1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 15:35

Voici maintenant plus de 20 années que l'on peut voir Steven Wilson sur la scène progressive. De ses débuts modestes en banlieue londonienne, à l'artiste reconnu qu'il est désormais, il parcourt infatigablement les scènes du monde entier. Vous ne connaissez probablement pas ce multi-instrumentaliste, (guitare, chant, basse, programmation, mellotron, clavier, mais aussi producteur de renom...) pourtant sa discographie n'a vraiment plus rien à prouver.C'est donc lundi 9 mars 2009 que sortira l'édition "standard" tant attendue de son tout premier album solo, j'ai nommé... : "Insurgentes" (titre tenant son origine de l'Avenue des Insurgés, Avenida de los Insurgentes, la plus longue avenue de Mexico où une partie de l'album a été enregistrée.) Comme à son accoutumée, Sir. Wilson nous donne droit à un album tout à fait remarquable, autant du point de vue de la perfection de sa production, que de son contenu.

 

Asseyez-vous maintenant confortablement et commençons l'écoute de ce futur chef-d'œuvre du rock progressif moderne. Vous allez à présent pénétrer dans le monde sombre, mystérieux et torturé de ce britannique hors du commun, qui n'a pas encore fini de faire parler de lui. C'est "Harmony Korine" (premier single du disque) qui ouvre le bal et va tout de suite donner le tempo au reste de l'album. Le son fait directement penser à Porcupine Tree (un des nombres groupe où S.W. officie). Partie tranquille, guitare entêtante, suivi tout à coup de passages beaucoup plus rythmés.

 

Vient "Abandonner" qui permet de souffler un peu, et de faire descendre nos pulsations cardiaques, après le premier électrochoc que nous venons de passer... Mais cela ne sera que temporaire, étant donné que s'en suit "Salvaging", un morceau lourd, qui se termine par une orchestration grandiose digne d'un générique hollywoodien. Continuons notre voyage, et passons maintenant à "Veneno Para Las Hadas" et sa basse envoûtante, un des morceaux les plus mélancoliques de l'album. Au tour de "No Twilight Within the Courts of the Sun", qui rappellera inévitablement, KING CRIMSON, un des groupes de référence de Wilson: une montée crescendo emmenant peu à peu l'auditeur vers le chaos le plus total.

 

La tension retombe à nouveau, et nous voilà à des titres beaucoup plus abordables, jusqu'à l'arrivée de "Get All That You Deserve". La chanson la plus "étrange" et "dérangeante" de toute la discographie de S.W.) Mais que c'est bon... "Insurgentes" clôt finalement cet album du plus bel effet. Fermez tout simplement les yeux et laissez vous guider par ce piano et cette voix si délicate... Au final, ce premier album solo tient toutes ses promesses ! De sublime ballade, en passant par des sons beaucoup plus saturés et lourds, des compositions recherchées, sans pour autant tomber dans la démonstration technique. Il faut le dire, Steven Wilson nous a gâtés. Malheureusement, ce disque ne sera pas à la portée de tous, nécessitant obligatoirement plusieurs écoutes avant de pouvoir "comprendre" toutes les subtilités pouvant y émaner, car disons le franchement, ce cd est tout sauf facile d'accès.

 

Steven Wilson est incontestablement un artiste à part, vivant et travaillant par amour pour la musique, et non pour la fortune et la gloire, recherchant constamment la perfection de son art, dans un monde où le téléchargement et l'accès direct à la culture est devenu tellement simplifié. "Ma peur est que cette génération actuelle de jeunes née dans cette révolution de l'information à outrance, grandissant avec Internet, téléphones portables, IPods, culture de téléchargement, Télé Réalité, American Idol (la Star Academy à l'américaine) finisse par s'écarter complètement de ce qui est véritablement important dans la vie, à savoir, développer un vrai sens de la curiosité sur ce qui nous entoure". (Steven Wilson, MTV News)

 

Un album à écouter, réécouter, mais surtout à posséder. Incontournable!!!

 

Steven Wilson a participé à de nombreux groupes dont voici la liste :

  • Porcupine Tree, groupe composé de cinq musiciens orienté rock progressif/expérimental.
  • No-Man, groupe composé de deux musiciens orienté musique expérimentale (électro, pop-rock, jazz, classique).
  • Blackfield, groupe composé de cinq musiciens, orienté rock-pop. 2 albums.
  • Bass Communion, groupe composé de Steven Wilson, en collaboration avec divers artistes, orienté ambient et électro.
  • IEM, groupe composé de Steven Wilson orienté musique expérimentale.

 

Je vous renvoie également à un site: http://www.voyage-pt.de/swdisco.html qui répertorie toute sa discographie.
 

Macieri Frédéric.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 18:05









Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 17:18

Quel honneur...

Quel honneur de pouvoir écrire sur un tel génie.

Quel honneur d'avoir pu participer à un tel concert.

Quel honneur pour Metz, pour l'Arsenal.

 

Ce soir, je suis fier de vivre. Vivre pour voir et entendre. Voir un concert magique. Voir un public massif, l'Arsenal affichant complet. Voir des gens se lever spontanément, frapper jusqu'à épuisement dans ses mains, voir un parterre de jeunes et moins jeunes aller danser sur la scène et surtout voir la direction de la salle permettre que la fête ait lieu. Oui, ce soir, il y avait bien révolution. Et je tire bien bas mon chapeau à la salle de l'Arsenal, pour sa programmation, pour son respect et sa tolérance.

 

Mais ce soir, la véritable star était bien la musique. Goran Bregovic son ambassadeur. Avec majesté, fougue, vivacité, énergie et parfaite maîtrise, Goran Bregovic & l'orchestre des mariages et des enterrements ont laissé s'échapper le firmament pour le laisser s'installer tout autour de nous. Que dire tant le spectacle était bien au-delà de ces simples mots ?

 

Goran Bregovic est un compositeur formidable, vivant de sa musique et pour sa musique. Ses musiciens - pièces uniques de son orchestre - sont des chefs d'œuvres à eux seuls.

Ce soir, Goran Bregovic nous a offert son cœur, nous lui avons brandi le notre accompagné de mille mercis. Les cuivres, les vents, les bois, les voix bulgares comme le chœur d'hommes...

 

Tous étaient liés, tous ont montré qu'énergie et virtuosité étaient en parfaite harmonie. Faisant danser, valser, chanter, rire et sourire le public charmé, Goran Bregovic a démontré à qui pouvait encore en douter qu'il était un maître, un génie, mais surtout que sa musique pouvait se saisir de toutes vos émotions, faire ressortir et ressentir les milliers de sentiments qui vous anime, pour vous laisser vidé sur votre siège, rempli de bonheur et d'allégresse.

 

Des chansons à boire aux chansons de mariage, des thèmes de films aux succès de ses prestigieuses années, Goran Bregovic n'a pas besoin de références, d'affiliations ou d'origines à expliciter. Tout est dans sa musique. Des immensités des Balkans aux prouesses architecturales, des déserts d'herbe et de sables aux montagnes de l'Europe de l'Est, c'est toute une tradition, une culture, un peuple titanesque qu'il invite sur scène. Ne retenant pas ses sourires, il mène avec une aisance et une beauté grave tout son monde, parfaitement accordé, en symbiose parfaite avec les samplers qui peuplent chaque chanson, ajoutant encore de la profondeur à la démonstration.

 

Oui, ce soir, personne ne bouda son plaisir. La fête eu bien lieu car tout le monde désirait la faire. Sans soucis, sans chichi ni prises de bec, Goran Bregovic a su réconcilier autour de sa musique la jeunesse de Metz que tout le monde dit inexistante avec la vieille garde à qui l'on reproche tant. Goran Bregovic a réussi à mêler une institution distinguée et bien réglée à la folie et au débordement plein de joie et de plaisir. Finissant un concert de 2h30 sur une invitation à aller à la rencontre de l'autre avec Kalachnikov, il quittera la salle en remerciant '' un public formidable ''. Soyez fier, soyons fier d'avoir été ce public qui a eu la chance d'assister à pareil concert, soyons fier d'avoir montré tout le respect que nous devions à un artiste de ce niveau, soyons fier de pouvoir se dire que ce ne sera pas le dernier concert d'une telle ampleur.

 

Unique et somptueux, Goran Bregovic restera sûrement un des meilleurs, si ce n'est LE meilleur souvenir de cette saison ! Mais je ne m'offusquerais pas si l'avenir me fait mentir..

Ugo Schimizzi

 

 

 

 

 

 

 

 



 


Crédit photo : Juliette Delvienne
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 16:44


Suite à l'ouverture au public des répétitions des représentations de l'opéra-théâtre de Metz, c'est une foule nombreuse qui se pressait ce mercredi afin de voir en avant première cette adaptation du célèbre opéra de Mozart.

Don Giovanni, célébré à travers le monde, haï pour sa désinvolture et son côté Don Juan imbuvable pour la gente féminine, a donc pris ses quartiers à Metz ces dernières semaines.



Se voulant résolument moderne, à mi-chemin entre ses origines romantiques et s'inspirant des dernières comédies musicales de ce début de XXIème siècle, cette version de Don Giovanni navigue donc entre modernité et ancrage dans son univers d'origine.


A l'aise ni dans le premier, ni dans le second registre, la pièce a du mal à réellement s'emballer et séduire, et les lumières sont clairement répétitives. Elles ne mettent que trop rarement en valeur la pièce et l'absence de changement de décor rend véritablement l'action lente voir pénible. Un simple voile viendra par moment changer partiellement l'ambiance et un écran plat sur lequel défileront les conquêtes de Don Giovanni - dont tout de même Carla Bruni nue - tenteront d'habiller une scène bicolore bien triste.

L'idée de l'écran plat et le principe de faire pleinement basculer la pièce dans les nouvelles technologies de notre siècle nouveau aurait mérité plus d'ambition et de prise de risque, le résultat étant ici bien en deçà de ce qu'on peut attendre d'une telle pièce.


Malgré la qualité indéniable des acteurs et les voix puissantes et mélodieuses des chanteurs, cette absence de rythme plombe véritablement cet opéra et nous laisse sur notre faim tant l'histoire est intéressante et la transposition aisée à notre époque.


On ne peut que souhaiter au metteur en scène de se lancer et de tenter des choses qui peuvent se révéler être de bonnes idées, comme les gardes fous de Don Giovanni grimés en punk à chien et à crêtes multicolores, jurant admirablement avec le passé et fonctionnant à merveille !

Ugo
Schimizzi

 

 

 











Crédit photos : Juliette Delvienne
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 19:00
La cérémonie des Victoires de la Musique Classique 2009 s'est déroulée dimanche 08 février à l'Arsenal.
Voici quelques photos des répétitions (signées Ugo Schimizzi):














Et un petit extrait vidéo de la céremonie:

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 18:00

Samedi 31 janvier 2009. La petite ville de Gérardmer, nichée au cœur du massif vosgien, dévoile son joli cadre sous un soleil magnifique, éblouissant. Les sommets sont enneigés, le lac entièrement gelé, mais la « perle des Vosges » est en ébullition : elle est le théâtre d’une série de meurtres horribles, de phénomènes paranormaux traumatisants et d’attaques de mutants en tout genre ! Et le coupable est connu de tous : c’est l’incontournable Festival du Film Fantastique, dont la 16è édition sévit sans relâche depuis mercredi…

 

Comme chaque année, les quatre salles obscures de Gérardmer sont donc prises d’assaut par d’innombrables amateurs de sensations fortes. Les files d’attente sont impressionnantes, mais les signes d’impatience ou d’énervement sont rares. Et pour les malheureux « refoulés » par manque de place, c’est l’occasion de découvrir d’autres animations centrées sur le monde du fantastique : l’exposition Arts Plastiques, le salon littéraire –baptisé Le Grimoire- ou encore l’exposition Bande Dessinée.

 

Le Festival du Film Fantastique, qui peut se vanter d’avoir eu, par le passé, des Présidents du jury aussi prestigieux que Paul Verhoeven ou John Carpenter et d’avoir primé Peter Jackson ou Wes Craven, se déroule pourtant dans une ambiance bon enfant, où simplicité et disponibilité sont les maîtres-mots. Les spectateurs n’ont donc pas de mal à rencontrer les équipes des films présentés ainsi que les membres des différents jurys, qui se prêtent volontiers aux séances de photos-souvenirs. Les festivaliers ont même pu assister à quelques glissades maîtrisées de Bérénice Bejo, Véronique Jeannot et Vladimir Cosma, lors d’un apéritif organisé sur le lac aux allures de banquise…

 

Dimanche 1er février, 19h30. Le Festival du Film Fantastique de Gérardmer, c’est avant tout une compétition, avec ses lauréats et son lot de déçus. Neuf films étaient sélectionnés dans la catégorie longs métrages, et c’est Morse, du réalisateur suédois Tomas Alfredson –sur les écrans le 04 février-, qui ressort grand gagnant de cette édition 2009 : Grand Prix et Prix de la critique.

S’il est vrai que l’ambiance, glaciale, de Morse est remarquable, presque palpable, le rythme du film se révèle toutefois trop lent et cette histoire d’amourette entre un jeune garçon souffre-douleur et une « vampirette » est quelque peu risible…

 

Même si ce n’est pas toujours –voire rarement- le meilleur film qui est finalement primé par le jury, l’ensemble de la programmation de cette année était sans conteste de qualité, notamment le dérangeant Deadgirl de Gadi Harel et Marcel Sarmiento, ou le « viandesque » The Midnight Meat Train de Ryuhei Kitamura, plébiscité par le public. Un seul long métrage français était présenté, Mutants de David Morley, fort heureusement hors compétition car il aurait été particulièrement cruel d’infliger sa vision aux membres du jury…

 

Retrouvez l’intégralité du palmarès ICI

 

Maxime Freyberger / Photos : Véronique L’hoste


Il fallait être patient pour pouvoir voir certains films

Apéro sur le lac pour les membres du jury...

...dont le Président  de cette année, le co-réalisateur espagnol de "REC", Jaume Balaguero...

...mais aussi la belle Bérénice Bejo

Tout sourire, l'acteur François Vincentelli, membre du jury courts métrages

Disponible pour ses nombreux fans, l'actrice Hélène de Fougerolles, à l'affiche de "Mutants"

Enfin, le grand gagnant du festival avec "Morse", le réalisateur Tomas Alfredson 


Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 17:09

Choisissez Ci-dessous le jour de votre choix …

 

 

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Vendredi 13  février 2009

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

à partir de 19h30

The Oxford Collapse (USA)

Indie rock

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

gratuit

 21h30

André Mergenthaler

 

Il téléporte son public à grand coup d’archet dans un univers musical inédit, de virtuosité technique et d’un lyrisme profond. Artiste à part entière, André Mergenthaler improvise. Tout simplement phénoménal !

 

Classique

Purple Lounge  Casino 2000 Rue Th. Flammang L - 5618 Mondorf-les-Bains - Luxembourg  Réservé aux personnes majeures  tél.: (+352) 23 6 11 – 1 site Web ici  

 

17 € – Réservé aux personnes majeures

 

 

 

Samedi 14 février 2009

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

10h – 14h

Stage de danse avec Jean-Guillaume Weis

 

 

Niveau : Avancé mais ouvert aux comédiens, performers, danseurs de hip-hop, capoeira, etc.

Danse

Studio TROIS C-L

20a, rue de Strasbourg

L-2560 Luxembourg

Réservations : +352 40 45 69

danse@danse.lu

1 stage : 120€ /

2 stages : 220e /

3 stages : 320 €

 

 

Dimanche 15  Février  2009

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

Dimanche

de 21h03 à 22h

Les grands concerts de Radio France par Frédéric Lodéon.

L'Orchestre National de France, l'Orchestre Philharmonique, le Chœur et la Maîtrise de Radio France... Ils sont tous au service des chefs-d’œuvre de la musique d’hier et d’aujourd’hui

 

Emission de radio

Retransmission de concerts classiques.

France Inter site de l’émission Ici

 

20h00

The Robocop Kraus (Allemagne)

Concert Indie rock

L’Emile Vache - 77 rue des Allemands - 57000 Metz - myspace ici  tél. : 0387185653 Mail Ici  

 

 

5 €

 

 

 

Lundi 16 février 2009

Horaire

 

Résumé

Genre 

Lieu

Prix

du lundi au jeudi de 21h04 à 22h

Sur la route présenté par Laurent Lavige

 

Une heure très musicale émaillée d’archives INA pour resituer dans leur époque et analyser le succès des titres diffusés, d’interviews de personnalités qui livrent en direct leurs souvenirs liés à leurs premières émotions musicales, de versions inédites ou oubliées

Emission de radio

France Inter site de l’émission Ici

 

 

Retourner au tableau agenda : cliquez Ici

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 17:00
Le week-end dernier avait lieu à Metz le Salon de l’Erotisme. Proposé par Eropolis, le salon regroupe un nombre important d’exposants et d’intervenants. Il était accompagné de nombreux shows, démonstrations, et strip-teases à la carte. Le salon réalise un tour de France jusqu’en mai prochain.

Bien que le gros des troupes soit attendu pour samedi soir, il y avait déjà foule en cours de journée et la veille au parc des expositions de Metz.

 

Dès l'entrée, on entre aussitôt dans l'atmosphère. Autour de nous s'étendent les étals colorés, aux formes oblongueset plus farfelues les unes que les autres. Mesdames, mesdemoiselles, messieurs, il y en a pour tous les goûts.

Ici réside un nombre impressionnant de variétés d'objets vibrants pour dame, de gadgets et autres sources de plaisirs.

On retrouve également toute la panoplie de la séduction moderne. Des gels, des accessoires, des menottes comme des boas ou froufrous, des jeux érotiques et même des déguisements.

L'érotisme se veut fête.

 

Les autres principaux stands regroupent les vêtements, et surtout les sous-vêtements.
Là,
tout y passe, de la dentelle chic aux ustensiles les plus kitch, des strings à strass et paillettes.

On navigue en plein jour de marché de la dite séduction. Et on n’a pas peur des couleurs ni des formes. Chamarré, grisant, tape à l’œil, atrocement moche aussi parfois. Ponctuant ces stands, on retrouve nombre de strip-teases en cabine payante, la possibilité d'assister au tournage d'un film porno moyennant un financement de 10 euros.

Innovation cette année, la possibilité d'apprendre avec des femmes expertes en la matière l'art du strip-tease, autant pour les femmes que pour les hommes.

 


Sur le podium, démonstration du savoir-faire des acteurs dont miss univers et humour bon enfant lors du strip-tease vibrant d'une sympathique octogénaire.

 

Sur place également existe la possibilité de se faire mouler le corps comme d'assister à un spectacle de charme dans une limousine, tandis qu'un nouveau supplément de 2euros50 permet d'entrer dans la partie réservée aux moins de 18 ans. Là se réunit autour d'un nouveau podium un public garni pour voir de nouveaux shows plus hot, entouré principalement de vendeurs de porno. Les couples échangistes peuvent également en avoir pour leur argent avec un stand qui leur est réservé, tourné autour de la rencontre et de l'échange...

 

On notera par ailleurs la très faible présence de vente de préservatifs, visiblement peu glamour aux yeux des exposants, malgré tous les efforts des fournisseurs.

 

La question peut également se poser de l'évolution d'une société qui semble de plus en plus en peine de prendre du plaisir et qui multiplie les astuces et gadgets pour cultiver leur désir.

Comme l'a dit la mémé, "de notre temps, pas besoin de tout ça, de jolis sous-vêtements, et on y allait, et pis voilà..."

 

Et puis voilà...


RETROUVEZ TOUTES LES PHOTOS ICI ET ICI
 

Eric B.


Prochaines dates du Salon de l'Erotisme:

07 - 08 fev 2009
13 - 14 fevr 2009
13-14-15 mars 09
20 - 21 mars 09
27-28 mars 2009
03 - 04 avr 2009
10 - 11 avril 09
17 - 18 Avril 2009
25 - 26 avril 2009



Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 16:00

(Retrouvez l’article sur le salon 2009 :Ici  -Retrouvez plus de photos du salon 2009 : Part.2 )











Photos: Laura M. et Eric B.

RETROUVEZ UNE AUTRE GALERIE PHOTOS ICI



Partager cet article
Repost0
30 janvier 2009 5 30 /01 /janvier /2009 15:00








Photos: Laura M. et Eric B.

RETROUVEZ UNE AUTRE GALERIE PHOTOS ICI



Partager cet article
Repost0

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici