peuples.

 


Article : Mélanie Rambeau et Ugo Schimizzi

Photos : Ugo Schimizzi

 

 

 

D'autres photos à venir très rapidement dans une galerie consacrée à l'exposition et au Centre Pompidou Metz !

 

 

Plus d'informations sur le Centre Pompidou Metz :

http://www.centrepompidou-metz.fr/

 

 

 

Pour tout renseignement :

Centre Pompidou-Metz
1, parvis des Droits de l’Homme
CS 90490
F-57020 Metz Cedex 1
+33(0) 3 87 15 39 39

Horaires d’ouverture

Lundi : 11 h-18 h
Mardi : fermeture hebdomadaire
Mercredi : 11 h-18 h
Jeudi : 11 h-20 h
Vendredi : 11 h-20 h
Samedi : 10 h-20 h
Dimanche : 10 h-18 h

Visite guidée

Réservation obligatoire à l’adresse mail : reservation[at]centrepompidou-metz.fr

Comment venir au Centre Pompidou-Metz

À pied à 2 min de la gare TGV de Metz Ville, à 10 min du centre historique.

En voiture autoroutes A4 (Paris / Strasbourg) et A31 (Luxembourg / Lyon), sortie Metz Centre. Parking de 700 places.

En train Gare TGV de Metz Ville. Trains directs : à 1h20 de Paris, à 40 min de Luxembourg Ville. Gare Lorraine TGV (à 35 km de Metz, navettes à disposition) Trains directs : à 2h de Lille Europe, à 4h de Rennes, à 5h de Bordeaux, à 2h40 de Francfort.

En avion aéroport de Metz-Nancy Lorraine (18 km / 20 min),
aéroport de Luxembourg (69 km / 45 min), aéroport de Sarrebruck (79 km / 1h), aéroport de Zweibrücken (110 km / 1h20).

La SNCF vous offre 50 %* de réduction sur l’achat en ligne de votre billet de train à bord de TGV pour des trajet du 12 au 18 mai 2010
Numéro d’agrément : GP57

La SNCF vous offre 25 %** de réduction (hors achat en ligne) sur votre billet de train à bord de TGV pour des trajets du 19 mai au 31 décembre 2010

Pour justifier votre réduction, vous devez présenter, au retour dans le train, le billet d’entrée ou contre-marque du Centre Pompidou Metz comme coupon justificatif conjointement avec le billet de train.

* Tarifs soumis à conditions en vente sur internet dans la limite des places disponibles pour des trajet du 12 au 18 mai 2010 sur le réseau grandes lignes pour des trajets direct vers Metz ** Tarifs soumis à conditions dans la limite des places disponibles. Renseignements et réservations de votre billet dans les gares, boutiques SNCF, agences de voyages agréées SNCF valable pour des trajets du 19 mai au 31 décembre 2010 sur le réseau grandes lignes pour des trajets direct vers Metz

Tourisme

Office du tourisme de Metz
2, place d’Armes
F-57000 Metz +33(0) 3 87 55 53 76
- http://tourisme.metz.fr

Comité départemental du tourisme de la Moselle
2-4, rue du Pont Moreau
F-57000 Metz +33(0)3 87 37 57 80
- www.moselle-tourisme.com

Comité régional du tourisme de Lorraine
Abbaye des Prémontrés
F-54700 Pont-à-Mousson +33(0) 3 83 80 01 80
- www.tourisme-lorraine.fr

 

(source : Centre Pompidou Metz)

Partager cet article
Repost0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 17:33

 

 

         Sept ans que le Centre Pompidou Metz était attendu. Depuis l’annonce de son implantation au cœur de la Lorraine en janvier 2003, jusqu’à l’ouverture officielle prévue ce 12 mai en présence du Président de la République, Nicolas Sarkozy, Metz et la France entière ont longuement patienté. Mais l’heure est maintenant venue de fêter l’évènement que représente l’ouverture de la première décentralisation d’un monument majeur dans le paysage culturel français.

 

IMGP6472

Crédit photo : Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz. Photo Ugo Schimizzi

 

 


Avec sa flèche perchée à 77 m, le Centre Pompidou Metz, joueur et adepte des chiffres, offre un clin d’œil symbolique à son grand frère parisien inauguré place Beaubourg 33 ans plus tôt, en lieu et place d’un parking. Cette histoire n’est pas sans rappeler le parking de la Place de la République, actuellement en chantier, afin de devenir à la fois une nouvelle extension de verdure du Plan d’Eau et de l’Esplanade, mais également un nouveau lieu de vie, de rencontres et de sérénité.

 

Metz, la petite parisienne ?

Bien que les comparaisons actuelles soient plutôt tournées vers le sud et le succès du Museo Guggenheim de Bilbao, il n’est pas dénué d’intérêt de faire quelques parallèles entre Paris et Metz.

Passons rapidement la gloire militaire et le traditionnel ''ville de garnison’’ bien souvent accolé aux deux cités pour nous concentrer sur un riche patrimoine architectural et culturel.

Le passant ne manquera pas, dès son entrée dans le centre messin, de remarquer la Porte Serpenoise, veilleuse bienveillante et gardienne de la rue du même nom, réceptacle des boutiques et commerces, modèle miniature des fameux Champs Elysées, délimité par l’Arc de Triomphe.

Gourmand, l’ami voyageur s’apercevra vite du lien pâtissier des deux villes à l’image du Paris-Metz, créé un an après l’arrivée du TGV Est-Européen en juin 2007, cousin du célèbre Paris-Brest inventé il y a tout juste un siècle.

Côté activités, on peut sans conteste voir dans les nouvelles directions de la terre d’accueil de la Mirabelle, l’envie de se rapprocher du centre de l’hexagone.

Promotion des festivités d’été, avec notamment Metz-Plage, mais surtout, la venue en octobre prochain de la 3ème édition de la Nuit Blanche messine, théâtre éminent de la vivacité de l’Art Contemporain.

 


 

03-10-08-nuit-blanche001.jpg

Photo de la première nuit blanche, réalisée en octobre 2008

 


Belle de jour ...

Mais avec l’ouverture de la nouvelle étoile du Quartier de l’Amphithéâtre, dessinée et conçue par l’architecte japonais Shigeru Ban et le français Jean de Gastines, l’Art Contemporain a trouvé une nouvelle terre d’accueil.

Révélant au grand jour l’aptitude d’une terre d’histoire à voir croître en son sein la richesse d’un patrimoine artistique mondial, le Centre Pompidou Metz puisera parmi les collections immenses de son homologue parisien, tout en développant sa propre ligne de création.

La première exposition, intitulée Chefs d’œuvre, regroupe d’ailleurs plus de 800 œuvres venues du Monde entier, parmi les collections des prestigieuses institutions étrangères et françaises à l’image du Louvre.

Laurent Le Bon, directeur du Centre Pompidou Metz, est l’instigateur et concepteur de cette exposition, utilisant pleinement les 5 000 m² d’espace d’exposition offerts par le bâtiment dont la surface dépasse les 10 000 m².

Jouant notamment sur les capacités immenses des trois galeries longues de 80 m chacune, l’exposition inaugurale fera le lien entre l’Art Contemporain de Bacon ou Starck et celui, Moderne, des grands que sont Picasso, Dali et Warhol, ceux-ci figurant sur les affiches placardées dans toute la grande région, mais également dans Paris et Outre-Rhin.

 

 

http://sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-sjc1/hs491.snc3/26838_10150163175520123_248580635122_11845506_1680852_n.jpg

Campagne d'Affichage pour l'inauguration du Centre Pompidou Metz


 

Inauguration et festivités

Le lancement de l’exposition Chefs d’œuvre, qui restera présente sous sa forme intégrale durant six mois, sera l’occasion pour le Président de la République, Nicolas Sarkozy, d’inaugurer le bâtiment mardi 11 mai, avant que le public ne puisse profiter jusqu’à dimanche de l’entrée libre dans le bâtiment.

A cette occasion, la ville de Metz, ses bâtiments, parcs et institutions se sont réglés à l’heure de cette ouverture, parsemant les rues et monuments de sculptures, installations, peintures.

La thématique de cette exposition sera également développée au FRAC Lorraine, mais également au centre d’Art messin Faux Mouvement, et jusqu’au musée des Beaux Arts de Nancy ou au Château d’Haroué en Meurthe-et-Moselle.

De nombreux spectacles, concerts et évènements rythmeront également cette semaine de fête, marquée d’ailleurs par la Nuit des Musées, auquel le bâtiment participe ce samedi 15 Mai.

Outre deux concerts proposés par The Books et Aphex Twin, les visiteurs pourront également profiter d’un feu d’artifice du Groupe F sur les coups de 23h, mais aussi devenir l'espace d'un instant des électrons libres lors de la performance participative de Maider López, en se munissant d’un parapluie lumineux distribué aux abords du Centre le soir même.

 

Espérons simplement que le soleil sera au rendez-vous... tout comme le succès tant attendu par les nombreux acteurs de ce projet!

 

 

Article et photos : Ugo Schimizzi

 


Retrouvez tout le programme de cette semaine :

http://www.centrepompidou-metz.fr/site/?-le-programme,1121-

 

Plus d’informations sur l’exposition Chefs d’œuvre et le Centre Pompidou Metz :

 « Chefs-d’oeuvre ? »
 12 mai 2010 – 29 août 2011
 Centre Pompidou-Metz - 1, parvis des Droits de l’Homme - CS 90490 – 57020 Metz Cedex 1
 Tarifs et horaires : Tarif unique : 7 euros l’entrée /(gratuit du 12 au 16 mai 2010) Horaires d’ouverture : Lundi, Mercredi : 11 h-18 h - Jeudi, Vendredi : 11 h-20 h - Samedi : 10 h-20 h - Dimanche : 10 h-18 h - Mardi : fermeture hebdomadaire
 Comment venir au Centre Pompidou-Metz ? À pied à 2 min de la gare TGV de Metz Ville, à 10 min du centre historique de Metz.

Le Centre Pompidou Metz en quelques dates :

 Janvier 2003 : décision d’implantation du projet à Metz
 Mars 2003 : lancement du concours d’architecture
 Novembre 2003 : choix du projet de Shigeru Ban et Jean de Gastines, avec Philippe Gumuchdjian
 Septembre 2005 : obtention du permis de construire
 2007-2009 : travaux de construction du Centre Pompidou-Metz
 Mai 2010 : ouverture au public

 

 IMGP6475.JPG
Crédit photo : Shigeru Ban Architects Europe et Jean de Gastines / Metz Métropole / Centre Pompidou-Metz. Photo Ugo Schimizzi

 

Le Centre Pompidou Metz en quelques chiffres :

 5 020m2 de surface d’exposition, dont 3 galeries de 1150m2 d’exposition chacune
 1 Grande Nef de 1200m2
 1 Auditorium de 144 places
 1 Studio de Création de 196 places
 1 café
 1 restaurant
 1 librairie-boutique
 1 centre de ressources

 5 bureaux d’études techniques pour les études d’exécution de la structure et de la toiture
 Plus de 50 entreprises sous-traitantes pour la réalisation du bâtiment
 80 ouvriers sur le chantier pendant la phase de gros œuvre
 200 personnes pendant la phase de second œuvre
 3 grues mobilisées pour les travaux, dont la plus haute à 67 m sous flèche
 405 pieux forés de 50 cm à 1 m de diamètre et de 11 m de profondeur
 750 tonnes d’échafaudages
 12 000 m3 de béton (fondations et gros œuvre)
 1 500 tonnes d’acier à béton
 75 000 heures de travail (gros œuvre)
 970 tonnes de charpente métallique (façades et tour hexagonale)
 650 tonnes de charpente en bois
 18 km de planches et 16 000 pièces pour la constitution de la charpente bois
 8 000 m2 de membrane en PTFE

 

 

Partager cet article
Repost0
23 avril 2010 5 23 /04 /avril /2010 10:22

cover_fv


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


   

 

 

 

   

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

Florent Vintrigner est parti sur les chemins de traverses, l’accordéon et la guitare en bandoulière. Non loin de la Rue Kétanou, c’est néanmoins vers d’autres chants qu’il s’en est allé, toujours guidé par l’aventure et la douce mélancolie d’une fin d’été.

Accompagné durant son premier opus T’inquiètes Lazare par Sébastien Bennett à la guitare et Jean-Louis Cianci à la contrebasse, l’artiste agrandit son trio en invitant le batteur Jean-Baptiste Maillet dans sa traversée musicale.

Filant à travers les temps et les époques, L’homme préhistorique, sorti à l’automne dernier, nous enveloppe de sa finesse et de ses amours.

En vogue et vogue la terre, l’Homme laisse place aux émotions, tourbillonnant chacune dans le vent, emportant l’esprit et le cœur vers des mondes éloignés.

En toute discrétion, la guitare légère et l’accordéon s’entremêlent et bouleversent, calmement, batterie et percussions marquant le tempo de notre palpitant alourdi.

Intimiste, vrai, Florent Vintrigner laisse éclater ses pensées en un bouquet de sentiments, multicolores, rythmés, mouvants. La musique s’évapore en volutes, mais les paroles frôlent le bois, s’inscrivent et dans les blés volatiles, la beauté du chant s’installe.

Empruntant au blues sans jamais toucher le fond, les compositions parfois gitanes, nous guident sur les chemins de la bohème, parfois même en Europe de l’Est et jusqu’à Budapest, lorsqu’on le sent Perdu.

Souriant, sautillant, cet homme préhistorique sait se départir de sa rudesse quand il s’agit de faire preuve d’adresse.

Bien écrit, toujours réfléchi, la magie opère à peine le voile soulevé sur cet univers, et Florent Vintrigner n’a plus qu’à nous emporter, dans ses cliques et ses claques.

De la valse aux rythmiques saccadées, lors des Comptes à rebours, c’est sur les traces de l’Espagne et de l’Hirondelle que le quatuor s’apaise, cajolant leurs instruments au milieu des prés, le petit matin s’éveillant.

Les braises du dernier feu de camp s’endorment paisiblement, et la route reprend, les paupières lourdes, le pas enivrant, un air entraînant dans la tête.

Dans les rues, au détour d’un bistrot, dans les artères des capitales comme dans le village niché au creux de la vallée, on se sent bien partout où nous entraîne ce charmeur des maux, à la poursuite de la cavalière du vent.

Et souvent, l’amour le guide ou le fuit, le suit ou l’évite, livide, s’enlaçant d’un turban.

« Avec l’élégance sauvage de ceux qui ont trouvé leur chemin », ces quatre là savent nous faire tourner la tête, nous enivrer de voyage et de saveurs, de sentiments nourris en profondeur.

En tournée jusqu’à l’automne prochain, il serait bête de se priver d’un crépuscule aussi gracile, d’une mise en lumière de pourquoi ? de comment ? aussi habile.

La traversée commence à peine, mais pourvu qu’elle soit longue !

 

 

Ugo Schimizzi

 


Plus d'informations sur :

http://www.myspace.com/florentvintrigner

logoladilafe

www.ladilafeprod.com

FLORENT VINTRIGNER :

24/04/2010 : Pézenas (34) @Festival Boby Lapointe

30/04/2010 : Templeuve, Hainaut (Be) @La Mare aux Diables + Batignolles

06/05/2010 : Cambrai (59) @Garage Café

07/05/2010 : Lille (59) @Fivestival

08/05/2010 : Incourt (Be) @Inc'Rock Festival

12/05/2010 : St Etienne (42) @Paroles et Musiques + LRK + Batignolles

22/05/2010 : Vitry (94) @Festival sur les Pointes + LRK + Batignolles

28/05/2010 : Montpellier (34) @Festival Incroyable

04/06/2010 : Voisins le Bretonneux (78) @Tout prend l'air + LRK

05/06/2010 : Bois Jérôme (27) @Festival musique en campagne

06/06/2010 : Bruxelles (Be) @Ancienne Belgique + LRK + Batignolles

25/06/2010 : Moutiers (79) @Festiv'étés + LRK

27/06/2010 : Audincourt (25) @Rencontres et Racines + LRK + Batignolles

02/07/2010 : Amboise (37) @Festival Les Courants

09/07/2010 : Port d'Envaux (17) @Festival Les Fous Cavés

13/07/2010 : La Rochelle (17) @Francofolies

16/07/2010 : St Malo du Bois (85) @Festival Poupet

17/07/2010 : St Michel de Chabrillanoux (07) @Festival de la Chabriole + LRK + Batignolles

06/08/2010 : Chanteix (19) @Festival aux Champs

07/08/2010 : Langres (52) @Festival du Chien à Plumes

14/08/2010 : Landerneau (29) @Festival Fête du Bruit + LRK + Batignolles

21/08/2010 : Corsept (44) @Festival Couvre Feu

17/09/2010 : Launois sur Vence (08) @Festival des Arts Visuels

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 20:35

10-04-Maghar012-   Né à l’époque de la deuxièdeme Intifada, le festival International de poésie Nissan, fruit d’un désir collectif de créer un évènement fort, a bravé les pressions en réalisant ce rêve de réunir des poètes israéliens et arabes, mais aussi ceux du monde entier autour d’un idéal de poésie et de paix ….

 

            Miracle à plus d’un titre, cet évènement annuel dirigé par Naim Araydi année après année, a apporté une dimension à Maghar, ce village druze, musulman et chrétien d’Israël fort de quelques vingt milliers d’âmes, doté ainsi d’une renommée internationale et d’un objectif commun fédérateur...

 

10-04-Maghar011-            Le festival propose des débats intenses sur le thème des liens entre poésie et politique avec des avis très contrastés dans cette partie du monde en état de guerre, mais aborde aussi des thèmes essentiels comme la place de la femme dans la culture arabe… 

10-04-Maghar031-Le festival a pris toute sa dimension symbolique avec la présence permanente d’une délégation jordanienne composée de l’écrivain et chercheur Hanna M. salamah Nu’man et du général retraité Mansur Abu Rashid, militaire du plus haut rang acteur en 1994 des accords de paix entre Israël et la Jordanie, également fondateur du Amman Center for Peace and Development (ACPD).

10-04-Maghar027-.jpg

 

 10-04-Maghar014-           Bien entendu, la dimension créatrice et artistique occupait une place prépondérante dans ce festival et la présence de poètes israéliens, locaux pour certains ( Amal Kezil poètesse et l’un des organisateurs les plus actifs du festival ) et de poètes-performeurs internationaux provoquait une véritable émulation avec mélanges de genres, de styles, de langues et d’énergies …poétiques .

 

10-04-Maghar003-Oz           Autour de  « pointures » israéliennes telles Ronny Someck,  Amir Oz, Tzippi Shahrour (poète et éditrice du magazine Moznayim) ou encore Tsvika Szternfeld accompagné de sa fille Maayan, talent émergent de la nouvelle génération, gravitait une palette de poètes du monde entier offrant leur textes dans leur langue originale pour la plupart.

 

10-04-Maghar015

Ainsi, selon le brillant poète Russe Yuli Gugolev,  lors des lectures (en langue originale), si nous pouvons ressentir cette énergie si particulière, alors nous pourrions sans aucun doute donner notre main à couper : nous sommes bien en présence de la poésie véritable !

 10-04-Maghar010-Iouli

          

 

  …Petite liste non exhaustive de ces poètes internationaux remarqués lors de cette 11éme édition :

-Le polonais Tadeusz Dąbrowski, l’un des symboles de la très haute qualité des poètes polonais contemporains de la jeune génération dont il vient de publier une anthologie,

-Le Turc Mentin Cengis, brillant enseignant, auteur d’une anthologie d’auteurs français et (co-)organisateur de plusieurs festivals en Turquie et dont le séjour comme « prisonnier politique » fut la source d’inspiration ,

10-04-Maghar004-Majia-Le Chinois Jidi Majia, organisateur de festival et éditeur à la tête d’une délégation de quatre poètes dont Xu Lu, Ma Qingshan et Hu Wei, et d’une véritable « machine de guerre » de traduction de publication,

-Les Macédoniens Kristina Nikolovska et Slave Dimoski, à la tête d’un important festival international de poésie en Macédonie,

-La Transylvanienne Flavia Cornelia Bochis, accompagnée d’un compatriote roumain et canadien, Alex Cetateanu:.

-Le Japonais Kiwao Nomura et sa femme, dont l’histoire d’amour croise la genèse d’un festival hors norme mélange de leurs passions, danse et de musique ….

 

            Cette même trans-disciplinarité défendue par le poète Amir Oz pour son festival à Tel Aviv fut incarnée lors du festival Nissan par une performance d’ Hugo T. (France), mélange de poésie,  de relaxation et de musique live ; performance réalisée avec de nombreux soutiens comme celui de Nadia Etienne pour la traduction et Quelques mécènes lorrains dont le tout premier à soutenir cette démarche, Mr Nasser Amrani)    

 

            L’aspect créateur de rencontres représente l’une des forces de ce festival, bien organisé mais sans rigidité grâce à un esprit « à l’oriental »; il génère la création de liens humains et artistiques, tout en favorisant la connexions entre des jeunes de Maghar et l’univers de la poésie, art vivant palpitant, en mouvement ….

   
         

10-04-Maghar019-Le festival Nisan de Maghar représente également à plus d’un titre « l’autre Israël »,  antinomique des choix politiques actuels, celui des hommes de paix, celui de la partie arabe d’Israël, celui de l’accueil et de l’ouverture et celui du dialogue tolérant et ouvert dans une ville mêlant la diversité religieuse …L’esprit d' Isaac Rabin plane peut-être encore sur ces bastions de paix, tels ce festival dont des éditions précédentes réunissaient des colloques de religieux autour de la paix et de la poésie, ou encore sur ces initiatives symboliques comme celles de Daniel Barenboim, l’un des plus grands chef d’orchestre au monde, réunissant dans un rêve de paix un orchestre de jeune musiciens israëlo-arabes : l'Orchestre Divan occidental-oriental.

 

            Une question demeure alors, pourquoi les médias ne se focalisent-ils que sur la violence, les tensions et les drames dans cette partie du monde et quasi-jamais sur les évènements porteurs d’espoirs ?

 

Retrouvez l’anthologie en langue française de la 11ème Edition du Festival Nissan 2010  en cliquant Ici.

 

 

Article et photos par GUS.

 

10-04-Maghar005-Dabrowski

 

 

10-04-Maghar015bis

 

10-04-Maghar016-

 

10-04-Maghar017-

 

10-04-Maghar020-
 

10-04-Maghar021-

 

10-04-Maghar023-

 

10-04-Maghar024

 

10-04-Maghar025

 

10-04-Maghar029-

 

 

10-04-Maghar030-


 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 13:08

 

 

10-04-Maghar001-Someck-copie-1.jpg 

--Ronny  Someck  (Visuel Amir Cohen tiré de « Acqua ») .

 

    JET D’EAU (A Liora and Shirly)

L’amour jaillit en jets minuscules

Des petits trous du tuyau

Et nous aussi comme la joue de la terre,

Nous avons soif du baiser de l’eau.

Traduction : Maëla Braester 

 

    SPRINKLER (To Liora and Shirly)

Love springs in narrow streams

From the holes in the sprinkler

We too are like the earth’s cheek

thirsty for the water’s kiss.

Translation by Vivian Eden.


 

10-04-Maghar028-

Naïm Araydi

 

GRANDIR

Extrait de : “une fête pour les choses tristes » Ed.Levant

 

Plus on grandit

Plus le mal en nous grandit.

J’ai peur pour mon fils

et peur pour mon père

et pour la porte du Sud

et pour le vieux rêve.

Quand donc, ami,

Nos cœurs deviendront-ils sensibles ?

On a beau grandir

nos cœurs durcissent..

 

C’EST LE VERTIGE DE LA VIE.

Extrait de : “une fête pour les choses tristes » Ed.Levant

 

Un enfant se dérobe à la défaite

il remonte la pierre plus haut.

 

Un jeune homme rit au fond de l’eau

et s’éprend de la vague qui frappe le narcisse et pass

il la connaîtra assez pour se repentir

 

Un vieil homme essaie de regarder en arrière

et de ne pas regarder devant lui.

Le présent est étroit dans les deux cas.

 

Un vieillard essaie de se souvenir

et de ne pas oublier

il ne sait pas comment

il ne sait pas où !

 

 

CINQ FOIS CINQ VERS

Extrait de : “une fête pour les choses tristes » Ed.Levant

 

Chaque fois que je te vois la lumière gèle entre nous

le fossé des générations

empêche ma jeunesse de renaître

c’est le secret qui nous sépare

nos corps trahissent notre âge.

 

La vérité est un débat entre raison et absolu

je m’accroche à la lisière glacée de l’océan qui sépare ta mère

de ma terre. L’espace a quelquechose de spirituel.

Quant aux planètes de ton ciel

ce sont celles où je vis.

 

Ton visage est le reflet d’un rêve ancien. Je le vérifie maintenant.

Chaque fois que j’ouvre les yeux

je marche vers l’obscurité.

Ma vie pour toi n’égale pas le fossé qui nous sépare.

Le rêve a plus d’un interprétation.

 

Que dissimulent ses vêtements ? A vrai dire avant les paroles

existent l’essence et le noyau

j’espère ne pas me tromper deux fois :

la première quand je te vois

la deuxième quand je penses à toi.

 

L’âge prend son dû si tu restes

Pour moi tu es regard toucher attente.

Que la vie est dure sans toi

ô blessure referme-toi

que cette prière soit exaucée.

 


 

10-04-Maghar002-Cengis.jpg--Metin Cengis 

 

AVEC LE TEMPS.Extrait de « Après la tempête et autres poèmes »

Ed. : Levée d ancre - L’Harmattan

 

Avec le temps il vient quelqu’un

S’établir dans mon cœur

Envelopper tout mon corps

Fondre le fer qui me garde

 

Prononcer des paroles que je n’écoute jamais

Me raconter longtemps une histoire

Renverser mon monde

M’emporter au loin

 

Non, ce n’est pas seulement ce que je veux dire

Ce ne peut être que toi

Mais je comprends à la fin

C’est moi qui fais le voyage.

 


LE CHEMIN VOUE A LA POESIE.Extrait de « Après la tempête et autres poèmes »
Ed. : Levée d ancre - L’Harmattan

L’aurore,l’instant où la lumière se fait paire d’yeux
les chants des tourterelles se rassemblent sur les avant toits,
claire
la mer, vierge couleur de plomb et voix du bleu,
murmure un chant de séparation, s’envolent
les grands oiseau de mélancolie et le capitaine
salue une dernière fois sa bien aimée
la rose des vents indique le vent du nord

Lorsque le ciel est empli de la senteur de nos bouches
les mots font écumer le ciel avec le scalpel de la poésie
le cheval du souhait écume parmi les eaux sensuelles
les feux orientent le voyageur dane les sentiers de haute
montagne
on entend le roulement du tambour dans les vallées

Le coucou, grimpeur audacieux de la solitude et de l’amour,
Chante, mêlant le jour au jour
« Jours D’acier en fusion et de charbons ardents »
la nuit est désormais une tache, le jour se calcule
et le poète dans chaque poème
annonce l’infini de la parole

L’amour est chemin voué à la poésie
plein de la magie et de l’acidité de juillet
avec les premières flammes de cuivre d’août
qui brillent au somment des montagnes.

 

 

10-04-Maghar003-Oz.jpg--Amir Oz 

CHAT (Tiré de "Miracle",1998)

 

Deux chats sur le pot de crème :

un lape, un fixe.

Nul miaou nécessaire.

Juste des chats et du désir.

Le désir a dit : chat.

Deux chats sur le pot de crème.

Par le miaou on peut séparer le chat de la crème.

Par le silence on peut séparer le chat du chat.

La crème a dit: plaisir; mort; chat,

noir.

 

 

LA LANGUE DIT (Deuxième version) (Traduit de l'hébreu par COLETTE SALEM

La langue dit :

avant la langue

se place une langue. La langue est trace

traquée de là-bas.

La langue dit : écoute à présent.

Tu prêtes l'oreille : c'était l'écho.

Prends le silence et tâche de le garder.

Prends les mots et tâche de parler ;

au-delà de la langue la langue est plaie

d'où coule et coule l'univers.

La langue dit : il y a. Il n'y a pas. Présence.

Absence. La langue dit : je.

La langue dit : viens on va t'articuler,

te palper, viens dire

que tu as dit. 

 

 

VERT VERT

Vert vert. Douleur parfaite. A croquer.

Les branches de lilas contaminent mes plaies,

le beau est beau, le sel salé ;

les cruelles voies du Seigneur

justes, probablement.

Laisse donc, suffit, séducteur

roulant des hanches dans les branches de lilas

clignant des yeux aux rayons du matin,

comme s'il tenait parole, comme s'il y avait

quelque chose à prendre quelque chose à donner

Non mais !

L'horizon est là, non loin.

Vert vert. Douleur parfaite.

A croquer. 

 

 

 

10-04-Maghar004-Majia.jpg--Jidi Majia 

 

CHANSON FOLKLORIQUE (Tiré de "Temps",2007 Ed. You Feng Trad. Sandrine Alexandre )

 

Les gens sont tous rentrés du marché

mais mon poème n’est pas encore revenu ?

Des gens l’ont vu,

un kouxuan doré à la main

à l’approche du soir, sous l’abris qu’offre le toit qui se

prolonge, à l’angle d’une rue,

ivre

au désespoir, marchant de long en large.

 

Les moutons sont revenus des collines, ils sont rentrés à la

bergerie,

mais mon poème n’est pas encore revenu.

Le meneur l’a vu

à la chute du jour,

qui contemplais l’hémorragie de la brume dans les

montagnes,

le cœur gros du désir de pleurer, ais sans larme encore,

seul éploré.

 

Les voisins, des compatriotes, se sont endormis

paisiblement

mais mon poème n’est pas encore rentré,

Seul, assis devant la porte, je l’attends :

une telle nuit,qui pourrait l’oublier ?

 

 

AUTOPORTRAIT (Tiré de "Temps",2007 Ed. You Feng Trad. Sandrine Alexandre )

 

Je suis l’histoire de cette terre qui s’écrit en langue Yi,

Je suis un nouveau-né dont on ne peut rompre le cordon qui

le rattache à l’accouchée,

Mon nom douloureux,

mon beau nom,

mon nom qui incarne l’espoir,

C’est un poème viril qu’une femme a tissé, du fon des

âges

….

Je suis en fait, depuis la nuit des temps,

une noce qui n’a pas de terme,

Je suis en fait, depuis la nuit des temps,

toute maîtrise

toute loyauté

touté vie

toute mort

Eh ! monde, écoute,je réponds :

Je-suis-Yi.

 

 

 

10-04-Maghar005-Dabrowski.jpg----Tadeusz Dąbrowski

 

L’OTAGE  

 

J’ai perdu douze amours

amours que je n’ai jamais eus

et tous les douze

je les ai misés sur toi

mais j’ai perdu

et maintenant

je vais devoir emprunter

 

 

L’AMOUR (EN NOMBRES)

 

Voilà: ensemble

ils ne sont plus que la moitié

de ce qu’ils sont

séparément.

 

 

QUAND J’OUBLIERAI CE QU’EST L’AMOUR...    OK

Quand j’oublierai ce qu’est l’amour,

Toi tu devras l’être.

Quand j’oublierai ce qu’est une femme,

Toi tu devras l’être.

Quand j’oublierai qui je suis,

Toi tu devras être moi.

Quand j’oublierai qui tu es,

Tu devras être toi-même.

(J’improvise ce poème à voix haute

assis dans un compartiment vide. Tu vois tout

par la vitre et tu vas plus loin. Je

ne sais pas pourquoi je te dis tu .

 

 

 

10-04-Maghar006-Tsvika.jpg-- Tsvika Szternfeld

 

“Il faut très peu

Pour être un mari

Attractif”,

Dit mon épouse,

“Ne pas manger d’ail

De la neige fondante dans

Des yeux voilés,

Des yeux de Midas,

Touchés par la musique-

Tout est mélodie  à leur contact

Et des oreilles d’âne

Pour faire rire.

 

Tu me questionnes sur la fidélité

Et je montre du doigt  le vieux coiffeur

Ses clients devenus chauves

Plus un cheveu sur la tête,

Ils reviennent encore et encore

S’adonnant à son rasoir.

(…………..)

La fidélité, c’est la terre

Qui se présente

Sous le soleil chaque jour

Espérant que cette fois-ci ce sera différent,

Qu’il n’y ait plus de déserts.

 

 

 

10-04-Maghar007-Nomura.jpg-- Kiwao Nomura

 

ROMANCE

(Tiré de Poésie No100 Poésie Japonaise Ed. Belin   Traduit par Thierry Macé )

 

Le bonheur auquel j’aspire est simple

Comme une mer qui ne monte qu’une fois

Ouvrir la tranquille touffeur de l’après-midi

Et que ce soit avec toi

Ce n’est pas ça ce n’est même pas ça

Le bonheur auquel j’aspire est simple

Que d’elle-même la tranquille touffeur de l’après –midi

Recommence et recommence à se rouvrir

Et quand au bout de l’ouverture moi-même enfin

De toi-même j’aurais perdu le souvenir à ce moment

Qu’il y ait pourtant des pierres baignées de soleil

Car les pierres sont plus chaudes que les souvenirs

Et par là-dessus on peut les dénombrer

Le bonheur auquel j’aspire est simple

Qu’avec l’apparition puis la disparition des nombres naturels

Loin en haut et à droite ainsi qu’une agate ? oui autant qu’une agate

Dur aux frondaisons du ciel un fort fracas soit ressenti

Dans le pressentiment où  ce fort fracas semble encore suspendu

Le bonheur auquel j’aspire est simple

Parce qu’alors dans l’apophyse antérieure du marteau le tonnerre éclatant

Dans l’apophyse antérieure du marteau le tonnerre éclatant.

 

 

 

10-04-Maghar008-Maayan.jpeg--Maayan Szternfeld

 

PREND LA LUNE.

 

Prend la lune

Et frappe la.

Vérifies ce qui se passera,

Explosera-t-elle? Est-ce que le boum sera-t-il grand?

Est-ce que la romanticisme se fera pousser des béquilles?

Peut-être te rendra-t-elle.

Il se peut qu'elle comprendra:

Prends l'homme

Et frappe le.

te briseras tu? Aura tu le temps de dire: "un grand pas"?

En quelle langue vociféras-tu?

Y croira-t-on?

Est-ce que ta chemise ira bien aux pantalons?

 

  10-04-Maghar009-Flavia.JPG

 

- Flavia TEOC.

 

 

EMPREINTE

 

Dans le journal du matin

La poésie fait sécher sa peau au soleil.

 

Hier soir elle paraissait une fille étrange

Aujourd’hui elle est une femme en pleine vigueur

 

Elle embrasse mon ennemi

Et le place avec soin dans un lit enfantin

 

Bientôt, sans aucun regret, elle va préparer

La provende de bouche pour une barbe négligente.

 

 

LA VIEILLE FEMME

 

Les pommettes rondes de citron gâteaux

De ses cils le regard se balance

Manteau lâche et piteux.

 

Son nez-scorpion aves une aiguille pointue

Ses lèvres sur le visage

Comme un fruit imprévu.

 

Elle porte sur son corps sa robe

De pauvre poupée

Elle en est ravie et que faire ne sait.

 

Les murs chaulés sont peints en charbon

La pointe de ses pieds voudrait

S’en aller.

 

Assise dans sa chaise en osier

Elle tend vers la fenêtre

Mon visage de gamine chagrinée.

 

 

6.30 A.M.

 

Je sors en soleil comme une suicidante glacière

Sur mes lèvres je porte le goût des eaux portuaires

J’enveloppe les mots-des navires funèbres

Dans les peaux de renard argenté.

 

Il n’est pas dépourvu de sens

Que je me montre comme ça au soleil

Même les grands os de baleine

Peuvent devenir des dés pipés

Même elles peuvent rouler

Sur un tapis rouge.

 

Femme grande et généreuse,

Le jour s’étend sur les vivants

D’un bout de l’empire

À l’autre

Vers toi, tu le sais, je me dépêche de venir.

 

 

 10-04-Maghar010-Iouli-copie-2.jpg

--- Iouli Gougolev

 

- Le Christ dit : – Il est temps !

À quelque chose le mal est bon.

Judas pense :

En quelque chose le bien fait mal…

Moi, je reste planté là, bouche bée.

...............

C’est ainsi qu’on vit tous les trois.

 

 

-L’horreur n’est qu’une chimère.

Au fond, elle ne fait pas peur, elle ennuie.

Don Juan se tient devant la statue du Camembert

et ose encore s’en moquer :

   – Tu m’as convié à dîner ?

 

 

- (à T. Kibirov)

Cette fenêtre encore, on n’y dort toujours pas.

Tantôt on boit un coup, tantôt on y sursoit.

On y joue une petite partie de bras de fer.

Dans chaque maison, de telles vitres s’éclairent.

Là-bas, un philosophe est assis à sa fenêtre,

il garde les yeux clos pour contempler son être.

La fenêtre voisine est celle d’un joyeux drille

il tortille sa moustache et salue les filles.

À la croisée suivante, un poète éméché

fait sombrement grincer ses couronnes émaillées.

Tous sont forcés d’ouïr pareillement

le glouglou, la pause et le grincement.

 

(traduction de Christine Zeytounian-Beloüs)

 

 

 

 

--Ugo T.

  Publication à venir  ….

 

--Tsipi Sharur

Publication à venir  ….

 

--Amal Kezil

Publication à venir  ….

 

--Hanna M. salamah Nu’man 

Publication à venir  ….

 

 -- Denisa Comanescu

Publication à venir  ….

 

--Xu Lu

Publication à venir  …

 

--Ma Qingshan

Publication à venir  ….

 

--Hu Wei

Publication à venir  ….

 

 

NB : Poètes publiés par ordre de réception de leur poèmes

Published in order of reception of the poems.

 

NB 2 :  Le titre exact de l’article était :

Anthologie de poésies du Festival Nissan Edition 2010 -du 3 au 6 Avril (Israel Maghar) (Anthology of 2010 Festival Nissan 11th Edition -from 3 to 6 April ) (Ronny Someck,Metin Cengis, Amir Oz, Jidi Majia, Tadeusz Dąbrowski, Tsvika Szternfeld,Kiwao Nomura,Maayan Szternfeld, Ugo T., Tsipi Sharur, Yuli Gugolev, Amal Kezil, Hanna M. salamah Nu’man,Flavia Cornelia Bochis, Denisa Prelipcanu, Xu lu,Ma Qingshan, Hu Wei)

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 avril 2010 5 02 /04 /avril /2010 18:27

- Epicerie Sainte Marie  10, rue sainte marie Metz  Ouvert tout les jours et le dimanche jusqu’à 12 H  Tel. : 03.87.36.90.67

 

-Vente en ligne discount : myworld.ebay.fr/yatoupourvous

Plus d’infos :  YATOUPOURVOUS DANS GOOGLE.

Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici